Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mangas

  • « Ghost in the Shell » blockbuster ultra-pessimiste

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

    Avec un petit post-scriptum sur la désastreuse espèce des "fans"

     cinéma, mangas, société, ghost in the shell, amaury watremez« Ghost in the Shell » de Rupert Sanders, sorti ce mercredi 29 Mars, est la troisième adaptation cinématographique du manga éponyme, et le premier film « live » à partir de ce matériau après deux dessins animés. On me dira que ce long-métrage pourrait être également considéré comme d'animation de par les nombreux effets numériques transformant parfois les acteurs en personnages dessinés. C'est bel et bien un « blockbuster », un « popcorn movie » avec de l'action frénétique, des « gunfights » à outrance, et une héroïne qui se bat comme la « Veuve noire » dans « Avengers », ce qui est normal puisque c'est la même interprète, à savoir Scarlett Johanson.

     

    Et c'est aussi, et curieusement car on s'étonne que sa noirceur ait pu passer, un film d'auteur extrêmement pessimiste dans son propos sur notre esclavage abject à la technologie, notre déni progressif de ce qui constitue notre humanité au nom du progrès. Il évoque aussi notre acceptation d'une surveillance constante de notre intimité en prétendant nous protéger, et en arguant que si l'on n'a rien à se reprocher on ne devrait pas craindre celle-ci. C'est aussi comme le les deux films de Mamoru Oshii un questionnement sur notre identité (voir la bande annonce du film de 1995).

     

    Qu'est-ce qui nous définit en tant qu'être humain ?

     

    Sont-ce nos actes ou nos souvenirs ?

     

    Ou les deux à la fois ?

     

    Qu'est-ce qui définit la réalité de nos existences ?

     

    Lire la suite