Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

libéral libertaire

  • Le Pape est-il un « vert pastèque » ?

    Imprimer Pin it!

    pluie-acide-pollution-ecologie.jpgA la lecture de l'Encyclique du Pape François sur l'écologie, certains ont déploré, au sein de la droite libérale, ou se sont réjouis, dans la gauche sociétale, de la mue supposée du Souverain Pontife en écologiste « vert pastèque ». Un « vert pastèque » est un gauchiste prenant l'écologie pour alibi afin de justifier des opinions révolutionnaires. Dans les deux cas, c'est bien entendu une grossière erreur. L'« Écologie humaine », notion développée également par Benoît XVI ou Jean-Paul II, évoquée en France au moment des « Manifs pour tous » par Frigide Barjot et son mouvement « l'Avenir pour tous » n'est pas une idéologie.

     

    C'est « simplement » le rappel, particulièrement aux chrétiens occidentaux que la Foi implique des obligations morales envers son prochain et envers la Création toute entière, une « Révolution de la Bienveillance ». Personne ou presque, que ce soit dans l'un ou l'autre camp, n'est pour l'instant réellement prêt à abandonner les gadgets parfaitement inutiles réputés indispensables en notre époque, à accepter cette altérité exigeante que propose le Pape...

    Lire la suite

  • Les imbéciles de droite - article dédié à Tibor Skardanelli

    Imprimer Pin it!

     politique, société, droite, gauche, libéral libertaireAprès quelques échanges avec de ces contributeurs de droite, libéraux convaincus, je me suis dit encore hier soir qu'au fond à un imbécile de droite, droit dans ses bottes et son monétarisme, je préférerai toujours un type ou une femme de gauche même du genre bloqué sur ses certitudes absurdes concernant le catholicisme, même imbécile, du moins s'il est ou si elle est sincère, conservant encore quelques idéaux qui, même brouillons, procèdent au moins de son désir de générosité.


    Notez que mener un imbécile de droite par le bout du nez n'est pas bien compliqué, car pour lui critiquer l'ultra-libéralisme, ou remettre en question la société d'hyper-consumérisme c'est être un suppôt du marxisme, un séide du stalinisme et un nostalgique de la Révolution prolétarienne.

     

    Bien sûr, ainsi que le rappelait fort à propos Zemmour dans sa chronique de mardi dernier, évoquant les « larmes de crocodiles » sur les morts dans l'incendie d'un atelier textile au Bangladesh, critiquer le système implique aussi être lucide sur soi-même et sa propre consommation de produits à bas prix, fabriqués dans des usines lointaines dont les ouvriers sont des esclaves : ainsi l'ordinateur sur lequel j'écris, le polo que je porte...

     

    Nonobstant cela, cet article est dédié chaleureusement à Tibor Skardanelli, commentateur émérite sur Tak.fr et contributeur brillant sur antidoxe.eu. Il vient d'écrire dernièrement une contribution étonnante, fruit on n'en doute pas de plusieurs années d'études de climatologie et de météorologie, afin de démontrer que le réchauffement climatique ne peut être le fruit de l'activité humaine, il le sait, il l'a vu, peut-être dans le marc de café, l'activité humaine n'a aucune incidence sur le climat.

     

    Par la magie des nouvelles technologies les « spécialistes en tout » que l'on ne croisait auparavant qu'au zinc du « Café du commerce » peuvent maintenant essaimer leur expertise partout dans le monde. Et être applaudis voire félicités par d'autres « spécialistes en tout » qui semble-t-il ont toujours quelque chose à compenser : frustrations diverses, complexe culturel, jalousie quant à l'éducation etc...

     

    Je m'étonne d'ailleurs toujours que l'imbécile de droite, si prompt à s'attaquer aux bobos prétentieux, épris de pseudo culture, soit si chatouilleux sur ce plan-là.

     

    Comprendre que prétendre cela interdirait aux bêtes à cornes dociles de s'acheter qui un ou un simili « 4X4 » polluant, qui de s'installer l'air con-ditionné chez lui ou se payer un de ces objets que la pression de la société impose d'avoir chez soi, n'entretenant ainsi plus la dynamique des marchés, ce qui est une sorte de crime pire que n'importe quel blasphème aux yeux des thuriféraires enthousiastes des bienfaits selon eux de la manne libérale.

     

    De plus cela reviendrait à contester les bienfaits du tout-économique chacun sachant très bien que si les pauvres sont pauvres et les plus faibles, faibles, c'est surtout de leur faute, qu'ils manquent d'esprit d'entreprise et d'initiative, que le darwinisme social à l'œuvre dans notre monde sert surtout à les motiver, qu'il n'y a pas à les aider, ou les protéger, ce serait les encourager à la paresse tout le monde sachant que le pauvre, le faible, est un gros fainéant.

     

    Enfin, l'imbécile de droite ne veut pas voir que la déliquescence sociale et nationale actuelle, bien loin d'être seulement le fruit du matraquage idéologique de professeurs, tous gauchistes; et de « soissantuitards » attardés, est aussi et d'abord la conséquence de l'idéologie libérale libertaire qui imprègne toute la société actuelle, de la gauche à la droite, la version actuelle, sociale libérale, revenant exactement au même. La société libérale libertaire (note personnelle pour Bertrand Redonnet, ou qui se prétend libertaire) a tout intérêt à ce que le consommateur pour plus de docilité soit coupé de tous les liens traditionnels le protégeant encore un petit peu dont la famille et la nation, ou sa foi religieuse. Elle a tout intérêt à une illusoire « libération » des mœurs, ou des pulsions, ce qui libérera de nouveaux marchés, entretenant donc le système avide.


    image prise ici