Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

noel

  • Joyeuses fêtes et surtout la santé

    Imprimer Pin it!

    société, politique, noèl, religions, christianisme amaury watremezIl y a aura toujours des petits, et grands, censeurs de joie. Les censeurs de joie ne supportent pas les plaisirs pouvant exister en dehors de leur idéologie à la noix, des plaisirs contredisant leurs certitudes absconses. Devant une œuvre d'art, un paysage de rêve, un film, en lisant un livre ils ne recherchent que ce qui leur permet de persévérer dans leur sottise. Ils ne goûtent pas la vie, ils la refusent, la détestent et profitent de la moindre once de pouvoir qu'ils ont pour communiquer leur rancœur, leurs frustrations aux autres...

     

    Les donneurs de leçons habituels s'en prennent maintenant à Noël. Noël est une fête chrétienne même si elle a perdu beaucoup de son sens depuis quelques décennies. Et c'est la signification de cette fête chrétienne (je répète pour bien agacer les moralisateurs laïcards ou communautaristes) qui implique cette convivialité et ce temps de paix que tous croient bon de vivre le 24 et le 25 décembre. Que Noël soit une fête chrétienne même encore un peu les embête un maximum alors que les droits de l'homme qu'ils invoquent tant ne sont que la laïcisation de celles issues de l’Évangile.

     

    Ce qui tient encore un peu dans notre société : le souci minimal de l'autre, de protéger un peu les plus fragiles, en vient encore...

    Lire la suite

  • Noël j'oublie tout

    Imprimer Pin it!

    société, politique, religions, christianisme, noel, amaury watremezC'est Noël on oublie tout

    C'est Noël les criminels embrassent les flics. Ils rendent l'argent, ils sont tout doux.

    C'est Noël les violeurs font un gentil bisou sur le front aux jeunes femmes et leur offrent un thé. Ils devisent ensuite gentiment sur la pluie et le beau temps.

    C'est Noël dans la train de banlieue, tout le monde il est beau tout le monde il est gentil. On ne sait pas trop pourquoi mais c'est comme ça.

    C'est Noël et même les plus à gauche des communautaristes, des hérauts de la laïcité prennent des vacances et décorent un sapin...

     

    C'est Noël il n'y a plus de sans-abri dans les rues, plus de vieilles femmes crevant seules de froid dans leur taudis.

    Lire la suite

  • Bonnes fêtes et surtout la santé !

    Imprimer Pin it!

    « Les Européens, progressistes ou libéraux, se veulent des hommes sans bagage, des individus hors sol, hors frontières, hors culture, mais, pour les fondamentalistes, nous sommes définis par notre religion et notre passé. »

     

    Noël, politique, société, solstice d'hiver, politique, amaury watremezPascal Bruckner dans cet article du « figarovox » à ce lien (merci à Richard de Sèze)

     

    Depuis quelques années déjà, il est de bon ton pourtant un peu partout en France, dans la plupart des administrations publiques, dans les médias, de dire « bonnes fêtes » au moment des fêtes, Noël et le Jour de l'An. Cela permet de ne pas stigmatiser ceux qui ne croiraient pas dans la signification religieuse de Noël pour les chrétiens, ou pour qui l'année commence à un autre moment. Ils pourraient se sentir très très tristes les pauvres, on peut les comprendre.

     

    L'on a vu fleurir comme des mauvaises herbes dans la plupart des préfectures et sous-préfectures, sur leurs façades, dans les rues, éclairant les monuments, ces abominables décorations lumineuses vaguement géométriques ne voulant surtout pas évoquer la naissance du Christ il y a un peu plus de deux-mille ans dans l'étable d'un caravansérail surpeuplé de Bethléem. Joseph et Marie ne connaissant pas « Booking.com » et « Mappy » ils avaient dû se fier à la divine providence ainsi qu'à l'usage.d'un GPS interstellaire.

