Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

londres

  • Sadiq Khan et le complexe Obama

    Imprimer Pin it!

    sadiq khan,londres,maire,société,politique,hypocrisie,racisme amaury watremezIl y a huit ans, lorsque Barack Obama a été élu, il n'a été question que de sa couleur de peau, sa réussite montrée comme extraordinaire. Les médias et les commentateurs politiques n'ont évoqué que cela. C'était le plus important de l'élection. Ce qu'il comptait faire ? Ce qu'il pensait ? D'où il venait ? Tout le monde peu ou prou s'en fichait. Ne comptait que l'icône de l'anti-racisme enfin victorieux, et la défaite du souvenir des z-heures les plus sombres de notre histoire enfin reléguées aux poubelles de la mémoire.

     

    Plus de racisme !

     

    Plus de pauvreté ni de précarité pour les noirs américains et toutes les autres minorités !

     

    Puisqu'ils le disaient !

     

    A peine le nouveau maire de Londres, Sadiq Khan, a-t-il été élu que les médias et les élites auto-proclamées remettant le couvert avec enthousiasme ne se sont ébaubis là encore que de deux choses : sa religion, son origine pakistanaise et rien d'autres. Je ne suis pas le seul à le noter, même à « Libé » on s'en émeut, bien que leurs conclusions ne sont pas tout à fait les mêmes que les miennes bien entendu. Ils ont cependant raison sur plusieurs points, le programme du conservateur Zac Goldsmith rejoignait finalement sur la plupart des points dont le logement celui du fils de chauffeur de bus. Ils rappellent aussi pertinemment que le candidat lui-même Sadiq Khan a revendiqué son parcours montré comme « exemplaire »...

    Lire la suite

  • Londres vu des marges

    Imprimer Pin it!

    arts, société, peinture, littérature, underground, londres, amaury watremezÀ propos de « Ici Londres ! » de Barry Miles Une histoire de l'Underground londonien depuis 1945 chez Payot collection Rivages rouge (site de l'éditeur)

     

    Couverture empruntée au site de la FNAC

     

    L'Underground est une notion n'existant plus vraiment de nos jours. En effet, n'importe quel gosse a accès en deux clics sur internet à du porno le plus crade possible, des publications réputées historiquement ou politiquement transgressives. De plus la sexualité n'étant plus vraiment liée à la morale, finalement, ne demeurent que très peu de tabous, du moins dans la part la plus matériellement aisée de la population. Et quant à l'art, plus il joue à l'épate-bourgeois, à feindre de choquer, plus il plaît, et se vend bien. Gilbert et Georges ne sont plus des marginaux et Vivienne Westwood prend le thé avec la Reine.

     

    arts, société, peinture, littérature, underground, londres, amaury watremezCe livre passionnant raconte donc l'Underground de « l'Action Painting » au « Goon Show » à travers les yeux d'un témoin privilégié, Miles écrivait dans « IT », revue « underground » plus ou moins équivalent de « Actuel » dans les années 60-70. Et le lecteur se laisse surprendre à penser que ces artistes, ces auteurs, ces musiciens se croyant tellement subversifs, persuadés de changer le monde étaient au fond de grands naïfs, et leur subversion revêt dorénavant l'aspect de la désuétude, une désuétude sympathique il est vrai. A l'exception d'un ou deux parmi eux, déjà cyniques et rompus à la loi du Marché comme l'escroc du « Punk » Malcolm McLaren ou d'autres....

    Lire la suite