Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

immigration

  • Ce qui se profile derrière la démission du ministre de l'Intérieur

    Imprimer Pin it!

    démission gérard collomb, société, politique, immigration, insécurité, amaury watremezJe m'étonne grandement qu'à droite, ou à droite de la droite, on ne salue pas plus les déclarations de Martine Aubry et de Gérard Collomb sur l'Insécurité. Même si ce que dit la première est sans doute motivé par des considérations électoralistes, même si elle fait partie des responsables du désastre, elle franchit un cap, et brise un tabou de gauche, un tabou qu'il ne faut surtout pas évoquer sous peine d'excommunication politique instantanée dans le camp des bien-pensants (voir à ce lien). C'est un signe fort.

     

    Et quand à l'insécurité, aux "incivilités" (selon le terme pudique des officiels) toujours plus graves et plus nombreuses, il me semble que cela est bien au-dessus de tous les clivages, que rester empêtré dedans en se réjouissant qu'Aubry soit en difficulté dans sa ville pour ces raisons est idiot. On ne sera pas trop de toutes les bonnes volontés pour combattre ce fléau, de droite comme de gauche. Et elle a raison, dans beaucoup trop d'endroits en France, les populations ne vivent pas selon nos valeurs, encore moins selon nos lois.

     

    Même si ce que dit le second ressemble un peu à un "après moi le déluge" il a dit hier la triste vérité concernant le fameux "vivrensemble" et la "diversité". Ni l'un ni l'autre n'ont de chair ou n'existent. De "côte à côte" nous allons sans doute bientôt vivre "face à face", dans l'affrontement qui n'est pas vraiment incertain. Et l'ancien ministre cite ensuite la question gravissime des bandes organisées, des dealers et autres truands qui tiennent les "quartiers" en coupe réglée par la peur et l'intimidation (voir l'intégralité de son discours à ce lien).

     

    Il a finalement reconnu l'impuissance totale des politiques dits "républicains", la bonne blague de l'intégration, ni plus ni moins. Mais bien entendu, on peut toujours se gorger de belles paroles à ce sujet...

     

    Ce qui arrive est loin d'être entièrement de sa responsabilité ou même de celle du président actuel. Certes les clichés catastrophiques où il pose à côté de "diversités" peu fréquentables n'arrangeront en rien les choses. Mais penser par exemple que Laurent Wauquiez, qui a été ministre et qui est responsable régional ferait mieux, ou un, une autre, n'a pas de sens. C'est une longue suite de renoncements progressifs, de lâchetés continuelles, de compromis inacceptables où l'on a abandonné les "quartiers" aux caïds, aux islamistes, qui n'auraient jamais dû être faits. Que ce soit Sarkozy, Hollande, Chirac et Mitterrand, voire Giscard, ils sont tous impliqués, tous coupables. A divers degrés.

     

    Alors on peut continuer à se complaire dans le jeu des chaises musicales entre la gauche et la droite, acclamer l'un un moment, puis l'autre le moment d'après, ou alors on peut aussi ouvrir les yeux et s'impliquer afin que les choses changent. Car si les politiques sont responsables les citoyens le sont aussi. Combien de gueulards, de va-t-en guerre, sur les réseaux sociaux, sur les forums, sur le net en général laissent passer dans la vie ce qu'ils ne devraient pas ? Pour la paix civile eux aussi...

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

    Amaury - Grandgil

    illustration empruntée ici

  • Martine découvre le communautarisme

    Imprimer Pin it!

    martine aubry, immigration, société, politique, migrants, sécurité, amaury watremez, lilleIl est facile d'ironiser sur la déclaration que Martine Aubry, la maire de Lille, a faite sur certains quartiers qui ne sont plus en République (voir à ce lien) et qu'elle en avait parlé à Gérard Collomb. On sait bien qu'il y a certainement derrière l'intention de récupérer l'électorat qui vote dorénavant FN. Mais si elle elle le dit même pour ces raisons, elle la chrétienne de gauche, c'est que la situation doit être vraiment gravissime. Et qu'elle le dise montre aussi qu'une partie de la gauche commence lentement -il serait temps- à ouvrir les yeux sur les conséquences de sa propre politique menée depuis plus d'une quarantaine d'années. Elle a raison de fait, dans ces endroits nos lois, nos valeurs n'ont plus cours.

     

    Et c'est de notre faute.