    Lire la suite

  • Chroniques du pays réel – les courses de Noël

    Imprimer Pin it!

    noèl, société, égoïsme, politique, fête matérialiste, nostalgie, amaury watremezNoël il y a encore quelques années avait encore un sens un petit peu spirituel pour la plupart des français. On allait à la « messe de Minuit », on attendait d'en être rentrés pour réveillonner et que les gosses ouvrent les cadeaux, quand il ne les ouvrait pas le lendemain matin. Se réjouir ensemble en partageant de bonnes choses, offrir des présents à ceux que l'on aime c'est une forme de louange toute aussi importante que la prière pour un croyant. Contrairement à ce que j'ai pu entendre au sein de certaines communautés dites nouvelles, ce n'est pas du matérialisme. Il y a des familles où l'on aimerait bien l'être juste un peu, à commencer par le soir de la Nativité.

     

    En 2016, Noël n'a plus aucune signification profonde, il s'agit de bouffer quitte à en être malade. « Qu'est-ce qu'on va se mettre, hein ! Nous on prévoit un vrai gueuleton avec du foie gras, des zuitres, et tout ! » se vantait un couple d'âge mûr face à moi dans le bus. Il s'agit d'avoir acheté à ses gosses tout ce qu'ils se doivent d'avoir dans leur chambre d'enfant décorée comme dans une pub.

     

    Je l'ai souvent entendu cette phrase bien grasse cet après-midi en me promenant dans Paris où tout était ouvert, c'est normal, nous sommes deux semaines avant Noël. Il faut bien que le commerce fasse du chiffre, et c'est la meilleure période de l'année. Car Noël n'est plus que cela, du commerce. Les personnes ressentent comme une quasi-obligation le fait de consommer, acheter, dépenser même si c'est progressivement interdit à tout ou partie de la classe dite moyenne de plus en plus précarisée et même si de plus en plus de monde fait les achats via le net. Et puis l'instinct grégaire est plus fort que tout le reste.

    Lire la suite

  • Soyez joyeux c'est un ordre

    Imprimer Pin it!

    11-30-2007_rockwell-300x395.jpgComme chaque année en la période des fêtes de fin d'année revient l'injonction habituelle au bonheur matérialiste et obligatoire pour les citoyens consommateurs. Et aussi l'obligation qu'ils acceptent sans aucun problème d'acheter le plus possible des produits et biens désignés par la pub et les médias, ou la pression du groupe, afin de se réjouir aux dates imposées pour tous sans que ces jours gardent quelque signification spirituelle réelle collective ou individuelle que ce soit, excepté celle de retrouvailles en famille même si cela finit rarement aussi franchement que dans « Festen ».

     

    Entre le foie gras reconstitué et le saumon Labeyrie on rumine ses rancoeurs et son ressentiment, l'on prétend prendre des nouvelles des autres convives uniquement pour entretenir tout cela, toutes ces mauvaises choses plus tard, au retour. Il est souvent question de l'oncle tellement « artiste » et « sensible », vieux gars dont on a un peu pitié, de la tenue de l'une et de l'autre, des allusions que l'on croit deviner derrière une phrase ou l'autre de proches que l'on ne reverra surtout pas le reste de l'année.

     

    L'on ira bien pour une fois à la « messe de Minuit », ne l'étant plus que rarement dans nos paroisses depuis fort longtemps, pour faire plaisir aux parents ou aux grands parents, ou à la veillée de lectures pendant laquelle tout le monde ou presque espère surtout que ça se termine vite. Elles rappellent généralement « les trois messes basses » racontées par Alphonse Daudet et dites par un Dom Balaguère pressé de faire bombance.

     

    On sent l'impatience monter au fur et à mesure. L'on s'agite de plus en plus...

    Lire la suite

  • Joyeux Noël avec un ami

    Imprimer Pin it!

    Kim et moi, le modeste et humble taulier de ce blog d'exception sans me vanter (sans blaguer..., ici je mettrais bien lol pour que les imbéciles comprennent qu'il y a ici deux doigts de dérision), vous souhaitons un Joyeux Noël en attendant la Troisième Guerre Mondiale qui ne devrait pas tarder tout comme le choc des civilisations que les imbéciles attendent de tous les côtés, il y a des signes qui ne trompent pas...

