Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sécurité

  • Martine découvre le communautarisme

    Imprimer Pin it!

    martine aubry, immigration, société, politique, migrants, sécurité, amaury watremez, lilleIl est facile d'ironiser sur la déclaration que Martine Aubry, la maire de Lille, a faite sur certains quartiers qui ne sont plus en République (voir à ce lien) et qu'elle en avait parlé à Gérard Collomb. On sait bien qu'il y a certainement derrière l'intention de récupérer l'électorat qui vote dorénavant FN. Mais si elle elle le dit même pour ces raisons, elle la chrétienne de gauche, c'est que la situation doit être vraiment gravissime. Et qu'elle le dise montre aussi qu'une partie de la gauche commence lentement -il serait temps- à ouvrir les yeux sur les conséquences de sa propre politique menée depuis plus d'une quarantaine d'années. Elle a raison de fait, dans ces endroits nos lois, nos valeurs n'ont plus cours.

     

    Et c'est de notre faute.

     

    On nous cite toujours lorsque l'on évoque ce problème des cités les exceptions confirmant la règle, les professeurs encore dévoués, les éducateurs encore tous à leurs tâches malgré des salaires que l'on en est droit de trouver indécent. On nous demande des chiffres en réponse, des éléments statistiques alors que les statistiques ethniques sont interdites en France. On compare la délinquance des "blousons noirs" des années 50-60 à celle des "lascars" de cité. D'aucuns comme Samuel Laurent osent le rapprochement entre la brute rappeuse ayant pondu ce texte sur la pendaison des blancs et Brassens. Et puis de toutes façons c'est un fait entendu, tous ceux mettant en garde contre la montée des communautarismes, des revendications obscurantistes sont des racistes.

     

    Quand on ne laisse pas entendre qu'ils sont bons à psychiatriser...

     

    Dans les quartiers règne la loi du plus fort, la haine aveugle et brutale, la violence absoluée, celle du "business" de la drogue et autres trafics qui permet aux habitants des "cités" de consommer allègrement les produits vendus dans les zones commerciales qui sont toujours à proximité des immeubles. Tant que ça fait marcher la consommation, d'où vient l'argent n'a aucune importance n'est-ce pas ? Le système vendra la corde pour se faire pendre. La loi de ces "affaires" est une loi d'airain, très dure, personne ne peut prétendre y échapper. Cela commence par l'intimidation qui fonctionne à chaque fois, car la police n'intervient plus depuis longtemps : On les comprend, nous ferions-nous trouer la peau pour 1800 euros par mois nets ?. Les quelques "toubabs" ou "koufars" qui restent on les met au pas rapidement. Beaucoup devancent cette mise au pas en faisant le ramadan, en étant plus royalistes que le roi du Maroc en quelque sorte.

     

    Et puis quant aux éducateurs, ils n'ont pas envie qu'on leur crève les pneus s'ils se montrent un peu trop fermes...

     

    Je ne parle même pas ici de tous les "natios" et souverainistes enflammés que l'on peut lire, surtout sous pseudo, sur le net. Dans la vie, et c'est normal, c'est humain, ils sont moins exaltés, moins radicaux. Il faut bien vivre, et, ou survivre dans des environnements difficiles, de plus en plus. Il faut bien aller au travail, gagner sa croûte malgré une situation clairement de plus en plus tendue pour une seule raison. Tout le monde s'est satisfait pendant des décennies des grandes déclarations de bonnes intentions, bien lacrymales, bien gentilles aussi. Mais personne ne s'est soucié de savoir si ces populations s'intégraient ne serait-ce qu'un minimum à notre pays, des populations dont les modes de vie et valeurs témoignent surtout ne serait-ce qu'à leur arrivée de la sottise obscurantiste la plus crasse, de la loi du plus fort, du plus riche...

     

    ...Et le fait que cela ait existé en France supposément n'est pas une excuse.

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

    Amaury - Grandgil

    illustration empruntée ici

  • Avec les flics de Versailles

    Imprimer Pin it!

    police,flics en colère,société,sécurité,insécurité,cazeneuve,amaury watremezEn photo deux des premiers "flics en colère"...

     

     

    A l'invitation d'une amie réactionnaire et bourgeoise hédoniste comme moi, je suis allé ce vendredi soir au rassemblement de policiers municipaux et fonctionnaires de police ainsi que quelques gendarmes face au château de Versailles (voir article à ce lien). S'y trouvaient aussi quelques citoyens de bonne volonté et reconnaissants venus les soutenir. J'ai voulu également faire une véritable enquête de journalisme en immersion, quelque chose à la Élise Lucet. Je suis donc allé au cœur de l'action sans qu'il n'y ait aucune ironie dans cette phrase car de l'action il y en eut au bout du compte.

