Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

hypocrisie

  • Où sont les lanceurs d'alerte antifascistes ?

    Imprimer Pin it!

    politique, emmanuel macron, marine le pen, antifascisme, société, hypocrisie, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    Emmanuel Macron et ses séides tous libéraux libertaires, tous oligarques opportunistes, ont surfé sur la vague des alertes à l'antifascisme, sur le risque de retour des fameuses heures les plus sombres de notre histoire qu'aurait incarné Marine le Pen. A les entendre le parlement aurait été muselé, la presse méprisée et le dialogue avec le peuple dédaigné. Marine le Pen n'aurait gouverné que par ordonnances. Toutes choses on le voit inimaginables avec Macron (ceci est de l'ironie ami lecteur) :

     

    Macron va disposer d'un parlement servile à sa botte à l'exception d'une petite centaine de députés d'opposition qui n'arriveront pas à s'unir.

     

    Macron va gouverner par ordonnances pour hâter le détricotage de notre modèle social. Cela va avoir un impact sur les plus précaires, les chômeurs, les personnes handicapées, les petits retraités.

    Lire la suite

  • Le précaire cet écologiquement irresponsable !

    Imprimer Pin it!

     Aussi sur Agoravox

    Écrit après avoir entendu le président Macron parler de « make ze planète grète euguène »...

     

    precarite-energetique.jpgDans notre monde tellement progressiste, la coupure a tendance a se creuser de plus en plus et de pire en pire entre les très riches et les très pauvres. Et la classe moyenne entre deux, ou plutôt ce qu'il en reste, trop riche pour être aidée, trop pauvre pour s'en sortir vraiment sans heurts ni crédits, se paupérise lentement mais sûrement. En même temps, comme le dit notre président, les riches développent des soucis sociaux et politiques, rajoutent aux prétentions matérielles des vanités politiques et l'envie très forte de se donner le beau rôle, en particulier celui de guides des peuples, ceux-ci n'ayant pourtant rien demandé...

     

    Leur dernière lubie, elle ne mange pas de pain et ne les force pas à un partage plus équitable des richesses, est une certaine conception de l'écologique, une conception « gadget », une conception « alibi » pour se donner bonne conscience et faire marcher le commerce en créant de nouveaux labels, de nouveaux produits beaucoup plus chers.

     

    Le précaire, lui, n'est pas écolo, il s'en fout du développement durable. Souvent même c'est un de ces « petits mâles blancs » qui se détend en regardant exclusivement la télévision et qui si ça se trouve n'est jamais allé voir une pièce d'« humour de résistance » de Jean-Michel Ribes. Pire encore, il prend sa voiture hors-d'âge, rempli bien des fois avec du diesel, pour aller travailler à Paris ou dans une autre grande ville, une bagnole qui bien souvent a un bilan carbone désastreux. Mais cela n'a pas l'air de l'angoisser, il ne se rachète pas une électrique, même pas une « hybride ».

     

    Parfois, il est bien obligé de prendre les transports en commun, de s'entasser avec on l'imagine un plaisir immense dans des wagons bondés, pour cause d'économies budgétaires décidées afin de mieux construire l'Europe. Il faut dire là encore que le précaire, des plus inconscients également sur cette question se fout complètement de la construction européenne. Et puis, en même temps (j'aime beaucoup ce que vous faites monsieur le président) quand il rentre dans son logement loué beaucoup trop cher pour une si petite surface, enfin c'est ce qu'il dit, il prétexte abusivement la fatigue à cause des retards, des pannes, des problèmes de cadencement et de personnels il ne s'inquiétera pas une seconde de faire le tri de ses poubelles avec ordre et méthode.

     

    Lire la suite

  • La déprime de nos éditorialistes distingués

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     Emmanuel macron, société, finkielkraut, poolony, amaury watremez, hypocrisie, fn, lr, en marcheLes éditorialistes politiques français sont de leur milieu de nantis où tous se fréquentent, se côtoient, couchent l'un avec l'autre, et ce quel que soit leur camp supposé. Dans leur milieu on ne peut comprendre le vote le Pen en particulier et celui de la France périphérique en général, un vote de ploucs xénophobes, un vote de pauvres certes mais tellement vulgaires.