    « L’ignorance et la bêtise du peuple font la force du dictateur. »

    « Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne. L’ignorance est la nuit qui commence l’abîme. » Victor HUGO

    « L’ignorance est une mauvaise graine que les tyrans cultivent parmi leurs sujets, mais qu’aucune démocratie ne peut se permettre parmi ses citoyens. » William BEVERIDGE

    ci-dessous pour compenser le faciès de Kim une image de Scarlett devant notre sapin...

    1468542_10205723994007655_1777321838266407626_n.jpgpolitique,noël,amaury watremez

  • De quelques initiatives niaiseuses de Noël...

    Imprimer Pin it!

    Pour rester dans l'esprit de joliesse et de bonté des fêtes, j'avais envie de narrer quelques initiatives niaiseuses qui m'ont fait bondir. Pour mettre dans l'ambiance, un extrait de "Deux heures moins le quart avant Jésus Christ"...

    "Quoi, j'ai dit une connerie ? Un gosse qu'est né dans une étable ça va changer la face du monde ?"

     

    Dans une paroisse, d'un diocèse que je nommerai pas, un groupe de personnes emmené par l'évêque et quelques prêtres ont apporté pour Noël aux prisonniers de la maison d'arrêt une main en plâtre (pas une crois, pour ne pas choquer les prisonniers qui ne sont pas chrétiens) et un panneau avec les signatures et des messages de Noël. C'est très gentil mais c'est une fois dans l'année et totalement déconnecté du réel : je suis sûr que cela fera plaisir aux adolescents voleurs de mobs violenté lors de leur première nuit en prison, et à ceux qui doivent dormir, se laver, déféquer et vivre à neuf dans 10 mètres carrés. Cela les bons apôtres ne veulent pas le savoir, ils veulent faire leur B.A de Noël, sincèrement persuadés de la pureté de leurs intentions je pense.

    A la chaire de nombreuses églises (au sens figuré je parle, il y a longtemps que beaucoup de prêtres vont et viennent un micro HF à laours_polaire.jpg main comme des pro des promos de grands magasins), de nombreux ecclésiastiques nous ont ressorti le même genre d'histoire, à savoir une sorte de parabole moderne qui met en scène le plus souvent un couple de sans-papiers qui ne trouvent pas de logis le soir de Noël, et puis ô miracle, des braves gens se dévouent pour les aider, même des politiques je suppose, ce qui changerait la Crèche car l'homme ou la femme politique serait devant le gosse dans la mangeoire. D'aucuns avaient même une année reconstitué une Crèche populaire moderne remplaçant les bergers par des lascars de téci, l'âne par une mob (103 SP) et le bœuf par un pitt-bull.

    Devant l'hôtel de ville d'un endroit dont je tairais le nom on peut trouver une sorte de bulle en plastoc (équitable ?) dont la température et le gonflage sont maintenus 24h sur 24 par un groupe électrogène et une prise de courant. Rappelons que cette mairie a souvent parlé d'écologie et de développement durable mais là c'est pire que laisser son plasma en veille toute la nuit. Dans la bulle on trouve des jolis n'animals électroniques qui bougent de manière saccadée et vaguement inquiétante ; deux ou trois ours blancs et un renne. Les badauds attendris trouvent cela d'un goût exquis, le tout sur des chansons montées en boucle de la Compagnie Créole. Les parents montrent le tout aux gosses : « Tu as vu les z-ours ? », gamin : « Mais Y'a pas le Père Noèl avec ses cadeaux !? », autre gamin : « Ouaiis, c'est comme à Disneyland ! ».

  • Un petit peu de paix de Bach pour Noèl

    Imprimer Pin it!

    Attention, il ne faut pas dire que Noèl est avant tout une fête chrétienne et non un prétexte commercial pour faire du pognon, bouffer ou picoler. Même les Pères Noèl sont laïcs dans certaines municipalités, ou certaines associations (vu cet après-midi à Evreux). Il en faut surtout pas rappeler la naissance de Jésus en -4 ou +6....