     

    On nous cite toujours lorsque l'on évoque ce problème des cités les exceptions confirmant la règle, les professeurs encore dévoués, les éducateurs encore tous à leurs tâches malgré des salaires que l'on en est droit de trouver indécent. On nous demande des chiffres en réponse, des éléments statistiques alors que les statistiques ethniques sont interdites en France. On compare la délinquance des "blousons noirs" des années 50-60 à celle des "lascars" de cité. D'aucuns comme Samuel Laurent osent le rapprochement entre la brute rappeuse ayant pondu ce texte sur la pendaison des blancs et Brassens. Et puis de toutes façons c'est un fait entendu, tous ceux mettant en garde contre la montée des communautarismes, des revendications obscurantistes sont des racistes.

     

    Quand on ne laisse pas entendre qu'ils sont bons à psychiatriser...

     

    Dans les quartiers règne la loi du plus fort, la haine aveugle et brutale, la violence absoluée, celle du "business" de la drogue et autres trafics qui permet aux habitants des "cités" de consommer allègrement les produits vendus dans les zones commerciales qui sont toujours à proximité des immeubles. Tant que ça fait marcher la consommation, d'où vient l'argent n'a aucune importance n'est-ce pas ? Le système vendra la corde pour se faire pendre. La loi de ces "affaires" est une loi d'airain, très dure, personne ne peut prétendre y échapper. Cela commence par l'intimidation qui fonctionne à chaque fois, car la police n'intervient plus depuis longtemps : On les comprend, nous ferions-nous trouer la peau pour 1800 euros par mois nets ?. Les quelques "toubabs" ou "koufars" qui restent on les met au pas rapidement. Beaucoup devancent cette mise au pas en faisant le ramadan, en étant plus royalistes que le roi du Maroc en quelque sorte.

     

    Et puis quant aux éducateurs, ils n'ont pas envie qu'on leur crève les pneus s'ils se montrent un peu trop fermes...

     

    Je ne parle même pas ici de tous les "natios" et souverainistes enflammés que l'on peut lire, surtout sous pseudo, sur le net. Dans la vie, et c'est normal, c'est humain, ils sont moins exaltés, moins radicaux. Il faut bien vivre, et, ou survivre dans des environnements difficiles, de plus en plus. Il faut bien aller au travail, gagner sa croûte malgré une situation clairement de plus en plus tendue pour une seule raison. Tout le monde s'est satisfait pendant des décennies des grandes déclarations de bonnes intentions, bien lacrymales, bien gentilles aussi. Mais personne ne s'est soucié de savoir si ces populations s'intégraient ne serait-ce qu'un minimum à notre pays, des populations dont les modes de vie et valeurs témoignent surtout ne serait-ce qu'à leur arrivée de la sottise obscurantiste la plus crasse, de la loi du plus fort, du plus riche...

     

    ...Et le fait que cela ait existé en France supposément n'est pas une excuse.

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

    Amaury - Grandgil

    illustration empruntée ici

  • Les migrants sont sympas

    Imprimer Pin it!

    mamoudou gassam, société, migrants, immigration, politique, société, amaury watremezCe que j'écris ci-dessous ne remet pas en question la beauté du geste de Mamoudou Gassama (voir à ce lien) que l'on attendrait vainement de français "souchiens" au foie trop gras. Ce n'est pas lui le problème mais tout le "storytelling" fait autour de son acte, tout le battage sentimentalo-mièvre médiatique, toute la pleurniche sur les réseaux sociaux. On veut nous faire comprendre qu'il y a des migrants sympathiques et capables de grandeur d'âme, qu'un migrant sans papiers ça peut être gentil tout plein. Nous le savions déjà.

     

    Quand il y a "de l'homme il y a de l'hommerie", de la sottise, de la haine mais aussi de la grandeur d'âme parfois, plus rarement...

     

    Je trouve cela étrange comme raisonnement de la part des bien-pensants, en quoi la nationalité, la couleur de peau et le statut administratif de quelqu'un sont-ils importants pour mesurer sa qualité ? C'est plus fort si le héros est "issu de la diversité" ? C'est plus fort s'il est sans papiers ? De plus, le bruit médiatique autour de l'épisode montre surtout que en gros c'est tellement extraordinaire pour un migrant qu'il convient absolument d'en parler en long, en large et en travers. Comme si vraiment les migrants étaient incapables de telles actions méritoires par ailleurs.

    Lire la suite

  • Se sent-on français dans les cités ?

    Imprimer Pin it!

    société, immigration, diversité, cités, quartiers, aulnay sous bois, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    Le propos de mon petit texte n'est pas une seconde de dire que les jeunes des « quartiers » ne sont pas français. Selon la loi, ils le sont à part entière. Ils ont des papiers français, suivent une scolarité française, ont les mêmes droits que les autres citoyens, les mêmes devoirs aussi. Par contre leur ressenti quant à cette citoyenneté est tout autre et fort différent. Se sentent-ils pour autant français à part entière ? La réponse est beaucoup moins évidente qu'ils soient de la deuxième, troisième ou quatrième génération « issues de la diversité » selon le vocable hypocrite.

