Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sncf

  • La vie du rail des usagers SNCF de banlieue

    Imprimer Pin it!

    panne électrique Montparnasse, société, politique, pepys, sncf, amaury watremezAussi sur Agoravox

     

    Dans les médias, journaux et télévision, sur les sites « institutionnels », on parle beaucoup de la « panne électrique » de la Gare Montparnasse, un fil dénudé dans un placard électrique à Meudon semble-t-il, et de son impact sur les vacanciers au moment du week-end le plus chargé de l'année en départs. Mais personne n'évoque vraiment les désagréments pourtant quasiment quotidiens que les usagers de banlieue subissent Cela intéresse-t-il réellement nos journalistes on ne se le demande même pas...

     

    Le traitement de cette ahurissante situation de crise par la SNCF fut comme à l'habitude déplorable, les voyageurs n'ayant visiblement pas le droit à l'information, juste celui d'être patient jusqu'à l'absurde.

     

    Leurs sont envoyés des « gilets rouges » (voir à ce lien qui ils sont) mais aussi bleus ou encore oranges, des gosses dont c'est un job de vacances. Eux non plus n'ont aucune information à donner. Ils sont juste là pour faire « tampon » et subir la colère des personnes souffrant parfois de retards inexpliqués de plus d'une heure. Ils se font enguirlander à la place des vrais responsables qui eux ont soigneusement évité de descendre dans l'arène, ils ne sont pas fous il faut dire. Au moins aura-t-on trouvé une occupation saine pendant deux mois à des jeunes des « quartiers » ?

     

    Ainsi Guillaume Pepys a-t-il attendu la fin de « l'enquête », cela ne lui aura pas éviter de se faire recadrer par le président jupitérien et le premier ministre : On parie que c'est encore de la com et que rien ne sera fait ensuite. Ce sont d'ailleurs des gens qui ne sont « rien » qui attendent désespérément les trains dans les gares on le sait depuis peu....

    Lire la suite

  • Cafouillage monstre sur les lignes de Paris Saint Lazare hier 4 Mars

    Imprimer Pin it!

    Hier 4 mars, je prend le train de 17h33 de Vernon pour regagner Évreux passant par Mantes.

    Gare_de_Mantes-la-Jolie01.jpgCelui-ci arrive en fait à 17h45.

    Arrivé à Mantes, nous constatons que le train de Cherbourg de 17h13 n'est pas encore passé. Ce qu'il finit par faire à 18h45, il reste ensuite bloqué en gare de Mantes sans aucune information sur un quelconque délai ou quoi que ce soit d'autres.

    Jusque là aucune information, si, on nous informe que le train de 17h13 est bloqué, ce que nous pouvons voir sans avoir besoin d'être informé.

    Vers 19h20, on nous dit à l'accueil de la gare de Mantes qu'un arbre bloque la voie à Bréval,

    à 19h35, l'arbre risque seulement de tomber,

    à 19h45, il bloque la voie après Mantes,

    à 19h55, en fait c'est une agression en gare de Bueil.

    Nous apprenons entre temps que la circulation des trains est très perturbée depuis 16 heures.

    Bref, on se fout de notre gueule.

    Le plus étrange est que cela arrive une semaine avant le premier tour des régionales.

    A deux reprises, les personnes censées nous informer appellent la police ferroviaire pour nous surveiller car les voyageurs s'impatientent et des salariés qui veulent simplement rentrer chez eux, c'est très très dangereux. Huit policiers ferroviaires arrivent, c'est surprenant, car lors d'agressions antérieures, ils ont été toujours invisibles.

    Un jeune homme à l'accueil, à la jolie figure de jouvenceau, nous dit qu'en fait c'est parce qu'il n'y a pas assez de personnel (nous comptons huit pélerins dans le bureau de l'accueil, tournant en rond).

    Et qu'il ne faut pas compter sur un remboursement car le trajet vers Evreux fait moins de 100 kilomètres.

    Comme seule info dans les hauts-parleurs, on nous informe qu'il n'y a pas de train sur la ligne Paris-Cherbourg, mais de fait il n'y en a plus sur la ligne Paris-Rouen-le Havre.

    Fort heureusement, la solidarité des passagers me permet de regagner Evreux en voiture.