Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

révolution arabe

  • Des esclaves modernes en Libye

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     

    voir ma source sur les nouveaux marchés aux esclaves à ce lien

     

    esclavage, Libye, société, politique, révolution arabe, amaury watremezOn a pu voir à la télévision sur FranceTV et sur le net une vidéo montrant des nouveaux marchés aux esclaves. Ce sont des images crues, froides et révoltantes, c'est le réel de la situation libyenne. Ce sont des images révoltantes pour toute personne dotée d'une conscience. Il s'en trouvera certainement pour les excuser ou les minimiser abjectement en invoquant la situation de certains salariés en Europe, celle-ci il est vrai n'étant pas très éloignée de l'esclavagisme. Mais cela ne change rien au problème.

     

    Il y a un moment dans ces vidéos qui me révolte particulièrement, qui me fait douter de la nature humaine un peu plus et de sa capacité à réfléchir, à réagir. Ce sont ces prisonniers qui lisent pieusement le Coran alors que c'est le prétexte même de leurs bourreaux, de leurs geôliers pour les réduire à un tel sort. L'être humain a besoin de se rassurer, de se conforter...

    Lire la suite

  • Pas de printemps arabe ?

    Imprimer Pin it!

     Aussi sur Agoravox

    Je précise tout de suite que j'ai parcouru le livre dont il est question dans cet article après avoir lu un article à son sujet dans « Charlie Hebdo », que l'on ne peut pas vraiment suspecter d'être un journal d'extrême-droite et ethno-différencialiste.

    image prise ici

    printemps-arabe-401274-jpg_264556.JPGAlain Chouet a travaillé trente ans à la DGSE, il connait donc la politique extérieure de notre pays de l'intérieur, en saisit les arcanes, les enjeux réels, les péripéties. Alain Chouet ne roule pour personne, il parle des faits, des faits et encore des faits. Bien sûr, certains y verront une manipulation d'« intox », c'est inévitable, mais Chouet n'est pas Robert Bourgi qui a des pertes de mémoire après 2005.

    Ne serait-ce que sur la Palestine, par exemple, je trouve personnellement insupportables les touristes politiques qui ont passé quinze jours là-bas et croient tout en savoir en revenant, ignorant toute la complexité de ces pays dont la vie politique ne se résument pas à quelques slogans qui font plaisir à être assénés entre la poire et le fromage pour impressionner la petite nièce qui est en première année de « psycho » à Saint Denis.

    Dans le livre « Au cœur des services spéciaux » aux éditions de la Découverte, il parle de son expérience et en particulier de son expérience dans les pays du Proche et Moyen Orient, proche du concret, loin des utopies et des grandes déclarations pompeuses de rebellocrates diplômés ou pas. Il connait ces régions du monde depuis les années 70 et l'émergence des mouvement terroristes issus de l'Islam chiite, particulièrement depuis la « Révolution » iranienne de 1979.

    A l'époque, il faut se souvenir que les grandes et belles consciences saluaient cette révolte « démocratique », menée par l'imam Khomeiny,qui a fini par sombrer dans la pire des théocraties.

    Le terrorisme au Proche Orient nait aussi des revendications palestiniennes sur leurs terres, des revendications légitimes, mais qui ne justifient pas le terrorisme une seconde, de leur sentiment d'abandon par l'Occident, mais pas seulement, car les pays arabes alentours ne soutiennent pas vraiment non plus les palestiniens, les jordaniens en particulier ayant des vues sur la Cisjordanie.

    Alain Chouet était en Libye quelques temps avant le début des évènements qui ont secoué ce pays, il parle des « civils » surarmés, venus d'Égypte, pays ayant toujours jalousé le pétrole de son voisin, et qui n'a pas accepté son indépendance, qui ont mené des actions visant à la déstabilisation du régime de Khadafi. Il montre clairement aussi que c'est surtout parce que l'armée n'a pas bougé en Tunisie que Ben Ali est tombé, et que c'est l'armée qui détient le pouvoir en ce moment dans le Maghreb.

    Quant à l'Égypte, on comprend que ce sont les militaires qui ont en main le pouvoir de décider qui va gouverner, et que pour l'instant, les « frères musulmans » apparaissent comme les dirigeants probables de ce pays. Alain Chouet décortique tout le processus qui a mené à l'acceptation des mouvements musulmans les plus conservateurs par les occidentaux, qui jouent ici le rôle d'idiots utiles, et que ces mouvements conservateurs sont bien loin d'être en perte de vitesse, que c'est même plutôt l'inverse, ils sont loin devant tous les autres, bien plus structurés, bien plus dynamiques.

    il démontre que ce sont ces mouvements qui sont dangereux et non Al Quaida qui ne représente plus un grand risque réel.

     

    Et il rappelle aussi que si Bachir El Assad est effectivement un tyran, ceux qui voudraient lui succéder sont bien plus autoritaires, bien plus arbitraires et dangereux.

    La conclusion que l'on se fait après l'avoir lu est simple, il n'y a pas de « printemps arabe », il n'y a jamais eu tout au plus que des manipulations géopolitiques ourdies au bénéfice des puissants, comme d'habitude, tout cela est un leurre, un miroir flatteur que se tend l'Occident à lui-même pour se donner bonne conscience et ne pas avoir à se poser trop de questions qui pourraient amener à remettre en cause l'essentiel, à savoir l'iniquité originelle qui fonde l'hyper-consumérisme moderne.

    C'est tellement mieux que d'autres fassent, ou semblent la faire, la révolution par procuration.

    Ci-desous, Alain Chouet parle aussi des légendes concernant Al Quaida.