     

    Dans leur milieu aussi, on respecte les hiérarchies sociales, à commencer par celles de l'argent...

     

    Ces belles âmes ont tous appelé à voter Macron en le présentant comme la seule alternative à le Pen et à un risque pris au sérieux d'un retour du fascisme, d'une dictature. Ils sont tous tombés dans le piège d'Emmanuel Macron, y compris ceux se prétendant politiquement incorrects, hors du système tels Alain Finkielkraut et Natacha Polony.

     

    Ils se sont dits, après on pourra discuter, notre vote sera pris en considération, ainsi que nos grandes et belles envolées contre le risque de renaissance des ordres noirs.

     

    Lire la suite

  • La dictature de l'émotion et la Syrie

    Imprimer Pin it!

     Aussi sur Agoravox

    syria.jpgBernanos le disait déjà, les hommes modernes ont le « cœur sec et les tripes molles ». Et l'émotion superficielle prime sur tout, envahit tout. Le sur-affectif est la règle, la réflexion et la nuance l'exception. L'homme moderne ne réfléchit pas, il aime pleurnicher. Et pleurnicher en public devant tous les passants y compris virtuels afin de montrer combien il est sensible et humaniste, un humanisme mièvre, aseptisé, très frelaté, un humanisme de pacotille. Un petit garçon meurt sur une plage européenne, la photo indécente, abjecte en elle-même de l'enfant est mise en « statut » facebook, montrée un peu partout. Elle fait le « buzz » jusqu'à l'écoeurement, beaucoup de « bruit médiatique » et puis l'homme moderne oublie, il passe à autre chose.

     

    Il a plus important à faire comme se passionner pour une campagne présidentielle de caniveau...

     

    Il s'est donné bonne conscience pour continuer à jouir sans trop utiliser sa cervelle. Il ne fera pas quoi que ce soit pour aider des migrants ou un migrant, pour s'engager au bénéfice des plus pauvres. Il ne recueillera personne dans son jardin mais continuera cependant à livre des leçons de morale aux autres. Lui il peut, il s'est donné bonne conscience.

     

    Lire la suite

  • Les « invisibles » de la campagne présidentielle

    Imprimer Pin it!

    Sur Agoravox aussi société,handicap,politique,présidentielles 2017,hypocrisie,eugénisme,darwinisme social,amaury watremez

     

    Des personnalités dont Gilbert Montagné, Dominique Farrugia, Philippe Crozon, Grand Corps Malade, ont lancé un appel aux candidats à la Présidentielle pour les interpeller sur l'absence de la question du handicap du débat public. Il me semble que ce n'est pas entièrement la faute des dits candidats si ce problème douloureux si ce problème grave n'est pas abordé mais celle de leurs communicants. Car en France en 2017, comme on dit en termes choisis, ce n'est pas « fédérateur ». Si de temps on pleurniche, on aime les grandes fêtes sur-affectives comme le « Téléthon », le handicap laisse concrètement indifférent.

     

    Au mieux.

     

    Comment pourrait-il en être autrement dans une société où la différence d'avec les standards physiques, moraux et intellectuels est vécue comme insupportable ? Où les personnes hors normes sont rejetés immanquablement ? Qu'elles soient hors normes d'un point de vue ou d'un autre...

     

    Apparemment dans notre société en 2017 beaucoup de choses sont faites pour les handicapés. En surface les progrès sont nombreux :

     

    Lire la suite

  • Le Paris des déglingués

    Imprimer Pin it!

    politique, SDF, société, paris, invisibles, pauvreté, hypocrisie, amaury watremez

    Sur Agoravox aussi

     

    S'il y a le Paris « bobo » et festiviste, le Paris-musée des touristes, celui des nantis, des très riches, il existe également le Paris des déglingués, une ville tentaculaire et « souterraine ». Ce sont des « invisibles » ou presque, des naufragés de l'existence, personne ou presque ne veut les voir. Ils n'intéressent pas grand-monde. Ce ne sont pas seulement des pauvres gens, ce ne sont pas seulement les « invisibles », les sans-abri, les clochards. Ils leur arrivent de manger à leur faim et d'être déglingué, cassé. Car parfois ils ont juste perdu l'esprit, l'aliénation a pris le dessus sur tout le reste. Ils sombrent, ils le savent, mais ils sombrent.

