Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marine le pen

  • L'utilité réelle de Marine le Pen

    Imprimer Pin it!

    FN, Marine le pen, société, politique, présidentielles 2017,n amaury watremez

    Sur Agoravox aussi

     

    Marine le Pen a perdu les élections présidentielles et a été médiocre durant le débat télévisé l'opposant à Emmanuel Macron. Elle s'est basée pour s'opposer à lui sur les divagations d'un psychologue de carnaval. Elle a malgré tout doublé le résultat de son père contre Chirac en 2002 ce qui en dit long sur la fracture existant en France entre les élites et la base. Si elle avait été meilleure politique, les oligarques auraient pu véritablement s'en faire. Mais tout comme son père et malgré la "dédiabolisation" on sait trop "d'où elle parle" et qui elle est. Elle a aussi tout comme son géniteur viré bon nombre de cadres de son parti qui auraient pu être des soutiens de poids non négligeables dans la campagne.

     

    On dirait qu'elle ne sait pas trop quoi faire de son succès et qu'elle est presque gênée de tenter de crever le fameux "plafond de verre". Et il faut bien dire qu'elle est bien utile pour parquer les mécontents dans un enclos bien délimité des fââchiistes, des crypto-nazis, des ploucs xénophobes ce qui permet d'éviter tout questionnement pour la "France d'en haut" sur sa responsabilité dans la précarisation du salariat, la paupérisation de la "France périphérique". Elle est bien utile afin de faire passer la pilule des mesures dites de réforme qui sont autant de mesures antisociales, et de désengagement progressif de l'État de ses prérogatives régaliennes.

    Lire la suite

  • Le retour des heures les plus sombres de notre histoire

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox 

    Je me disais qu'ils avaient compris fort naïvement :

     

    présidentielles 2017, société, politique, marine le pen, emmanuel macron, amaury watremezLes journalistes, les éditorialistes comme il faut, les politiques, les militants, les citoyens z-engagés, les bons apôtres....

     

    Je me disais qu'ils allaient entendre réellement l'expression démocratiques des électeurs sans les injurier...

     

    Je pensais qu'ils n'allaient pas refaire le coup des refrains habituels moralisateurs, des couplets entendus depuis des décennies dés que quelqu'un s'avise d'être de droite sans barguigner car ce genre de moralisation est une des raisons de la progression du vote FN. J'avais tort. Si pendant quelques jours, on ne les entendit pas beaucoup, ils étaient comme éteints. Depuis ce qui s'est passé à « Whirlpool » à Amiens, c'est le concert à tout va et dans tous les sens, l'affolement. Comme des fourmis dont un coup de pied a secoué le refuge ils courent partout sans même penser encore au pique-nique.

     

    Je pense aussi que Macron a raison de dire qu'il y a une « clarification » de la vie politique française, excepté que j'y vois une signification toute autre. Il y a maintenant deux France, celle des nantis, le pays dit « légal », des très nantis aux encore un peu nantis, et celle dite « pérphérique », le pays dit « réel » en voie de précarisation, d' «überisation »accélérées voire de paupérisation ; la France des ravis de la mondialisation et celle de ceux en subissant douloureusement les conséquences.

     

    Christophe Guilluy il y a déjà quelques mois dans une interview à « Marianne » avait souligné l'absolue nécessité pour cette France des riches de faire son « aggiornamento » quant à son mépris des classes moyennes, des précaires « indigènes ». Il soulignait également qu'ils n'allaient pas le faire...

     

    ...Mais qu'ils soient aveugles à ce point sur leur responsabilité majeure dans la catastrophe actuelle, amphigouriquement vaniteux à ce point, qu'ils rajoutent autant de prétentions à poser en guides progressistes des peuples sans leur demander leur avis, cela me surprend encore malgré tout et me sidère à m'en décrocher la mâchoire.

     

    Il fallait entendre cet après-midi dans le train de banlieue, dans le métro, tous ces militants se proclamant avec emphase « anti-fââchiistes ». L'un évoquait Hitler, l'autre prétendait que Marine le Pen était nazie, allait nous y mener et que les foules qui la suivaient étaient uniquement composées de racistes et xénophobes indécrottables violents, et en plus ce n'était rien que des ploucs affreux. Le tout en parlant de leur achat prochain d'une maison de vacances, rêve inaccessible de nombreux français plus assez riches pour s'en sortir, pas assez pauvres pour avoir le droit aux aides sociales.

