Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

macron

  • Contre la misère vraiment ?

    Imprimer Pin it!

    pauvreté, société, refus de la misère, Macron, gouvernements, réforme code du travail, amaury watremezLa pauvreté n'est pas un phénomène nouveau. Elle existe depuis toujours, et elle existera sans doute toujours. Il est cependant des périodes de l'histoire où l'on s'en inquiète plus que d'autres, où l'on fait preuve de plus de solidarité au nom de valeurs morales, religieuses, et, ou intellectuelles. Ou alors par « simple » humanité et bon sens. Je me souviens également de la Terre dite Sainte où dans les villes palestiniennes existait et existe toujours une maison d'accueil pour les plus fragiles leur offrant le gîte et le couvert, maison souvent financée par tous les autres habitants pas forcément beaucoup plus riches....

     

    ...Mais on me rétorquera qu'en France « cépapareil ».

     

    J'avais été également frappé dans les années 90 de tous les sans abris que l'on voyait sur les trottoirs, sous les voûtes d'entrée des immeubles de la rue de la Roquette, que les fêtards enjambaient avec indifférence. Alors que tous ces fêtards étaient pour la plupart ce que l'on n'appelait pas encore des « bobos », des bons bourgeois tous de « gôche »...

    Lire la suite

  • Des premiers de cordée

    Imprimer Pin it!

    politique, macron, intervention télévisée macron, société, télévision, Amaury WatremezAussi sur Agoravox

     

    Dimanche soir, monsieur Emmanuel Macron, notre président de la République a parlé des riches et de toute personne ayant réussie qui seraient des « premiers de cordée ». Il s'agirait de ne pas les jalouser, et ceux-ci seraient chargés d'entraîner tous les autres à leur suite. Les plus précaires, les plus faibles, les plus pauvres seraient donc inspirés de faire comme eux pour réussir. Chaque SDF se devrait en gros de fonder sa « start up » pour sortir de la rue en résumé. C'est le fantasme du « self made man » à l'américaine parti de rien pour arriver au pinacle de la société.

     

    La méritocratie serait donc encore efficiente ?...

     

    Monsieur Macron oublie ou feint d'oublier, on ne sait pas trop, que si les riches et les enfants de riches réussissent, c'est principalement pour deux raison : l'argent de leur famille, les réseaux dont elle dispose, sa capacité à les mettre en œuvre. Le reste est de la bonne blague : « Aide toi le ciel t'aidera ! » et toutes ces belles formules ne sont que des fables. Ne fonctionne dans notre société que le clientélisme le plus amoral, le plus abject, et ce à tous les niveaux et dans tous les camps politiques. Personne n'en a l'exclusive.

    Lire la suite

  • La fainéantise qu'il dit

    Imprimer Pin it!

    société, fainéants, politique, macron, Emmanuel, fainéants, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    Dans ma vie, j'ai de la chance, je n'ai été un gros fainéant de précaire, de chômeur, que quatre mois en tout et pour tout. A l'époque, je ne pensais pas pouvoir passer mon temps à flemmarder sur une chaise longue tout en dégustant des cocktails et en lisant des romans pas trop fatigants pour les neurones.  Comme j'étais sans doute inconscient, ou fou, je ne songeais qu'à retrouver du travail. Je croyais pouvoir me ménager des instants de tranquillité d'esprit, de calme mais quand on est sans travail le temps passe à la fois très vite et très lentement.

     

    Très vite parce qu'on n'a pas le temps de faire la moitié des choses que l'on planifiait dans sa recherche d'emplois...

     

    Très lentement parce que le moment où l'on se croit sorti d'affaire ne cesse de s'éloigner. C'est un peu comme dans ces rêves de courses immobiles, de ce genre d'angoisses, quand on pense toucher du bout des doigts son but mais que l'on n'y arrive pas.

     

    C'est sans doute cela être fainéant.

    Lire la suite

  • Ni Macron, ni le Pen, bien au contraire

    Imprimer Pin it!

    nipatrie_nipatron.jpg

    Aussi sur Agoravox

     

    Ainsi que l'on pouvait le prévoir la gauche bien à gauche, tellement à gauche que ce ne se peut pas a fait descendre les jeunes dans la rue. Bien entendu, comme il faut que la récupération ne soit pas trop voyante, on leur a donné comme mot d'ordre : "Ni Macron, ni le Pen". Cela ne trompe cependant pas grand monde. Les manifestants sont pour la plupart issus des milieux  bourgeois pédagogues qui apprécient les bienfaits de la mondialisation réputée heureuse.

     

    A l'approche du bac, cela fera toujours quelques jours de détente en attendant les révisions. Et d'éventuels leaders d'un mouvement lycéen cela fera d'excellents adjoints à la Mairie de Paris plus tard (du moins si celle-ci reste socialiste)...

     

    Ils sont évidemment instrumentalisés par la gauche de la gauche, dont les mélenchonistes, afin de jouer un billard à trois bandes, à savoir en prévision des législatives. En effet, cette gauche radicale, largement plus que la sociétale, que la gauche libérale-libertaire, a retrouvé du poil de la bête, un second souffle à cause de la précarisation largement accentuée des salariés, de la paupérisation des populations déjà précaires. Ce que les arbitres des élégances politiques appellent le populisme de gauche le condamnant autant que celui de droite (Marine le Pen).

    Lire la suite

  • les nantis en Marche

    Imprimer Pin it!

    macronralliement.jpgAussi sur Agoravox

     

    Hier Valls s'est rallié à Macron car quoi qu'il en dise et quoi qu'en dise son nouveau champion, prenant tous les deux des grands airs et des effets de menton, c'est bien d'un ralliement qu'il s'agit. Il fallait s'y attendre, c'était prévisible. Ce ralliement ne s'est sans doute pas fait sans arrières-pensées. Il ne faut pas être grand clerc pour le comprendre. Le PS implosant et n'en finissant pas d'agoniser, regroupant des sensibilités idéologiques ne se supportant plus, à commencer par celle plus à gauche incarnée par Hamon.

     

    On a beaucoup de mal à comprendre également qu'il ne se soit pas allié à Mélenchon. Il est fort possible que les socialistes subiront une déculottée et une sévère aux prochaines législatives.

     

    Que les socio-démocrates, les libéraux libertaires de la rue de Solférino marchent maintenant avec l'ancien ministre des finances de Hollande assurent aux potentiels vaincus de bien s'en tirer malgré tout. Pas avec les honneurs, dont ils se fichent complètement, mais en gardant l'argent. Ils ne sont d'ailleurs pas les seuls, toutes les « petites mains » de « Les Républicains », tous les seconds couteaux de la droite dite républicaine voient également en Macron une excellente opportunité de continuer à faire une -petite- carrière grâce à l'ancien conseiller élyséen du président actuel.

    Lire la suite