     

    Ils aimeraient bien que quelqu'un s'arrête et les écoute, prenne le temps de leur accorder un peu d'attention mais malheureusement ils ne savent plus comment l'on s'y prend pour discuter avec un autre être humain. Ils ont oublié. La lubie qui les obsède, leurs compulsions reviennent vite à l'assaut lors de leurs moments de lucidité sur eux-mêmes. Et celle-ci les rend tristes alors ils l'évitent le plus posssible.

     

    Je ne sais pas si ailleurs en France il y en a plus ou moins, si ce Paris des êtres abîmés est un privilège de la capitale, il n'y a hélas pas de statistiques. Je le pense car dans la « ville-Lumière », l'éclat des lampadaires est finalement le meilleur moyen de se cacher des ragots des « braves » gens, de leurs jugements péremptoires, de leurs commérages, de leur indifférence plus ou moins bienveillante envers les pauvres gens. Dans Paris, la personne seule ou abandonnée est plus anonyme. Elle a moins à subir les regards réprobateurs des passants, les réflexions moralisatrices des bonnes dames et des personnes honorables ou croyant l'être.

    Lire la suite

  • De plus en plus primaires

    Imprimer Pin it!

    politique, primaires de la gauche, sciences, homme, politique, hypocrisie, amaury watremez, amaury-grandgilIl paraît que l'être humain atteint en ce moment ses limites physiologiques. Il paraîtrait même que selon certains scientifiques son intelligence régresserait à en croire cet article du Monde. En cause on trouverait son environnement, ses nouvelles habitudes et addictions toxiques. Personnellement, je n'avais pas besoin de ça pour en être convaincu, il suffit de considérer le nombre de spectateurs quotidiens de « Touche Pas à Mon Poste » sur C8 pour s'apercevoir de cette grave régression de la culture dont au sujet duquel j'aimerais vous entretenir dans ce billet.

     

    Je reviens vers vous du coup pour évoquer en fait ces étranges « passions tristes » que sont les primaires : en ce moment celles de la gauche, enfin de la gauche sociétale, la gauche bourgeoise pédagogue. Je vais lutter moi également contre cette régression ayant employé depuis quelques phrases beaucoup trop de « clichés » de langages actuels ce qui est un symptôme notable de risque de baisse du QI...

    Lire la suite

  • Devoir(s) de réserve

    Imprimer Pin it!

    politique, société, droite, gauche, syndicats, fonctionnaires, devoir de réserve, hypocrisie, amaury watremezEn France un fonctionnaire quel que soit son rang est, selon la loi, tenu au devoir de réserve et à souscrire voire à défendre au besoin les valeurs républicaines. Il se doit aussi de rester neutre sur le plan politique et religieux. Normalement, on devrait préciser : et ce quelles que soient ses opinions personnelles....

     

    Mais en France, pour leurs syndicats et la plupart des politiques, ce sont les valeurs de gauche qui sont les seules valeurs républicaines et les fonctionnaires de gauche les plus en avance sur le sujet, les plus à la pointe. C'est l'opinion qui court à droite également, enfin la droite dite « républicaine » souffrant toujours d'un incompréhensible complexe d'infériorité intellectuelle vis à vis de la gauche sociétale ou de celle étant « plus pressée » de faire la Révolution (enfin si le temps le permet).

     

    Ce complexe absurde est à s'arracher les cheveux car lorsqu'une opinion est raisonnablement présentée et argumentée pourquoi en interdire l'expression légitime ? Être de droite et l'affirmer ne veut pas dire que l'on fera l'éloge des camps de concentration. Las ! Il faut toujours et encore que l'électeur de droite se justifie de l'être sous le feu nourri des questions de procureurs politiques improvisés encore plus sévères que Fouquier-Tinville lui-même. Jusqu'à ce qu'il rende grâce ou qu'on lui fasse rendre gorge et s'inflige une sévère pénitence.