     

    Lire la suite

  • Marine le Pen qui monte qui monte

    Imprimer Pin it!

    FN, Marine le Pen, société, politique, présidentielles 2017, amaury watremezarticle faisant parler de lui sur Agoravox

     

    Des émeutes violentes dans les cités, des violences contre les habitants de ces endroits qui ne s'y mêlent pas, de la destruction de mobilier urbain, des voitures brûlées, des gamins qui font de la compétition de vidéos débiles sur Periscope et, ou Facebook. C'est à qui sera le plus destructeur...



    Des bonnes intentions, des grandes déclarations vides de sens sur le « vivrensemble », la xénophobie, le rejet des étrangers...



    Maître Dupont-Moretti, avocat médiatique, qui chez Zemmour et Naulleau semble penser que les arabes et les africains ne sont bons qu'à faire le ménage...



    Marine le Pen monte dans les intentions de vote



    Des manifs pour Théo par les anti racistes et les bonnes consciences, des « marches blanches » où l'on incendie des bagnoles en marge...



    Un aveuglement sur la réalité des « quartiers », sur l'islamisme, sur la violence...

    Lire la suite

  • Et si c'était Hollande ?

    Imprimer Pin it!

    François Hollande, 2017, politique, marine le pen, société, politique, amaury watremezPendant les vacances on aime passer de longs moments à rêvasser, les yeux perdus dans le grand bleu du ciel ou de la mer, un livre posé à côté de la chaise longue. L'esprit vagabonde, on se prend à imaginer des évènements pouvant arriver. Comme on est reposé, on est plus lucide, plus calme. On peut se demander par exemple : « Et si c'était Hollande qui repassait en 2017 ? ». On réalise ensuite que cela pourrait très bien arriver. Malgré son impopularité, malgré toutes les éructations contre lui sur le net, toutes les promesses solennelles, tous les serments citoyens, François Hollande peut très bien être réélu au deuxième tour des présidentielles.

     

    A ce point de la rêverie, le vacancier jusque là serein se laissant aller à cette réflexion a deux solutions : soit il se verse un verre de rosé de l'excellente bouteille juste à portée de sa main, soit il développe...

    Lire la suite

  • Le FN et le plafond de verre

    Imprimer Pin it!

    politique, FN, dédiabolisation, Marine le pen, Sophie montel, florian philippot, amaury watremezDepuis l'irruption du Front National dans la vie politique française lors des « européennes » de 79, les élites, politiques ou journalistiques, qu'elles soient ou non dans la caricature réduisant le parti de le Pen à un parti fasciste, ne comprennent strictement rien à ce vote. On le relie au vote pour les Ligues radicales dans les années 30. On évoque rituellement le risque de retour des heures les plus sombres de notre histoire. On parle de populisme, de démagogie. Et cette expression démocratique est ramené à un simple vote protestataire, mais comment se fait-il que ce vote protestataire, donc conjoncturel, s'installe durablement depuis plusieurs décennies ?

     

    Parmi les élites on répond à cela en s'accusant mutuellement de complaisance bien entendu coupable envers ce parti sans réfléchir plus avant aux raisons profondes de l'appétence des électeurs pour ses candidats.

     

    La raison principale est le mépris absolument catastrophique, conscient ou pas, de la classe politique et des médias envers cette « France périphérique » décrite par Christophe Guilluy dans un de ses ouvrages absolument indispensable. Cette France est celle des familles où l'on est trop « riche » pour percevoir les allocations d'aide à l'emploi ou au logement et trop « pauvre » pour pouvoir s'en passer afin de vivre décemment. C'est entre autres le pays de la ruralité délaissée, bien loin des clichés écolos ou de ceux propagés par les adeptes du développement durable, celle des employés et des salariés relégués en banlieue pour se loger, les centres des villes devenant trop chers pour eux...

    Lire la suite

  • Les meilleurs alliés de Marine le Pen

    Imprimer Pin it!