    Alors que personne ne sera sauvé par le consumérisme.

    dédié à Rackam, Rotil, Bibi, Lisa, et Sophie commentateurs émérites sur Causeur.fr

    (Le genre de notes qui excite les trolls et autres névrosés, "mais pour qui qu'y se prend ?!", j'adôôre. Je les plains, c'est dur d'haïr tout le temps et tout le monde, de se forcer parfois à l'hypocrisie en société, car il y a aussi le troll mielleux)

  • Santé bonheur à tous !

    Imprimer Pin it!

    evamendesxi1.jpgD'Evreux, cette ville élégante et raffinée nichée au creux d'une souriante vallée, je cache mon amour avec Eva Mendès. Pour ceux qui suivent ce blog je livre ici une cruelle révélation, Jessica Alba m'a quitté pour un militaire sud-américain. Gràce au ciel, rencontrant Eva dans un coquetèle pour la promotion de l'excellent polar de James Gray dans lequel elle jouait au sommet d'un immeuble chic des Champs Elysées, elle-même ayant rompu avec son amant précédent, j'ai retrouvé le bonheur. Eva aime beaucoup les roses fraîches, elle m'en apporte chaque matin. Nous partageons alors quelques gorgées d'un thé vert que je fais venir spécialement d'Inde en jet privé.TheSpirit-Photoshoot-01.jpg

    Parfois, Scarlett Johanson, dont le buste chasse-neige est une insulte à l'usage du lait en poudre, vient nous rejoindre et nous relisons des extraits de Dante ou de Virgile. Celui-ci nous fait parfois sourire, voire rire aux éclats. Comme en plus, Scarlett imite très bien l'accent romain du IIème siècle avant Jésus Christ, on ne s'ennuie pas pendant nos soirées.

    Ensuite, nous allons nous promener sur la promenade de l'Iton, charmant endroit pittoresque peuplé de sympathiques buveurs de vin fin dont la jovialité est proverbiale. Il nous arrive d'aller manger dans un restaurant de qualité non loin, une taverne d'origine alsacienne où nous apprécions le sens de l'accueil des indigènes.

    Le soir venu, nous pouvons nous laisser aller au vertige de nos sens z-enfièvrés et nous observons deux papillons.

    post-scriptum : Il ne faut pas hésiter à aller voir The Spirit, inspiré du célèbre "comics" de Will Eisner. Pour ceux qui aiment ou pas la BD d'origine.

  • Joyeuse fête de la consommation à tous...

    Imprimer Pin it!

    ...Et Joyeux Noèl à ceux qui sont encore lucides.

    Ou Miilaad Majiid

    bethleem.jpgNoèl ce n'est même pas la date exacte de la naissance d'un tout petit enfant à la fois homme et dieu dans une des mangeoires d'un caravansérail bondé il y a à peu près deux-mille ans. Mais qu'importe, c'est le jour où on la fête. Comme toujours sur la terre de Palestine, hier comme maintenant, du moins quand les canons s'arrêtent d'un côté ou de l'autre de la frontière, ce devait être un joyeux désordre, le bordel complet mais sympathique, des enfants qui courent un peu partout, des animaux que l'on a dans les jambes, des poules, des moutons, des vieilles commères autour de Marie. La foule là-bas n'est pas la foule anonyme et pressée d'Europe, sans âme. On peut voir maintenant une étoile d'argent dans la Basilique de la Nativité, censée indiquer l'emplacement du berceau. En fait c'est un peu plus bas, à la crypte de Saint Jérôme, là où le Saint a traduit la Bible en latin. Il n'y a pas de cartes postales de ce lieu, ça me convient, il est encore préservé de la sottise. Je me demande si cette année les chrétiens de Gaza auront le droit d'aller célébrer la naissance du Messie. Si les dirigeants de TF1 savaient quels sacrifices ceux-ci sont prêts à faire pour y aller, ils réfléchiraient peut-être à deux fois avant de diffuser un concert de Michel Sardouille à la place.

    Bethléem est comme Jérusalem dont je parlais il y a quelques notes, une vraie ville, ce n'est pas un Disneyland spirituel. Quels sont les pélerins qui oseront s'y confronter au réel : le pire, la guerre et la haine, le meilleur, la profonde humanité de cette ville. Les chrétiens y parlent arabes, ils y sont de moins en moins nombreux, et ceci dans l'indifférence quasi générale des chrétiens d'Occident. Ils ne sont pas nombreux les catholiques de France ou d'Europe qui parleront clairement de leur situation dans la clarté et la transparence.