    Lire la suite

  • Des enfants réellement particuliers

    Imprimer Pin it!

    politique, société, handicap, hypocrisie, autisme, amaury watremezEmporté par ma verve caustique, j'ai dit dans un de mes billets de François Hollande qu'il était un « autiste satisfait » pour désigner son incapacité à se connecter aux français. Cela m'a valu un message de colère légitime d'un de mes lecteurs qui est autiste, me décrivant sa souffrance à l'être parfois mais aussi ce que cela lui a apporté en plus, il est musicien. Certains diront que l'on ne peut plus rien dire et que de temps en temps il faut bien accepter de se sentir blessé par l'expression de la dérision, être « Charlie ». Mais je trouve que lorsque celle-ci blesse des petits, des personnes souffrantes, elle est clairement hors de propos.

     

    Le public s'émeut en ce moment de « Miss Peregrine et les enfants particuliers » et leur univerrs sombre de Tim Burton en ce moment à l'affiche, une incontestable réussite cinématographique où le réalisateur réussit à caser des références aux films de la « Hammer » ou aux personnages en « stop motion » de Ray Harryhausen. Des gosses aux talents étranges sont protégés de la sottise de leurs presque semblables par une « nanny » très différente des autres. Si les spectateurs de cinéma s'attendrissent aussi à « Rain Man » et les lubies de Dustin Hoffman ou celles de Leonardo Di Caprio dans « Gilbert Grape ».

     

    Mais dans la vie ces enfants hors des normes, hors des standards, suscitent le plus souvent la méfiance des mêmes adultes et de leurs rejetons, au mieux l'indifférence, au pire le rejet clairement marqué sans trop de scrupules. Et si les parents des autres gosses aiment bien s'attendrir aux autistes géniaux ou pas ils n'en veulent pas dans la classe de leurs enfants. C'est d'ailleurs le cas pour les handicapés moteurs, c'est trognon à la télévision pendant le « Téléthon » (TM°) mais insupportable quand trop proche. On a le sentiment qu'ils seraient comme contagieux pour les autres enfants en quelque sorte.

    Lire la suite

  • Buisson Sarkozy et le parfum de l'andouillette

    Imprimer Pin it!

    Patrick Buisson, Nicolas Sarkozy, société, politique, polémique, hypocrisie, pouvoirCe petit billet sans doute taquin, sans doute abrasif pour certains lecteurs, n'a pas pour but d'être une recension du livre de l'ancien conseiller occulte de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson. Je ne l'ai pas lu. J'avais simplement envie de m'intéresser aux réactions que cet ouvrage suscite, des réactions que je trouve pour la plupart risibles voire grotesques quand leurs auteurs sont sincères, grossièrement cyniques quand ils ne le sont pas. Certains le sont rarement, d'autres, leurs séides et autres larbins, le sont toujours. Comme je n'ai pas un mauvais esprit, et parlant ici d'andouillette, je ne vais pas évoquer ici le cas de Christian Estrosi.

     

    Concernant Patrick Buisson je trouve cela curieux de la part d'un type d'extrême-droite n'ayant pas de mots assez durs avant, mais ça c'était avant, pour dénoncer la collusion des médias dits "officiels" avec le pouvoir le fait qu'il se répande sur son travail avec l'ancien président dans tous ses médias dits "officiels" et si "politiquement corrects" à ses yeux. On a beau avoir des rêves humides de retour à une "Révolution nationale" on n'en est pas moins homme, et faillible, et doté d'un certain ego, et on aime bien être largement entendu et plaint. Même s'il faut pour cela être interviewé par un valet du pouvoir "bobo"...

     

    Edouard Herriot nous le disait pourtant déjà il y a plusieurs décennies. Pour être bonne, la politique c'est  comme les andouillettes ça doit un peu sentir la merde mais pas de trop cependant.  La politique n'a pas à être moralisée sans cesse. Elle ne sera jamais morale de toutes façons. Le lecteur cultivé donc averti, sait où trop de vertu mène en politique : à l'arbitraire le plus dur, à quelques massacres des réfractaires à l'ordre vertueux. Le plus important c'est juste que les politiques doivent penser de temps en temps à œuvrer au Bien Commun.