    Dans sa conquête du pouvoir, Marine le Pen vient de se découvrir quelques alliés inattendus mais très efficaces et enthousiastes :

    politique, LR, PS, FN, marine le pen, manuel valls, Amaury watremez 

    Manuel Valls et quelques uns de ses ministres ainsi que les footeux apprentis maîtres-chanteurs dont il est beaucoup question en ce moment.

     

    Comprenant au moins statistiquement la puissance de la montée du vote FN en France, Valls a suggéré hier que les listes « Les Républicains » (ex-UMP) et PS fusionnent entre les deux tours afin d'éviter la victoire des atrides nostalgiques de l'Algérie française dans le Nord de la France avec la tantine ou au Sud avec la petite-fille du patriarche trahi. Cette déclaration d'intentions du premier ministre a suscité de violentes réactions à gauche, réactions encore plus drôles d'un certain point de vue que cette fusion...

     

    Valls sent venir la déculottée, et il voudrait bien que lui et quelques uns de ses copains gardent ne serait-ce que quelques postes intéressants pour le portefeuille et afin de prévoir leurs vieux jours. Ils ne croient plus du tout dans la France ou la République, mais les places que la « Gueuse » leur offre encore sont trop bonnes. Un « ryad » comme celui de DSK ça coûte plusieurs paires de bras...

    Lire la suite

  • Les grévistes SNCF sont des idiots utiles

    Imprimer Pin it!

    ARTICLE-GREVE-SNCF-FETES-DE-NOEL.jpgLa grève à la SNCF remplit de joie au moins une française : Marine le Pen, voilà qui arrange bien ses affaires et ô magie plus personne ne parle de la sortie de son père en vidéo, vous parliez de « bruits de bottes » chers amis belles consciences, vous évoquiez le retour des z-heures les plus sombres de notre histoire ? Vous allez être gâtés, vous allez pouvoir vous en donner à cœur joie dans l'humour « citoyen », le « rire de résistance » et le dédain affiché envers ces peuples qui demandent simplement que l'on s'intéresse à leurs précarités de plus en plus nombreuses ! La gauche de la gauche va accélérer l'accession au pouvoir du Front National, vous ne goûtez pas l'ironie de la chose ?

     

    Grâce au blocage des transports ferroviaires par 17% des cheminots, ce n'est pas 25% qu'elle va faire aux prochaines élections, même avec une indignation main sur le cœur après un « dérapage » de son père, mais 35% voire par l'entremise d'un conflit social initié par des salariés hyper-privilégiés comparés aux autres encartés à la CGT et FO, dont une grande partie vote il est vrai déjà FN/RBM sans trop le dire encore. Le mécontentement va croître de manière exponentielle.

     

    Certes, oui, ce ne sont pas des milliardaires, mais ce sont des bénéficiaires d'un des 42 régimes « spéciaux » de retraites payés sur les impôts de tous les français qui depuis l'abandon de la machine à vapeur n'a plus lieu d'être. On rigole jaune sur la « prime silicose » entre autres que certains touchent encore. Ils partent en retraite pour les «roulants » à 50 ans, et les autres à 55.

     

    Quelle dureté de vie !

     

    Quelles conditions scandaleuses de fin de salariat en effet !

     

    Je me souviens de ce conducteur de motrice, certainement un peu candide se plaignant d'avoir le bras un peu trop court pour atteindre le volant de sa machine, et qu'il lui faille se pencher un peu en avant ce qui est effectivement tout aussi pénible que charrier du charbon dans les anciennes locomotives.

     

    Et si ça se trouve, ils s'ennuieront à rester chez eux : allez les salariés actuels qui doivent travailler déjà jusque 69 ans, on en connaît tous autour de nous, ou plus actuellement ne connaissent pas leur bonheur !

     

    Ce ne sont pas seulement les candidats au bac qui seront gênés grandement par cette grève qui transforme tout apprenti voyageur en lutteur ou catcheur pour ne serait-ce qu'entrer dans le train, les fraudeurs profitant de l'absence de contrôles pour s'en donner à cœur joie. Ce sont tous les intérimaires, contractuels, remplaçants, salariés précaires qui ne peuvent se permettre d'arriver trop souvent en retard, ou de rater une seule journée de travail en étant pour beaucoup à un euro près quant à leurs comptes. Ce sont toutes ces personnes qui vont passer des entretiens d'embauche, des concours, des formations qui en pâtiront aussi sans que leurs employeurs ni nos dirigeants ne s'en inquiètent.

