Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

retraites

  • Pépés « Trente Glorieuses »

    Imprimer Pin it!

    Baby_Boomers_with_Thumbs_Up.jpgJe suis toujours surpris et effrayé quand je lis divers commentaires sur le net, sur des sites et forums politiques, de la futilité des débats dont on a l’impression qu’ils sont toujours menés par des survivants maintenant d’âge mûr voire blet des« Trente Glorieuses ». De quoi virer gérontophobe. La plupart s’imaginent toujours qu’il existe une différence majeure entre« droite » et « gauche », socio-libéraux comme ceux actuellement au gouvernement et libéraux-libertaires comme le précédent. Certains comparent même la gauche dite de gouvernement aux dirigeants de la Corée du Nord et leur Ubu assassin de père en fils, c’est d’une bêtise sans nom tout comme ramener aux fââchiistes tout contradicteur de droite.

     

    Les vrais clivages demeurent surtout, et d’abord, entre ceux pour qui la Nation, le Pays lui-même sont déjà morts, enterrés et les autres,

     

    Entre ceux pour qui la Famille est une vieille, très vieille idée, et les autres…

     

    Entre ceux pour qui la Culture est une vieille chose poussiéreuse et ceux qui la voient bien vivante…

     

    Entre Fillon 1 et 2, Ayrault, Valls, il n’y a pas l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette, c’est rigoureusement la même politique économique et sociale soumise à des diktats monétaristes et européistes.

     

    A quelques nuances sociétales près…

    Lire la suite

  • Des bloqueurs jusqu'au boutistes et précoces

    Imprimer Pin it!

    Article refusé sur Agoravox car considéré comme "outrancier" par les votants, qui n'hésitent pas par contre à plébisciter des articles diffamatoires, blasphèmatoires ou carrément injurieux tant que l'on va dans leur sens.

    Un des pires censeurs bien pensant d'Agoravox à ce lien.

    De notre envoyé spécial à Chassepot sur Yvette

    Cite_Bab_Ezzouar200.jpgA l'école « Marcel Amont » de Chassepot-sur-Yvette, riante cité HLM du Val de Marne, le blocage s'est organisé à l'initiative des élèves depuis maintenant quinze jours. Kevin S., trois ans, en grande section, en est l'instigateur. Kevin a une coupe de cheveux « mulet » que sa maman, Arlette, qui est shampouineuse en chef du salon, « Au vrai chic » du centre commercial « Olivier Dassault » tout proche, nous dit trouver « très chou », il ressemble à C.Jérôme qui était son idole quand elle était plus jeune et elle espère que Kevin aura la carrière de Jordy, pour elle « c'est bien que la télé elle soye là pour voir que nos enfants ils sont pas des mal élevés et pis ça doit pas être toujours les mêmes qu'ils profitent de l'école et du savoir passe que il y en a marre des baisses de niveau ». Arlette tient à nous présenter son compagnon, Jean-Marc, sympathique rondouillard moustachu au teint fleuri, qui nous dit qu'il a pris quelques heures sur son temps de travail pour aider Kevin, avant d'aller distribuer des tracts citoyennement à la gare de Chassepot pour expliquer aux travailleurs précaires que c'est pas de la faute des grèvistes s'ils vont perdre des journées, qu'il comprend que c'est dur mais qu'il faut bien ça pour maintenir la prime au charbon des cheminots, un acquis social fondamental.

    Il nous a fait visiter la cour de l'école qui accueille les tables à langer et les petits pots, les parents des alentours venant prêter main-forte et aider à la mise en place de barrages « citoyens » pour empêcher la direction et l'état de mettre fin à ce blocage légitime. Tout est recyclé, Kevin y tient, il veut un barrage qui soit aussi conforme aux normes du développement durable, les couches sales des bloqueurs sont ainsi utilisées pour les barricades devant l'entrée de l'école, les petits pots servent de réceptables pour les bougies. Pour Kevin, il convient de penser à sa retraite dés maintenant, il demande en sus deux tétines de plus par an, et les « Teletubbies » en boucle sur le récepteur de la salle de classe afin de se détendre et de ne pas trop être « oppressé par le savoir bourgeois distillé par le gouvernement actuel », selon Kevin, qui demande également plus de gommettes à leur ministre de tutelle.