    Lire la suite

  • Courir vers l'abîme

    Imprimer Pin it!

    sport, running, télévision, société, politique, bâtise, hypocrisie, amaury watremezNote ami lecteur que je nie pas le fait que courir peut faire du bien pour sa santé. Mais courir en 2016 ce n'est pas seulement courir, c'est un acte politique, c'est montrer son allégeance à des règles arbitraires absurdes. C'est rèver de réussite, de célébrité, harnaché d'objets connectés pour compter ses pas, ses battements de cœur, ses gouttes de sueur coulant sur son front. On ne court plus d'ailleurs, on fait du « running », on est un « runner ». C'est presque être un « winner » en somme, à deux lettres près « Runner » c'est sans doute aller plus vite que « jogger », c'est plus efficace.

     

    Et c'est dans la même fascination de l'Amérique que tout le reste de la société, une Amérique qui n'existe pas, celle des décors en dur hollywoodiens.

     

    Le matin et le soir, on peut croiser de plus en plus un peu partout en France ces personnages étranges, tous sur le même modèle, des clones sans doute, avancer rapidement à petites foulées sur les trottoirs, au milieu de la route parfois. Les hommes ont le bras gauche tatoué de ces motifs géométriques ressemblant aux motifs que l'on dessinait distraitement lorsque l'on était au téléphone. Ils ont la barbe soigneusement taillée, le cheveu rasé sur les tempes, long au-dessus comme il se doit. Les femmes sont en collant sculptant leurs formes « travaillés » au « fitness ».

    Lire la suite

  • Les contradictions de l'auteur politiquement incorrect

    Imprimer Pin it!

    politique, société, médias, télévision, politiquement incorrect, hypocrisie, amaury watremezInternet est une providence pour les auteurs politiquement incorrects de gauche et de droite ou du moins se prétendant tels, plus lucides, plus raisonnables, plus fins, plus ceci, plus cela. L'auteur politiquement incorrect n'a de cesse de dénoncer le système et les oligarques, de se donner une image de justicier courageux, sans peur et sans reproches. Il ne devrait donc pas se plaindre de rester dans l'ombre car finalement cela demeurerait logique dans son optique d'indépendance politique. Etre un redresseur de torts masqué est son destin et son horizon.

     

    Seulement voilà...

    Parfois il arrive qu'un de ses articles parvienne au regard d'un "pipeaule" quel qu'il soit et que ce "pipeaule" lui réponde. Le "lone ranger" du clavier, le "zorro" de l'azerty, ne pourra alors s'empêcher de se sentir flatté. Voilà qu'il entre dans l'intimité d'une vedette, d'un des "grands" de ce monde. L'un d'eux s'adresse au petit littérateur du net qui n'en revient. Ébloui, voilà qu'il trouve des qualités à la célébrité que quelques jours plus tôt il s'évertuait à descendre en flammes.

     

    Comme celle-ci est magnanime, elle peut même faire de l'écriveur du web un "bon client" de la télé, un de ceux qui font le "beuze", une des "grandes gueules" prétexte afin de laisser entendre que le pluralisme est toujours une réalité dans les médias. L'auteur politique correct ne se sent alors plus de joie, il est transporté et les cuisses de l'attachée de presse dans sa mini-jupe en cuir lui semblent bien attirantes. Il commence alors à mettre de l'eau dans son vin. Pas trop, un peu, tout doucement, progressivement son foie s'amollit, s'engourdit ainsi que ses tripes...

    Lire la suite

  • A qui appartiendra l'avenir de la France ?

    Imprimer Pin it!

    France, politique, société, nation, hypocrisie, inculture, paresse, vieux pays, islam, enquête Montaigne, amaury watremezPetit questionnement après l'enquête de l'institut "Montaigne"...

     

    Dédié à Myriam

     

    Vivant à Jérusalem, j'ai pu observer deux peuples très jeunes quotidiennement, des nations vivantes encore au berceau. Leur jeunesse n'était pas seulement dans celle de leurs populations, mais aussi dans leur dynamisme, leur fraîcheur d'âme que les vieux pays européens, tel la France, ont peut-être irrémédiablement perdue. Même antagonistes, même dans des « camps » supposés différents, la discussion et l'échange étaient toujours paradoxalement possibles et on refaisait le monde avec enthousiasme selon des idéaux que chacun avait, implantés profondément, au cœur et à l'esprit. Il était aisé de constater que l'avenir de ces peuples était largement ouvert, qu'il pourrait être sans doute plus serein un jour.

