Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

révolte

  • Où l'on reparle d'Emmet Grogan

    Imprimer Pin it!

    politique, société, littérature, diggers, grogan, révolte, rebelles, réacs, amaury watremezL'on n'a jamais autant applaudi, par la grâce des réseaux dits sociaux et du net, des aphorismes abscons pétris de bonnes intentions, révéré une culture du slogan, de la « petite phrase » provoquant du bruit médiatique. Cela a encouragé l'instinct grégaire et les réflexes pavloviens en politique bien au delà des frontières contre lesquelles ils butaient auparavant, et ce (le Tout Puissant le Miséricordieux soit loué) grâce aux bienfaits de la technique moderne. Plus personne ne lit les textes provoquant le « beuze » jusqu'au bout, on se contente du «chapeau » de l'article, de son titre parfois provocateur. Plus personne ou presque ne veut au moins essayer de faire quelque chose invoquant tel ou tel alibi.

     

    Et ce aussi bien chez les progressistes de la gauche sociétale que parmi les pseudo réacs de salon.

     

    Cette idée me venant, cela m'a remis en mémoire les frasques d' « Emmet Grogan » (ce n'est pas tout à fait son vrai nom, il s'appelait en fait Eugene, né en 1942 mort précocement en 1978, bio ici ) et en particulier l'épisode du discours d'Hitler (voir ce lien) prononcé en 1968 au « London Ronhouse » dans le cadre d'un séminaire sur la libération des mœurs et de la société. Grogan donc prononce avec emphase et jubilation ce texte sans dire tout de suite bien entendu l'auteur originel de ce pensum apparemment bourré de lieux communs mièvres et enflammés, de grandes et belles intentions bien ronflantes....

    Lire la suite

  • Les révoltés de la coque de noix

    Imprimer Pin it!

    politique, société, monde, révolte, indignation, amaury watremez, stéphane aisselleSur Internet pullulent les révoltés de coque de noix à défaut d'être des révoltés modernes du « Bounty », avec eux le drapeau noir flottera incessamment sous peu sur la marmite.

     

    Ils sont indignés sans limites, rebelles à tout prix, dans tous les sens, et prêts à en découdre. Ils ne se laissent pas faire par les discours officiels, ils savent bien que cela ne se passera pas comme ça et que ça ne se passe comme ça. Et puis derrière « l'open space » ou devant son guichet, ça permet de se consoler de ses frustrations diverses et variées, de croire ou de feindre de croire que l'on n'est ni un minable et encore moins un simple rouage du système tel qu'il est.

     

    Et de rêver d'un passage à la télé en « prime time » même si c'est seulement pour être le révolté de service du jour...

    Lire la suite