Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

orthographe

  • La-le dernie-ère lubi-e bien-pensant-e

    Imprimer Pin it!

    littérature, société, politique, écriture inclusive, orthographe, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    L'écriture inclusive est la dernière lubie à la mode parmi les bourgeois pédagogues, ce genre de bien-pensant-e-s qui aiment bien donner des leçons de morale au reste du monde, et plus particulièrement aux petites gens. C'est d'ailleurs une lubie contradictoire car à les entendre l'orthographe serait une vieille manie de réacs fini-e-s, quelque chose d'insupportablement paternaliste, sauf quand cela les arrange (ou les dérange). A les entendre, l'écriture inclusive deviendrait obligatoire, indispensable pour développer l'égalité entre hommes et femmes.

     

    Notons que quand celle-ci est battue en brèche par des personnes 'issues de la diversité" se basant sur leur foi religieuse, alors ce ne sera pas pareil. Ils évoqueront le respect des cultures différentes, j'en passe et des pires, méprisant au fond ces minorités qu'ils perçoivent comme incapables de réfléchir par elles-mêmes et évoluer en abandonnant des coutumes parfois problématiques avec nos valeurs.

    Lire la suite

  • Ortograffe

    Imprimer Pin it!

    politique, société, littérature, écriture, orthographe, amaury watremezLa réforme de l'orthographe si décriée part de bonnes intentions. Constatant que celle-ci est un « marqueur social » de plus en plus appuyé, et que la dysorthographie est endémique dans les écoles françaises, l'Académie est les institutions décident de la réformer et de l'adapter à l'ère des « essèmesses ». Comme cela, croient-ils, les plus précaires, les français de fraîche date ne se sentiront plus stigmatisés par leur ignorance d'une langue qui leur serait maintenant beaucoup plus accessible car recelant beaucoup moins d'exceptions.

     

    Rien n'est plus faux.

     

    Bien loin de combler le fossé, que dis-je l'abîme, existant entre ceux maîtrisant un registre soutenu de la langue et les autres, cela l'élargira, le creusera un peu plus. Ils croient lutter contre l'élitisme mais ne font que le renforcer et en créer un bien pire. Les « classiques », Stendahl, Flaubert, Maupassant, Corneille, Racine, et Proust ou Céline ne seront plus accessibles qu'à quelques favorisés bénéficiant d'une éducation plus exigeante en matière culturelle pendant que les enfants des pauvres continueront à regarder « Touche pas à mon poste » et ses succédanés sur différentes chaînes....

    Lire la suite