     

    Et le fait est qu'à leurs yeux ils ne sont pas vraiment français...

     

    Il suffit de passer en revue leur manière de se présenter sur les réseaux dits sociaux. Ils se présentent généralement comme malien, marocain, algérien, sénégalais, vietnamien, chinois mais très rarement comme français. Ce seront des exceptions qiui confirment la règle, des exemples de réussite méritocratique montés en épingle alors que c'est loin d'être une généralité. Que ce soit dans la vie réelle ou virtuelle ils disent souvent « vous les français », disent nous et eux en évoquant les français indigènes. Quand ils parlent d'un blanc, d'un européen en général dans leurs quartiers, ils parlent d'un « français » ou « céfran ».

    Lire la suite

  • Le choeur des vierges effarouchées, Trump et l'Islam

    Imprimer Pin it!

    Sur Agoravox aussi

     

    Il se trouvera sans doute des vierges effarouchées afin de prétendre que le petit billet ci-dessous naît surtout de mon « islamophobie » ou de mon racisme supposés. Cela évite tout questionnement raisonnable ce genre d'attaques personnelles et, ou d'injures. Peu m'importe...

     

    Donald Trump, société, politique, immigration, société de classes, Amérique, amaury watremezTrump le nouveau président américain a pris un décret bannissant « de facto » les musulmans de nombreux pays du territoire des États Unis. Donald Trump est le président élu de ce pays, il a été élu tout à fait légalement ce qu'oublie tous ses détracteurs. Il n'a pas pris le pouvoir, ne le vole pas. Il l'a été car il a su répondre, que l'on soit ou non d'accord avec lui et les solutions qu'ils proposent, aux angoisses des électeurs quant aux multiples coups de canif dans les contrats sociaux des pays occidentaux dont la laïcité. Et il applique son programme.

     

    Une des plus fortes et des plus légitimes également parmi ces angoisses est induite par la question de l'intégration de l'Islam et de ses croyants au sein des sociétés occidentales. Lucidement, quel que soit le camp auquel on appartient, quelles que soient les raisons que l'on invoquera, il est évident que ce n'est pas précisément une réussite brillante.

     

    Les conséquences en sont connues :

    Lire la suite

  • Quelques millions de général Piquemal ?

    Imprimer Pin it!

    politique, société, piquemal, calais, migrants, immigration, amaury watremezLe général Piquemal, ancien général de la Légion étrangère, a subi une garde à vue de plus de 40h dans la nuit de dimanche à lundi du fait de sa participation à une manifestation « anti-migrants » initiée en grande partie par des militants d'un illusoire mouvement « Pegida » français, interdite par la préfecture du Pas-de-Calais. La centaine de manifestants l'entourant a été condamnée pour une vingtaine d'entre eux à des peines de prison ferme extrèmement sévères.

     

    Sorti d'un court séjour à l’hôpital le général Piquemal a exercé un rétropédalage quant à sa participation à la manif interdite. Selon son nouveau discours beaucoup plus mesuré, il n'aurait rien eu à voir avec les personnes présentes qu'il haranguait pourtant avec vigueur d'une toute autre manière (voir à ce lien) : des soldats perdus voulant continuer à servir leur pays, des personnes issues de cette « France périphérique » méprisée par le pouvoir ...

     

    Il « regrette » et ne savait pas avec qui il se trouvait ....

     

    Ironie, le directeur de cabinet de la préfecture, un certain monsieur Desplanques (ça ne s'invente pas) à la tête de jouvenceau dispensé d'EPS, si soucieux des rappels à la Loi, a été photographié devant un migrant fumant un pétard nonchalamment (voir photo ci-après) adossé à une cabine de bus....

    Lire la suite

  • Le « Camp des Saints » en vrai – Invasion pacifique

    Imprimer Pin it!

    Dans ce roman hautement politiquement incorrect publié en 1973 mais prophétique, Jean Raspail imagine l'afflux d'un million de migrants en Europe à cause de la pauvreté, des dictateurs, des théocrates et plus généralement de l'avidité face à une société apparemment d'abondance. Les autorités débordées s'y montrent totalement incapables de juguler l'arrivée de ces populations, et la population française s'y comporte dans sa majorité avec une veulerie impressionnante, incapable de réaction, quelle qu'elle soit.

     

    migrants, société, politique, immigration, hypocrisie, amaury, watremez, misèreLa civilisation occidentale dans ce livre est décrite comme dégénérescente car l'avidité à satisfaire ses appétits les plus abjects y étant devenu le seul repère.