    18les%20pleurs%20de%20bb%20dans%20sa%20langue%20maternelle%20t.jpgGrâce aux élèves du collège « Youri Gagarine » tout proche, Kevin nous explique que les enfants ne manquent pas de fraises « Tagada » ou de crocodiles « Haribo » pour tenir bon contre les « forces oppressives du gouvernement et du grand capital internationalisé » comme nous le dit Kevin qui refuse, comme les collégiens de « Youri Gagarine » la dictature du consumérisme. Sandrine M. la leadeure (leadeuse ? Ledrice ?) de la révolte étudiante à Chassepot confirme après avoir raccroché son portable dernière génération et enlevé ses écouteurs car elle nous entendait mal en se détendant en jouant à « Kill Zombies XIII » sur sa console DS. Sandrine est très décontractée et le blocage se fait dans la joie et la bonne humeur avec le concours des jeunes du quartier qui ont brûlé de manière citoyenne les poubelles du centre commercial afin d'empêcher un assaut des forces de police réactionnaires.

    Il est évident que cette grève provoque un sursaut citoyen nous dit Didier N. le chef de section de la LCR présent, mais c'est un hasard nous affirment Kevin et Sandrine, qui voit dans les réactions des jeunes bloqueurs la naissance d'un mouvement spontané et très fort qui peut amener des changements spontanés et très forts dans la société française. Il nous parle des disparités de salaires, entre une éditrice par exemple, dont le salaire peut aller jusqu'à 48000 Euros, et un facteur, qui ne touchera que 1800 Euros au mieux et après quelques années de travail.

  • « Le 4 et le 7 Septembre : journées nationales des baby-boomers concernés ».

    Imprimer Pin it!

    Article sur Agoravox où il va sans doute provoquer quelques réactions

    Le Père Fouettard en remet une couche.

    GRBJ0590.gifOn nous parle d'une rentrée socialement très chaude et agitée, dangereuse pour le gouvernement, et on nous dit que l'on va voir ce que l'on va voir, attention. On se dit qu'on aimerait bien que soit remises en cause l'hyper-consumérisme et la politique de rigueur ce que n'a pas fait François Hollande il y a quelques jours, en affirmant qu'il faudra bien augmenter les impôts en 2012.

    Ce matin déjà, Régine et Jane Birkin sont allées chanter sous les fenêtres d'Éric Besson, qui n'en doutons pas, a eu très peur. On pouvait voir aussi à leurs côtés des artistes engagés et compassionnés que l'on avait déjà pu apercevoir, pour un grand nombre, aux côtés du ministre de la culture pour défendre la loi Hadopi, et leurs droits d'auteur. Et même Carla B. s'est ému d'un plan Gabon d'un ministre (attention un contrepet se cache dans cette phrase sauras-tu le retrouver ?). Certains esprits chagrins s'étonneraient également du fait que les hommes et femmes de progrès aient attendu la rentrée pour dénoncer le sort des 1000 Roms expulsés entre temps, mais ils méditaient leur réponse, c'est évident, comme Cécile Duflot par exemple. Pourquoi la pauvre femme aurait-elle dû être culpabilisée et rentrer de vacances trop tôt ?

    Bertrand Blier dans une interview à un journal qui pense, lui aussi c'est un mauvais sujet, le disait plus clairement, « en France les artistes sont de gauche quant à la politique, et de droite quant au portefeuille ».

    Régine est une habituée des combats contre la discrimination, elle laisse entrer tout le monde chez « Castel », je suis sûr qu'il n'y a pas de physionomiste, comme par exemple, Steevy, bien sûr à condition que l'on puisse payer les consommations, ce ne sera pas possible de demander seulement un verre d'eau gratis. Quant à Jane Birkin, il y a très longtemps qu'elle fait partie des « sans-voix » ce qui lui donne une légitimité, bien entendu. Je suis un mauvais sujet doublé d'un mauvais esprit, mais je serais curieux de voir comment ça se passerait si des roms s'installaient rue de Verneuil ou devant « Castel ».