    Noèl à Bethléem

  • Un missile sur un moustique

    Imprimer Pin it!

    IMG_0043_wa.jpg

    photo : quartier de Meah Shearim (les 100 portes) à Jérusalem

    Ce week-end, un taré a dessiné une croix gammée à la bombe sur la porte du local d'une association d'étudiants de confession juive. Ce genre de tarés ne manque pas, fasciné par le nazisme, l'esthétique cuir, les rassemblements sains et virils qui lui permettent d'exprimer son homosexualité latente sans se compromettre et sans se faire traiter de "pédé" ce qu'il n'arrive pas à s'avouer le plus souvent. Leur racisme n'est pas forcément le plus nocif, beaucoup moins que le racisme ordinaire des braves gens en tout cas. Car les débiles on les voit venir de loin au moins...

    En face de cet acte certes d'une grande connerie, les responsables du MRAP et de plusieurs associations, dont SOS Racismes, ont réagi en sortant la grosse artillerie, en ont appelé à la République et la Patrie en danger. Ce n'est pas qu'il ne faut pas réagir mais c'est le genre de réactions qui pousse ce type de taré à en rajouter plusieurs couches car enfin on parle de ce qu'il a fait, (même si c'est une connerie il s'en fout). Dans le même temps, il y a des cimetières chrétiens profanés chaque semaine sans que les mêmes ne s'en émeuvent, ou des mariages forcés dans des familles musulmanes quand celles-ci sont dociles aux traditions les plus avilissantes pour les femmes, comme à Meah Shearim aussi, là pour se justifier ils invoquent les différences culturelles et en gros la relativité des droits de chacun, et j'en passe.skinhead.jpg

    Ce genre de missile bombardé sur un moustique pousse les uns ou les autres à réclamer son quartier, avec ses coutumes et ses petites habitudes, son communautarisme. Au lieu de chercher à développer l'éducation, la culture ou une conscience collective (C'est d'ailleurs pour cela que l'exaltation de la couleur de peau d'Obama est idiote, on le limite à ça, on ne tient aucun compte de ses compétences). Cela permet aussi aux extrèmistes de laisser croire qu'ils représentent leur religion, comme les loubavitch à Paris ainsi que le signale Elisabeth Lévy dans cet article excellent.

    Ci-contre, quelques tarés en réunion

  • Overdose de guimauve consumériste

    Imprimer Pin it!

    is9.jpgLe but principal de cette société c'est de consommer et pouvoir consommer. Il domine tout. Il rend fou aussi. Ceux qui ne peuvent plus consommer, acheter, se laisser mener par la société spectaculaire la rejettent, ou font mine de la rejeter, ou expliquent ça par une sorte de pseudo-nihilisme sur la politique et l'intellectuel mais la consommation domine et reste la valeur la plus importante, le centre de la vie. Quand ils arrivent à récupérer un peu de fric d'un côté ou l'autre, un peu de moyens, ils se remettent à acheter tel gadget ou tel autre. Les SDF dans la rue sont pour la plupart aliènés par cette impossibilité pour eux de continuer à consommer et si autant de peuples du Sud de la planète émigrent vers nos pays c'est, excepté la grande ou très grande pauvreté, la faim, la privation des libertés, pour la même raison. vache-a-lait.jpg

    C'est quand même effarant, je trouve, cette manière de placer sa dignité dans la possession d'un objet que les médias, la pub et l'entourage conditionnent à acheter. C'est une société d'aliénés poussée à son paroxysme, comme ces jeunes qui dansent ensemble, les écouteurs vissés sur les oreilles, mais n'écoutent pas la même musique, chacun perdu dans son monde. C'est comme ces hommes qui téléchargent du porno au kilomètre sur le net, en se disant que ça ne portera pas à conséquence, et qui s'enferment progressivement sur eux-mêmes, sans s'en rendre compte, en se persuadant d'être libres quant à la morale commune, et finissent par oublier les sentiments. Faut pas leur dire, on se ferait traiter de moralisateur (Soyons bien clairs, ce sont les conséquences qui me choquent le plus et la fréquence, et la violence des images, le véritable érotisme étant une chose bien différente de cette bouillie sexuelle d'internet).

