Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

satire

  • Satire à vue

    Imprimer Pin it!

    humour, société, politique, prodie, satire, amaury watremezJe ne comprends pas tellement l'époque :

     

    D'un côté on prétend vouloir développer l'esprit critique chez les gosses, et leur ouverture au monde, leur capacité d'analyse, et tout le tremblement.

     

    De l'autre on refuse la moindre satire, on n'admet plus que la moindre certitude soit tournée en dérision, les déclarations officielles toutes en éléments de langage raillées et la langue de bois en général passée au crible.

     

    Des députés LREM réclament par exemple ces derniers jours l'arrêt d'un compte Twitter les ridiculisant depuis déjà des mois (voir à ce lien) à commencer par l'inénarrable Aurore Bergé et le non moins étonnant Mounir Majoubi, tous les deux dangereux car disposant d'un pouvoir de nuisance dont des personnalités aussi brillantes ont du mal à ne pas abuser.

     

    Je dirais que ça les démange...

     

    Dans l'idée leur démarche très mature s'entend bien (moi je ne suis pas du tout un mauvais esprit) consiste à rapporter à la maîtresse les taquineries d'un petit camarade un peu trop trublionesque. "Mââdaame on fait rien qu'à nous embêter, on fait rien qu'à se moquer de nous". Leur excuse est d'affirmer que sur internet, il y aurait trop de personnes qui prendraient les articles et messages parodiques au sérieux. Ainsi qu'ils en accusaient "nordpresse". Et bien entendu, à les entendre les petits rigolos seraient forcément des militants politiques opposés à leur cause, à leur parti. Ce serait des fourbes, des salauds qui se cachent bien. Accusation régulière de ceux qui disposent du pouvoir envers tous les contestataires, tous ceux qui les moquent.

     

    Il serait cependant exagéré de penser qu'il n'y a qu'eux à détester l'humour finalement et à en manquer à ce point. Mais ils devraient plutôt réfléchir sur eux-mêmes et cesser de tendre les verges pour se faire battre. Est-ce de la faute des satiristes si les éléments de langage sont tellement visibles, tellement grossiers ? Est-ce de la faute des satiristes si ça se voit autant ? Et de laisser entendre que la plupart des internautes lisent tous les messages et autres statuts au premier degré n'est-ce pas les prendre pour des cons incapables de distinguer le vrai du faux ? On me dira, il en existe, il suffit parfois de lire des commentaires des articles du Gorafi prenant les articles au premier degré et très sérieusement.

     

    Mais ils ne sont pas plus nombreux que dans la vie, et c'est finalement un risque à courir. Et ce sont surtout des militants ou des fanatiques religieux, et, ou idéologiques. Ce qui revient au même.

     

    Toute parole moqueuse, toute parodie, toute dérision est immédiatement passible de judiciarisation, de mises en demeure, de pétitions de minorités courroucées, diverses et variées, d'indignations vertueuses. Certains humoristes tel Desproges ne passerait plus à la télévision, trop dangereux, trop clivant. Et il aurait de toutes façons des dizaines de procès sur le dos. Comme en ce moment il a "la carte" qu'il est un comique estampillé "France inter", on organise des commémorations, on peut encore lire des anthologies, on le célèbre mais il y en a déjà quelques uns d'ailleurs suggérant qu'il serait dangereux car repris par des "méchants" pour en particulier son sketch sur les juifs ("On me dit que des juifs se sont glissés dans la salle...").

     

    Il faut croire aussi que beaucoup de personnes ont peur de rire à la satire, peur d'être catalogué comme "méchant", comme "réac", peur de sortir du lot...

     

    Illustration empruntée au "Huffington post"

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

  • Faut pas me chercher...

    Imprimer Pin it!

    Emmanuel Macron, affaire Benalla, société, satire, ironie, presse, En Marche, politique, amaury watremezCe petit texte est inspiré de ce discours bien réel (voir entre autres à ce lien)...

     

    Je précise à l'intention des décodeurs du Monde qu'il contient sans doute des intentions satiriques et ironiques (voir à ce lien un article de « nordpresse » les concernant).

     

    « Moi je suis président, alors si t'es pas content, viens me le dire en face si t'es un homme ! Quoi t'es pas content ? Viens me chercher !

    Quand j'étais petit les autres se moquaient de moi, ils m'aimaient pas !

    Maintenant que je suis le président, ils ont peur, tout le monde devrait avoir peur ! Ils osent rien dire, ils craignent trop !

     

    Tu veux te battre ? D'accord on va se battre !

    Lire la suite