    Peut-être qu'il arriverait ce qui est arrivé aux tentes des « enfants de Don Quichotte », pendant une semaine, les « bobos » riverains du Canal Saint Martin trouvaient cela tellement sympâââ et tellement authentique, pensez donc, des pouilleux que l'on n'a même pas besoin d'aller chercher à l'autre bout du monde pour se sentir concerné et équitable, voilà que ceux-ci s'amassaient sous leurs fenêtres, ce qui faisait l'économie d'un billet d'avion pour l'Inde ou le Pakistan sans compter les soucis de santé et de fatigue dus au décalage horaire. Au bout de trois semaines, les « bobos » riverains trouvaient cela beaucoup moins sympâââ et ont demandé l'intervention de la maréchaussée à cause du bruit et de l'odeur. Et puis les pouilleux ça se fiche de savoir si Marie N'Dyaye est une bonne écrivaine ou pas, et un symbole d'une société multicul' en devenir (une société multicul a une très bonne assise de par son coté multiple pense-t-on souvent).

    La question ce n'est pas de se faire plaisir en balançant quelques lieux communs entre la poire et le fromage, ne serait-ce pas de proposer de complètement changer les structures d'une société entièrement basée sur le fric et l'apparence et l'iniquité sociale ? Curieusement, personne ne semble ne se soucier des discriminations au physique ou au louque dans notre beau pays, mais je le répète je suis un mauvais sujet et un mauvais esprit, c'est pour cela que j'aime poser les questions qui fâchent.

    Le 7, mardi, on devrait voir ce qu'on va voir également, Nicolas Sarkozy n'en dort pas, et il est à peu près certain qu'il a convoqué les chefs des armées pour défendre sa place mardi soir, quand la foule marchera sur l'Élysée. Bien sûr, je suis assez étonné que pour le moment, dans les tracts annonçant ce grand mouvement, on ne trouve quasiment aucune trace de l'inquiétude réelle, j'en suis sûr, de tous ces hommes et femmes de progrès, concernant les « précaires » de la fonction publique, contractuels et vacataires, qui ont perdu leur emploi pour cause d'économies des ministères. Pour l'instant il n'y a pas un mot les concernant. Mais je suis persuadé que les hommes et femmes de progrès qui réfléchissent pour changer la société mûrissent leurs phrases et qu'elles vont bientôt nous éclabousser de leur sagesse définitive.

    baby-boomer-health-1.jpgJe n'ai vu de traces nulle part également de quelconque analyse concernant la Crise que nous serions en train de vivre, subie surtout par les classes moyennes et les classes les plus défavorisées qui se doivent, j'en conviens, d'être éduquées à plus de solidarité, on n'éduque jamais assez le peuple. Étrangement les plus riches ne subissent pas la crise. Le clientélisme a toujours existé, tout comme le népotisme, mais là aussi je m'étonne de voir que personne ne semble s'étonner qu'il atteigne à ces jour des niveaux encore insoupçonnés à d'autres époques, des petites mairies de villages, où la secrétaire est souvent la copine de la femme du maire qui elle-même est chargée des activités pour les jeûnes et de la culture, aux antichambres feutrées ou non des ministères en passant même parfois par les syndicats dont certains ont encore le sens de la famille intact, pendant que Papa et Maman débattent et réfléchissent, le neveu et la nièce trient les tracts et collent les timbres mais pas à la cave (dans cette phrase se cache une allusion graveleuse, sauras-tu la retrouver ?).

    Enfin, last but not liste, personne ne s'inquiète de la responsabilité des « baby boomers » qui ont joui le plus possible de la société de consommation jeunes sans penser une seconde au futur, sans faire de gosses, ce qui permet de plus consommer, et qui entendent bien continuer à jouir le plus longtemps possible encore de ce monde spectaculaire et consumériste. Il faut quand même leur reconnaître qu'ils sont écologiquement des plus responsables, c'est surtout pour la sécurité on le sait qu'ils achètent des 4X4 ou autres voitures solides qui dépensent très peu en essence, tout le monde le sait, et cela est prouvé par une étude de Claude Allègre. Les générations qui viennent après, ils n'en ont rien à carrer, diront les mauvais sujets comme moi. Heureusement que certains parmi eux sont réalistes et pragmatiques et ont proposé intelligemment que le gouvernement français taxe les produits de la bourse, ce qui on le sait est tout à fait réalisable et envisageable car comme chacun sait le système financier est encore national et pas du tout mondialisé.

     

    Signé : Le Père Fouettard