     

    Bien sûr, cela n'a rien à voir avec la réalité de 2015 diront les « petits jeunes gens réalistes » et les bourgeois pédagogues. Les premiers invoqueront la mondialisation inéluctable des échanges et des personnes, l'émergence des nouveaux pays industrialisés, le changement de paradigme indispensable pour comprendre les « nouveaux enjeux » que généralement ils ne subissent pas....

    Lire la suite

  • Angélisme ou Xénophobie que choisir ?

    Imprimer Pin it!

    politique, société, islam, religions, immigration, xénophobie

    Image ci-contre prise ici

     

    Autant l'angélisme et l'aveuglement volontaire des institutions, dont celui du journalisme plus ou moins institutionnel, concernant les questions liées à l'immigration et à l'insécurité m'énervent et m'amusent dans le même temps au plus haut point, autant la xénophobie que certains expriment à droite de manière de plus en plus marquée m'agace encore plus. A gauche, certains les traiteraient de racistes mais personne n'est véritablement raciste au sens exact du terme, tout le monde est « simplement » xénophobe à divers degrés cependant, ayant peur de « l'Autre », quel qu'il soit, certains en étant plus conscients que d'autres cependant. Dans ma bonne ville d’Évreux, l'étranger, par exemple, ça commence à la sortie de la ville...

     

    Ne parlons pas du rejet sans conditions de l'Islam, alors que finalement un musulman qui respecte les valeurs dictées par les « Cinq Piliers de la Sagesse » sera plus proche finalement des valeurs nationales traditionnelles que certains français de souche hyper-matérialistes qui ne pensent qu'à leur nombril, au pognon, à boire, baiser et bouffer, non par une conception hédoniste du plaisir mais pour vivre de la même manière que le porc se vautre dans la bauge, se roulant dans la fange de ses aspirations étriquées et égoïstes sans le moindre remords.

     

    Et elle n'est justifiée ni par la propre xénophobie des personnes d'origine étrangère ni par les bons sentiments exprimées par les arbitres des élégances politiques. Et la haine et la violence des uns ne justifient pas la haine et la violence des autres. Je suis également stupéfié par l'absence totale de capacité de compréhension du second degré ou de l'ironie par de plus en plus de personnes qui en restent à un niveau primaire, très primaire, qu'ils excusent en se vantant d'être des « vraigens », des gensimples », eux, j'ai toujours trouvé cette prétention à la « simplicité » que certains confondent avec médiocrité d'une sottise effarante.

     

    Après tout les africains, asiatiques ou maghrébins qui émigrent en France ne sont pas responsables de la politique menée par les différents gouvernements qui se succèdent en France depuis une quarantaine d'années, de leur cynisme abject consistant à organiser la paupérisation d'une main tout en se donnant un alibi de générosité de l'autre en offrant allocations et protection sociale sans de réelle contrepartie citoyenne minimale en échange aux primo-arrivants ou aux français de deuxième ou troisième génération à qui l'histoire officielle apprend en le serinant sur tous les tons que la France est un pays raciste, intolérant et inhospitalier ayant une longue histoire de massacres et de haines dus d'abord à la religion catholique, et à la monarchie, histoire que nous devrions à les lire payer et payer encore dans le masochisme mémoriel de bon aloi ayant cours de nos jours.

     

    Et puis l'on peut comprendre que ces personnes qui crèvent de faim chez elles, subissant souvent en même le joug d'une dictature militaire ou d'une théocratie viennent en France où elles savent trouver de quoi vivre et bien vivre sans renoncer à leurs traditions, sans avoir à adhérer au contrat social ancien qui demandait à ce que l'on fasse quelques compromis sur ces anciennes coutumes afin de vivre avec les autres français, qu'on taise un peu ses propres revendications communautaires pour mieux instaurer la paix sociale, et la vivre ensuite.

     

    Tous.

     

    Le problème est surtout là-dedans, dans la perte des valeurs communes, de ce qui liait la Nation, dans une société de « moimoimoiïstes » que de toutes façons cela ne concerne pas car ceux-ci ne souhaitent vivre qu'avec des reflets en somme...

     

    L'époque n'est pas du tout à la prise de conscience des ces nuances indispensables à saisir, cela concerne également ceux qui s'affirment pro-palestiniens et légitiment le Hamas par leur crédulité, encourageant au passage l'affirmation de revendications strictement communautaristes et de haines ethniques qui n'ont rien à voir avec le conflit israélo-palestinien. Pourtant, il le faut bien à moins que l'on ne préfère un pays à feu et à sang d'ici quelques années au nom de coutumes, de conflits ethniques, de religions et de traditions présentées comme millénaires qui sont souvent toutes neuves (tel le « voile islamique » que l'on voit de plus en plus, total ou non, sur la tête des femmes en « cités » ou non).