Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pluralité

  • Les beurs et beurettes de service

    Imprimer Pin it!

    Fatiha Boudjahlat, société, médias, télévision, beurs, racisme, pluralité, hypocrisie, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    De temps en temps dans les médias émergent des figures de « beurs » réputés de droite ou anti-islamistes » affirmés, jusqu'à un certain point on le verra. Ces « beurs » et « beurettes » affirment l'importance de la laïcité et des valeurs de la République Française. Je pense en particulier à Zineb El Rhazoui (voir à ce lien ), à Fadela Amara, fondatrice de « Ni putes ni soumises », disparue des radars, ou en ce moment à Fatiha Boudjahlat (voir entre autres à ce lien), avec une affection particulière pour la première qui est directe et sans fioritures quant à l'islamisme, raison pour laquelle à mon avis on ne la voit plus à la télévision ou dans les médias.

     

    Zineb questionne avec courage le rôle de l'Islam dans la question du fondamentalisme et l'attitude plus qu’ambigüe de la majorité des musulmans dans son dernier livre, « Détruire le fascisme islamique ». Pour elle le problème est essentiellement religieux...

     

    Zineb est menacée de mort et sans cesse protégée. Elle est comme Ayan Hirsi Ali, toujours obligée de vivre entourée de gardes du corps, dans l'affirmation bien nette et sans bavures du réel. C'est sans doute pour cette raison que les médias évitent soigneusement de l'inviter tout comme Farida Belghoul qui sent le soufre, attention c'est une beurette « fââchiiste » mon bon monsieur (voir à ce lien).

    Lire la suite

  • Un tsunami inéluctable pour Macron

    Imprimer Pin it!

     Aussi sur Agoravox

    ...ou raz-de-marée macroniste (nien ? nesque?) inévitable

     

    politique, société, emmanuel macron, démocratie, pluralité, amaury watremezIl y a autour d'Emmanuel Macron une de ces adulations excessives que je hais profondément. De ce boutonneux que j'ai croisé à la sortie du métro tractant avec le même air de tous les convertis à une nouvelle religion, à ces quinquagénaires bécébégé m'expliquant doctement qu'il fallait bien que les classes moyennes (donc pas eux) fassent quelques sacrifices pour que l'économie de la France se relève. Ce n'est pas la personne présidentielle que je déteste, Macron n'est qu'un cynique, un opportuniste extrêmement habile qui va faire bientôt passer des ordonnances concrètement mortifères pour tous les salariés, les chômeurs et tous ceux qui vivent grâce aux allocations.

     

    Ainsi que le disait un type que d'aucuns prendraient encore maintenant pour un grincheux, un ancien maire de Bordeaux, au XVIème siècle, un certain Montaigne ayant préféré se réfugier dans sa bibliothèque plutôt que de lutter en pure perte contre la bêtise triomphante et meurtrière à son époque :

     

    Lire la suite