     

    Le rendez-vous était à 21h30 devant les grilles du château du Roi-Soleil. Je trouvais au départ les personnes bien timides, presque timorées. Si certains avaient amené des drapeaux tricolores, on n'osait pas encore trop les lever, trop les montrer. Les plus jeunes se prenaient chacun leur tour avec le panneau « touche pas à mes flics » ou « touche pas à ma sécurité » mais sans drapeau tricolore « parce que j'ai des amis qui vont dire que je suis FN ». La plupart « textottaient » sur leurs smartphones ou « facebookaient » sans trop s'intéresser à ce qui se passait autour d'eux. Les visages étaient éclairés par la lueur blafarde des écrans.

    Lire la suite

  • Dire tout ce qu'il ne faut pas dire

    Imprimer Pin it!

    Cet article est aussi sur Causeur.fr

     

    à propos de « Tout ce qu'il ne faut pas dire » de Bertrand Soubelet, chez Plon, sortie le 24 mars (voir à ce lien)

     

    livre, bertrand, soubelet, gendarmerie, société, sécurité, amaury watremez, politique, désengagement, Union européenneLe général de gendarmerie Bertrand Soubelet, devant une commission parlementaire, le 28 décembre 2013, a énoncé les faits de manière claire, nette et précise montrant que le terrorisme et la radicalisation islamiste dans notre pays sont des questions n'ayant pas été appréciées à leur juste valeur et ce depuis trente ans. Cela ne commence pas avec François Hollande. Ayant dit la vérité, il a été écarté de son emploi de la direction des opérations et de l'Emploi de la gendarmerie, ainsi que de la conduite des gendarmes d'Outre-mer. Ce n'est pas un militant politique, il n'a pas d'ambitions quelconques, pas de désir à soutenir tel ou tel. Ce 24 mars sort son livre développant son propos chez Plon.

     

    Il outrepasse largement son devoir de réserve à géométrie variable selon que vous soyez de gauche ou de droite, mais après les manifestations des « Je suis Charlie » célébrant la liberté d'expression, n'est-elle pas devenue encore plus importante ? Elle est encore plus fondamentale y compris et surtout quand ce qui est exprimé contredit les lieux communs qui rasurent, les mièvreries ambiantes et padamalgamesques, les discours de l'excuse...

     

    Il dénonce le désengagement progressif, ne serait-ce que par les « économies » drastiques dans les moyens alloués, de l'Etat dans tous les domaines régaliens lui étant pourtant propres : l'Education et la Sécurité en particulier. C'est de là que naït la montée de l'influence néfaste des pires radicaux islamistes dans nombre de nos banlieues et au cœur des villes. Les institutions ont laissé consciemment le terrain libre aux fanatismes, aux haines cuites et recuites, ethniques ou religieuses. Après tout l'Islam radical constitue un excellent moyen de contrôle social des plus précaires. Et ce même si malgré tout les éducateurs et policiers continuent d'y mener comme ils le peuvent un travail remarquable mais qui ne suffira pas car les métastases sont beaucoup trop profondes....

    Lire la suite

  • Le retour de la revanche de la culture de l'Excuse

    Imprimer Pin it!

    Depuis quelques jours, gravement, doctement, sur les plateaux télévisées, sur Internet et à la radio les « gazetiers » et les politiques se demandent comment on a bien pu en arriver là :

    La-France-peripherique-les-invisibles-sous-le-projecteur_visuel.jpg

    A la montée du fondamentalisme musulman dans les « cités » et les banlieues dites « difficiles » ,

     

    Au problème gravissime et très inquiétant des réseaux djihadistes en France...

    Lire la suite

  • Démantèlement suprise d'un réseau de trafic de drogue

    Imprimer Pin it!

    Extrait du journal de TF1 - 13h12 le 3 décembre 2009

    sarko-maternelle.jpgA Fouilles dans la Creuse, à l'école maternelle "Marcel Amont" on est sous le choc. En effet, ce matin, dés la distribution du goûter de 10 heures, les gendarmes de la préfecture sont intervenus afin de procéder au démantèlement d'un réseau clandestin de trafic de drogues dont la plaque tournante était cette petite école de village. Les gendarmes ont assuré procéder ainsi à un "électrochoc" sur les jeunes avec la pleine et entière coopération des jeunes professeurs des écoles dont la plupart sont de jeunes diplômés de l'IUFM, afin de leur montrer que la drogue c'est très mal. Ainsi que l'a dit l'adjudant Glaviot aux premières années de maternelle : "A caca la drogue, a pas beau le haschich". Kevin S., élève de deuxième année, était le parrain du réseau, avec la complicité de Sandrine O. et Théo B. de dernière année. Kevin S. , à qui l'on avait confisqué sa playstation portable, a vite avoué être en cheville avec des élèves du collège "Herbert Léonard" tout proche. Les complices adolescents s'apprêtaient à écouler des fraises "Tagada" frelatée de fabrication colombienne. Les parents tombent des nues mais remercient nos sympathiques pandores de leur vigilance. Les gendarmes sont allés ensuite prendre une pause bien méritée au "rendez-vous des chasseurs", sympathique café de la place Charles de Gaulle de Fouilles, où ils ont fêté le Beaujolais Nouveau (pour un litre bu le deuxième était offert au consommateur).