    Note personnelle pour des commentaires éventuels : prière d'éviter aussi le "c'est çui qui dit qui y est".

    On enrobe ça souvent avec la même guimauve, on exalte une pseudo-simplicité des vrais gens simples (les intellos sont des emmerdeurs qui empêchent de consommer dans la joie) de Philippe Delerm à Anna Gavalda en passant par à peu près toutes les émissions de télévision, pour stigmatiser ceux qui osent critiquer cette pierre angulaire de la société spectaculaire on leur oppose toujours le même genre de discours : on traite l'autre au choix de "gauchiss", de "facho" ou de "réac," ce qui revient toujours à la même imbécilité. C'est le genre de qualificatifs qui ferment la discussion et c'est souvent que l'imbécile sait très bien qu'il a tort, mais il voudra quand même avoir le dernier mot. Et puis critiquer les objets qu'il ne peut s'empêcher d'acheter, c'est le critiquer lui (ou elle). Car sa personnalité est d'après lui dans ces choses inertes (mais chères).

    L'indocilité à cette sacro-sainte règle de la consommation comme seule dynamique de l'existence est perçue comme de la folie et comme insupportable. La plupart des participants de cette société spectaculaire ont une mentalité d'esclaves, se félicitant de l'être comme cette dame, dans les premiers temps du portable, qui se flattait que maintenant son patron pouvait l'appeler à toute heure du jour et de la nuit, bref elle était contente d'être taillable et corvéable à merci. Sur un forum où j'ai cité l'anecdote, un des participants m'a répondu avec une force d'argumentation qui frise le sublime : "Et si ça lui plaît?". Il avait raison, ça plaisait à cette dame d'être esclave et à lui aussi. Car l'esclave aime son esclavage même s'il est chargé de chaînes. C'est la liberté d'esprit et de ton qui lui fait peur.

  • Décorons la maison pour Noèl dans la joie

    Imprimer Pin it!

    16footultimate-med.jpegDepuis quelques années, c'est devenu une tradition de bon goût (enfin si j'ose dire), il est devenu de bon ton de décorer sa maison avec des guirlandes lumineuses de toutes les couleurs, des pères Noèl pendus aux antennes de télévision ou aux paraboles. Ainsi les pavillons phénix deviennent des phares dans la nuit de celui qui n'est pas sensible à la joie commerciale de Noèl. Comme ça non contents de partager la joie de Noèl et sa lumière (éblouissante) avec les voisins, que ceux-ci soient volontaires ou non (mais on s'en fout, ceux qui râlent c'est qu'ils n'aiment pas la joie de Noèl quoi), et ses proches, on fait la joie du monsieur de l'EDF qui peut ainsi s'enrichir durablement. En voyant un reportage au JT de France2 (alors que ça aurait pu être chez Jean-Pierre Pernod), je me pinçai en me demandant si ce que je voyais était vrai : des braves gens installaient des prises spécialement pour ça, comprises dans les plans de la bicoque, pour brancher les guirlandes de Noèl qui font que lesimage96.jpg lotissements déjà dans le genre américain (bagnoles, pelouse rase, porte dans le style amerloque...) ont l'air maintenant de Las Vegas en minuscule, le mauvais goût y demeurant aussi sûr. C'est comme cette tradition idiote du Père Noèl (il laisse la mère Noèl déballer seule ses cadeaux), il paraît d'ailleurs qu'un petit boulot se développe en ce moment c'est celui d'intermittent qui se déguise en gros barbu le soir du réveillon et vient faire "coucoubonsoir" pour deux-cent euros aux gniards pourris-gâtés pour qu'ils continuent à croire dans cette légende stupide. On me dira que les adultes continuent de croire au Père Noèl, la preuve ils ont voté Sarkozy à 54%.