Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ruquier

  • La caste existe n'en déplaise à Ruquier

    Imprimer Pin it!

    Ruquier, nicolas dupont aignan, société, politique, on n'est pas couché, amaury watremezSamedi Nicolas Dupont-Aignan a eu contre lui tous les nantis du système censés faire l'opinion en France alors qu'invités chez Laurent Ruquier dans "On n'est pas couché", émission que je n'ai pas regardé, par contre j'ai revu plusieurs fois et avec délices le "clash". Il a proposé d'installer les migrants dans les jardins de ces messieurs dames, ce qui n'est pas une mauvais idée, afin qu'ils se rendent compte de ce que c'est vraiment avant de donner des leçons de morale à tous les autres.

     

    Taquin va ! Que n'avait-il dit là ? (à ce lien vidéo de la chose)

     

    Et tous, en particulier le maître des lieux, Ruquier lui-même, de pousser des cris d'orfraie, de risquer l'apoplexie d'indignation, de rappeler que eux viennent de milieux tellement simples, qu'ils n'étaient en rien des privilégiés de la caste, du rocker rebelle professionnel en passant par le comédien typé mais pas trop, les duettistes Angot et Moix. On me dira, il vaut mieux que ces deux là fassent le beuze à la télé qu'écrire des livres. Moix fait rire quand il dit qu'Angot habite dans un quartier "populaire", habiter Paris ce n'est pas habiter une ville "populaire", celle-ci étant maintenant interdite aux socialement précaires à quelques exceptions...

    Lire la suite

  • Masochisme télévisuel de droite

    Imprimer Pin it!

    télévision, ruquier, société, on n'est pas couché, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    Chaque lundi depuis quelques années, c'est la même sérénade, sur les sites dits de droite, et, ou "réacs" on commente à qui mieux mieux "On n'est pas couché" de Laurent Ruquier. Comme si finalement il était urgent et indispensable de lui faire de la publicité. Je ne comprends pas ces réactions. Il y a quelque chose de beaucoup plus simple à faire. Il suffirait de ne pas regarder voire d'éteindre carrément sa télévision pour, je ne sais pas, lire par exemple, ou discuter en famille. Je ne saisis pas non plus l'intérêt de regarder cette purge très bien-pensante un peu plus intéressante cependant quand il y avait Zemmour et Naulleau.

     

    Les invités à l'époque ne pouvaient se contenter de faire simplement leur promo la bouche en cœur. Ils devaient faire un effort d'argumentation supplémentaire, ils leurs arrivaient même de souffrir un peu. Et les politiques comme les éditorialistes dans les rails avaient à aller plus loin que leurs éléments de langage tout préparés. C'était déjà ça. En dehors de ça, c'était quand même une émission de télévision standardisée. Et avant d'entendre Zemmour ou Naulleau il fallait quand même se payer les blagues de Ruquier ou les saintes colères de l'un ou l'autre gardien du temple.

    Lire la suite

  • Faire le sherpa de buzz…

    Imprimer Pin it!

    h-20-1346605-1228411054.jpgJe n’ai pas envie de faire le sherpa du buzz pour l’un ou pour l’autre. Il est des journalistes littéraires que j’aime bien pour leur culture, leur sens inné de la formule, la gloire du tout-puissant les illumine tout au long de leur faste existence (j’arrête là la brosse à reluire). Ils débusquent en public, et j’adore, les fausses gloires, les faux créateurs et se moquent des poètes ou des philosophes de comptoir (quoique à mon sens, Thierry du « Rendez-vous des sangliers » de Maule, après cinq petits blancs secs, soit un meilleur philosophe que BHL, auteur discount un peu trop surévalué). Donc Samedi, Éric Naulleau, dont Alexandre Jardin, éternel enfant de quarante ans et plus s’est inspiré pour son personnage de « Faustine » dans son dernier roman, ou du moins un livre qui y ressemble, répond à Alexandre qui trouve qu’il y va un peu fort. Le public est majoritairement du côté d’Alexandre, que croit-on ? Le méchant critiqueur est une sorte de mauvaise conscience utile, je ne suis pas sûr, j’en suis même certain, ça n’empêchera pas Alexandre de refourguer des milliers d’exemplaires de sa camelote à des milliers de naïfs qui le prennent pour un romantique cheveux-z’au- vent, moi qui vous parle je me suis fait avoir par « le Zèbre », je ne sais pas si on se rend compte.

    Quant à discuter avec Tariq Ramadan, je suis encore un peu plus sceptique, ce n’est pas que je remets en cause la sincérité, le talent et la capacité à discuter des deux z-Éric mais enfin, on ne discute pas avec un type de ce genre, c’est aussi simple que ça, on le ridiculise, on le raille, on le moque car le prendre au sérieux, l’accepter comme interlocuteur valable, c’est déjà considérer comme acceptables certains de ses diktats. Il en est comme Caroline Fourest qui le démonte au « K.O » point par point en argumentant sur chaque mot, mais en finissant par une comparaison inutile entre Ramadan et Benoît XVI elle exagère et cela compromet le reste de son raisonnement, donc tout l’ensemble comme si un gratte-ciel était construit avec des allumettes. Là encore, qui s’en tire le mieux si ce n’est Tariq Ramadan qui se fait passer pour une victime et un martyr qui ne peut même pas profiter de la liberté de conscience (dans son esprit, cela signifie comme pour tous les autres excités, aligner les saloperies immondes et haineuses comme autant de vérités).

    Je sais bien ce que l’on me répondrait, que si l’on n’en parle pas ici ou là, qui en parlerait correctement et qui collerait au mur les fausses gloires, les faux prophètes ? Certes, et en plus de l’intérieur même du système « chaud bise » car celui qui s’en sort le mieux c’est encore Laurent Ruquier. Mais de l’intérieur du système l’on ne peut combattre qu’à fleurets mouchetés, j’aimerais que l’on charge sabre au clair…