Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ma rochefoucauld

  • Parlé vou franssé ?

    Imprimer Pin it!

    zazieseule.jpegAujourd'hui je dis quoi, aujourd'hui je vous parle à vous d'un truc qu'est une aventure super, que c'est trop de la balle parce que c'est drôlement important au niveau du vécu, que ça parle à toutes les communautés, et que ça permet de se positionner tous ensemble pour vivre avec les autres malgré que ce soit difficile à comprendre dans un monde de plus en plus connecté, mais qu'il faut éviter de culpabiliser les jeunes seulement parce qu'il n'y a pas que les jeunes que ils parlent mal, et que chacun son langage tant qu'on se comprend ou que je me comprends trop, ou trop pas c'est selon.

     

    Ami lecteur, ce n'est pas que je prétende avoir une expression parfaite quoi qu'ils soit admis par les français qui ne savent plus parler leur langue que « çui qui cause bien c'est rien qu'un prétentieux », mais j'ai souvent l'impression quand j'échange avec une autiste cybernétique ou une accro du portable d'être un genre de docteur Livingstone paumé dans l'Amazone sans avoir jamais trouvé le Zambèze.

     

    Ce n'est pas non plus que je méprise l'expression populaire ou les argots, mais il est toujours mieux de connaître Villon ET Chamfort, Céline ET Racine, Frédéric Dard ou Audiard, qui étaient des lettrés, ET Chateaubriand afin de mieux s'ouvrir les mirettes...

     

    En France, ce sont encore les africains ou les français d'origine africaine des anciennes colonies francophones d'une trentaine d'années qui s'expriment encore le mieux, selon un français des plus châtiés qui amusent les crétins, tout comme j'avais constaté au Liban ou en Syrie, ou en Palestine, le niveau élèvé de beaucoup de jeunes et moins jeunes parlant notre langue presque aussi bien que certains de nos académiciens.

     

    Encore un souci de « réac » va-t-on encore me dire, la manière de parler le français. Entre les phrases stéréotypées venues de la téléréalité, celles qui singent le langage des « quartiers » persuadés d'avoir inventé le « verlan » qui existait déjà du temps de Vidocq, et les clichés de langage bien-pensants qui recadrent la langue selon leur idéologie, et j'évoque ici aussi bien les bien-pensants de droite que de gauche, l'on n'est pas vraiment sorti de l'auberge.

     

    De plus, à cause d'Internet, des « smartfônes », des « tchates », qui à la fois infantilise les individus et qui amplifie les pires dérives de notre société, les manières de parler et d'écrire se standardisent un peu plus chaque jour, s'appauvrissent, virant à la catastrophe linguistique, hystérisant la moindre discussion comprise au seul premier degré, réduisant la pensée de plus en plus à un agrégat de slogans sans nuances. Car appauvrir le vocabulaire appauvrit l'expression des nuances.

    La_Rochefoucauld.jpg

    D'un côté, ceux qui pourtant dont c'était en théorie le travail ont affirmé qu'obliger à une certaine retenue de langage, à travailler son vocabulaire, inciter à faire attention à sa syntaxe, c'était à la fois paternaliste et arbitraire envers les jeunes, traumatisant pour ceux dont les parents s'exprimaient avec difficultés pour une raison ou une autre. Nous voyons en 2014 le résultat de ce genre de ces théories pédagogistes appliquée dans les écoles sans parler bien sûr des différentes réformes de l'enseignement des Lettres depuis 1977 et la fabuleuse réforme Haby qui a eu les fruits que l'on sait.

     

    Notons en passant que les enseignants, ou les édiles favorisant à peu près une réforme éducative souvent doublée d'une réforme des Lettres tous les cinq ans environ, ne sont pas sots, ayant favorisé quant à leurs enfants des « bonnes » écoles favorisant un enseignement tout ce qu'il y a de plus classique du langage. Mais leurs enfants ce n'est pas pareil.

     

    Bientôt, ce fut déjà envisagé en 2009, une énième réforme de l'orthographe précipitera un peu plus la course à l'abîme, creusera encore le fossé qu'il y a entre ceux qui parlent, lisent et écrivent encore un petit peu français et ceux qui causeront un pidgin vaguement compréhensible, internationalisé...

     

    J'aime le français de Zazie (photo prise ici) et celui de la Rochefoucauld (photo prise )...