     

    A tous ces gens là on répondra que la grève est un droit, que c'est comme ça, qu'il faut subir sans moufter, sans se plaindre, qu'il ne faut surtout pas critiquer les velléités revendicatives des salariés de la SNCF sous peine de se faire traiter de réac. Il est vrai aussi que ceux qui ont ces belles paroles ont des postes « assis », une résidence primaire ou secondaire, ou les deux. Il est vrai aussi que les déboires des voyageurs, en particulier ces précaires, l'état comme les institutions n'en ont rien à foutre. Grâce à Dieu, un peu de « panem et circenses » ne pouvant faire du mal pour endormir le bon peuple, c'est la « Coupe du Monde.

     

    image prise ici

  • Marine le Pen est-elle le diable ?

    Imprimer Pin it!

    Quelques réponses à cet article sur Agoravox

    Un sondage publié dans le JDD (« Journal Du Dimanche ») donne Marine Le Pen à 36% d'intentions de votes chez les électeurs issus de la classe ouvrière.

    marine-le-pen.1247004405.jpgIl n'en faut pas plus pour que la plupart des commentateurs du net, qu'ils soient officiels ou non, de la radio, de la télé, ou de la presse se transforment en autant d'exorcistes politiques qui clament encore maintenant qu'il faut continuer à diaboliser le Front National, que ce ne sera jamais un parti comme un autre, et bien sûr que ce n'est pas un parti républicain (sans dire qui décide et comment quel parti l'est, quel autre ne l'est pas).

    Certains commentateurs, ou plutôt certaines commentatrices, sont pourtant de temps à autre totalement pertinents, ainsi Natacha Polony, voir vidéo ci-dessous.

    Et elle a raison, les français sont surtout en colère, continuer à parler de vote protestataire, ou de vote forcément raciste, proche du nazisme ou du fascisme, c'est ne pas le comprendre.

    Et ils en ont marre des « vaches sacrées » politiques dont il ne faut surtout pas débattre pour trouver des voies de sortie dont :

    -es questions de sécurité ou de laïcité, de violences dans les quartiers populaires

    - L'Europe et la mondialisation, sur lesquelles il ne faut surtout pas poser de question, qu'il ne faut surtout pas contester.

    Jouer les grands imprécateurs, les grandes âmes éprises de liberté, je conçois que cela puisse faire plaisir entre la poire et le fromage, que cela plaise aux filles qui aime bien le genre « Robin des Bois », que cela permette de se donner une posture.

    Par contre, et là c'est moins glorieux, cela permet aussi de ne pas répondre aux problèmes vécus tous les jours par les français, de quelques origines qu'ils soient, quelle que soit leur religion, et empêche d'avoir à y chercher une solution.

    Car ce qu'oublie les imprécateurs ou les exorcistes politiques c'est que ce sont les français des zones de non-droit, qu'ils soient de deuxième ou troisième génération, musulmans ou non, qui sont les premiers à subir la violence et le fanatisme importé par des imams qui souvent ne connaissent que deux ou trois sourates du Coran.

    Il est des quartiers entiers régis par une économie souterraine contrôlée par quelques caïds qui y font régner la terreur en toute impunité.

    Il faudrait se demander pourquoi ses quartiers ont besoin à la base d'une économie souterraine pour vivre.

    On remarque que les tenants de celle-ci ont parfaitement compris les tenants et les aboutissants du libéralisme, ce qu'est l'offre et ce qu'est la demande. Dans quelques uns de ces quartiers, on distingue tout à fait clairement l'influence du pire radicalisme religieux qui mène surtout pour les femmes à des conditions de vie totalement dégradées, et l'on ne parle même pas des accessoires vestimentaires traditionnels ou réputés l'être qui sont la partie émergée de l'iceberg.

    Dans la plupart de ces endroits, il n'est pas rare que les « Scarface » en herbe des quartiers fassent régner la terreur en laissant leurs séides brûler de temps à autre la voiture de celui ou de celle qui n'a pas respecté la loi du silence y régnant.

    Parler de tout cela, c'est risquer instantanément de se faire injurier directement par les grandes consciences auto-proclamées de notre République, de se faire traiter de raciste, de nostalgique des ordres noirs, alors qu'encore une fois c'est oublier que les premiers à souffrir de cette violence, faite en particulier aux femmes, ce sont les français musulmans de première, deuxième ou troisième génération, la plupart du temps précaires comme de plus en plus de français dits de souche.

    J'en entendais une, de ces grandes consciences de bronze (le bronze sonne creux mais émet un son agréable à entendre), sur Europe 1 ce midi (à partir de 37' sur la bande), Pascal Caubère, qui en appelait au souvenir de Mussolini en 1923 et à Hitler. Il était malgré tout totalement pertinent sur un autre point, les élites, l'oligarchie, en France, ne se soucie absolument pas de l'expression démocratique et prétend gouverner sans en tenir compte en gardant le cap selon leurs vulgates idéologiques, que celles-ci soient libérales, sociales-démocrates, centristes ou marxisantes.

    C'est de toutes façons dévier le problème central qui est la précarisation économique des ouvriers, des salariés, des employés, qu'ils soient du public ou du privé. Or, contre la précarité, on entend beaucoup de déclarations de bonnes intentions, on nous promet une resucée des emplois-jeunes qui ne résoudra rien à court ou moyen terme, que l'on appelle ça des emplois d'avenir ou pas (Notons aussi que ce n'est rien d'autres également qu'une adaptation du CIP déjà proposé par Balladur).

    Au bureau des PTT de Roubaix, il y avait dans les années 90 un de ces emplois qui était chargé d'ouvrir et de fermer la porte de l'endroit en souriant.

    On se doute bien qu'au bout de ses cinq ans d'embauche, il ne pouvait prétendre à grand chose d'autres.

    Sur l'Europe, il ne faut rien remettre en cause non plus alors que l'Union Européenne s'est construite dans les faits autour d'une idéologie clairement libérale et privilégiant d'abord et avant tout le libre-échange économique, et une Europe soumis aux marchés, qui n'ont que faire du bien-être des nations ou de l'Union Européenne, ne s'intéressant qu'à la prise de bénéfices et à rien d'autres, ou à fixer les prix des matières premières selon leur intérêt propre (voir ce qu'en dit Jean-Claude Trichet, le président de la Banque Centrale Européenne ici et ici)

    A la base, il s'agissait surtout d'empêcher que les peuples européens ne se fassent de nouveau la guerre, en commençant l'union par une nouvelle amitié franco-allemande, ce qui est une grande et noble intention en soi. Et on peut parfaitement comprendre que la génération ayant vécu la guerre soit convaincu que ce soit le seul moyen.

    Mais après, et pour y parvenir, que fait-on clairement ?

    A droite, on croit que l'union économique favoriserait tellement l'interdépendance que cela rendrait impossible tout conflit, les bienfaits engendrés par la liberté économique, dont une incontestable croissance du niveau de vie depuis 1945, à gauche on reste persuadé que l'union économique finira par entraîner à court ou moyen terme des progrès sociaux tels et la naissance d'une citoyenneté européenne tellement prégnante que la paix régnera ainsi partout sur le continent.

    Pour le PS, qui ne semble pas voir le réel, il y a « un besoin urgent d'Europe ».

    Pour l'UMP, même si ce n'est pas aussi clairement exprimé, aussi.

    Tout cela reste bien abstrait et lointain, ces grandes déclarations, ce que voit la plupart des français c'est surtout l'augmentation des prix depuis la mise en place de l'euro.

    Même ce document clairement pro-européaniste, qui en nuance la portée, le reconnaît. Pour voir, on peut regarder cette vidéo qui convertit les prix en euros, ce que ça donnerait les prix, en monnaie d'avant l'augmentation d'un peu tout...

    Ce n'est même pas qu'il faille être contre l'Europe et sortir de celle-ci, mais pourquoi au niveau de l'Union Européenne n'y a-t-il rien de prévu quant à l'harmonisation des politiques contre la précarité économique ? Sur l'immigration ? Sur la laïcité ? Sur la sécurité des citoyens ?

    Serait-ce donc que l'Union serait un paravent pudique pour camoufler le fait que finalement toutes les politiques menées depuis 1945 ont surtout pour but de favoriser le développement des marchés économiques et leur pouvoir ?

    On ne peut le croire...