     

    A l'inverse on peut sérieusement se demander, non sans inquiétude, à qui appartiendra l'avenir en France, surtout quand un tiers des musulmans de France dit ne pas se reconnaître dans les valeurs nationales (selon la grande enquête de l'institut « Montaigne »). On peut répondre à ce questionnement sans être pour autant fakir extra-lucide ou voyant et sans risquer le ridicule immédiat. Le futur appartient généralement aux populations dont les valeurs sont solides, ainsi que leur identité. On peut donc raisonnablement douter de l'avenir de la France et des français.

     

    Dans la rue, la plupart des « souchiens » , des autochtones, montre cet essoufflement chronique d'un pays ne se connaissant plus, se reniant, haïssant ce qu'il est et ce qu'il a été. Leur mal-être profond se voit à l’œil nu, conséquence de la crise morale sans précédent que le pays traverse.

    Lire la suite

  • La décadence des élites françaises

    Imprimer Pin it!

    À propos de « Le Crépuscule de la France d'en haut » paru le 14 septembre 2016 de Christophe Guilluy chez Flammarion

     

    christophe guilluy, fracture sociale, france d'en haut, société, privilèges, hypocrisie, amaury watremezChristophe Guilluy est déjà l'auteur des passionnants et indispensables « Fractures françaises » et de « la France périphérique » décrivant la rupture dorénavant presque définitive entre le pays et ses élites. L'intérêt de ces ouvrages et du dernier est que leur auteur n'est ni éditorialiste, ni journaliste politique, ni militant. On ne peut lui reprocher d'avoir un point de vue biaisé ou partisan. Il est géographe et analyse de manière scientifique les cartes démontrant la coupure des oligarques d'avec les petites gens, en particulier avec ces français dits ruraux, les habitants des petites villes de province méprisées, considérées avec hauteur et condescendance :

     

    Tous les « franchouillards », les « ploucs », les « prolos » ainsi que les nomment avec mépris les bourgeois pédagogues.

     

    Ce n'est pas un livre contre les élites qui verserait dans le discours démagogique -et l'anti-intellectualisme- mille fois entendus. L'auteur rappelle juste que dans un pays dont le fonctionnement serait sain et réellement démocratique, elles seraient issues du peuple dans leur plus grande part. Or, en France elle s'entretiennent par la cooptation. les réseaux et la reproduction sociale. La « France d'en haut » et ses séides, et ce de plus en plus, sont totalement étanches, aveugles et sourds au reste de la population tout en prétendant la guider sur la voie du progrès. La « France d'en haut » et ses obligés ne veulent pas entendre la colère qui monte, ne s'inquiètent pas de la remise en cause générale de leurs desiderata.

    Lire la suite

  • Judéophobie ordinaire en banlieue

    Imprimer Pin it!

    politique, société, islamisme, antisémitisme, antisionisme, racisme, hypocrisie, amaury watremez

    Cette histoire est sur Causeur

     

    Article de Causeur partagé plus de 800 fois sur Facebook

     

    La petite histoire ci-dessous n'est pas qu'une anecdote désagréable. Ce n'est pas qu'une anecdote non plus. Cela arrive quotidiennement, malheureusement, l'insulte « feuj » (juif en verlan) se banalisant. Mais personne n'en tient réellement compte car il est établi parmi les élites qu'une personne « issue de la diversité » ne saurait être raciste. Et il est plus facile de nier les problèmes graves d'éducation se posant dans les quartiers où la précarité sociale est endémique plutôt que de chercher à les résoudre. On est libre de la réfuter comme on est libre de détourner le regard ou se cacher la tête dans le sable.

     

    L'éducateur était content ce jour-là des adolescents qu'il avait sous sa responsabilité. Ils avaient bien travaillé. Ces jeunes étaient de toutes les origines, et de toutes les couleurs de peau. Qu'il était difficile de les faire vivre tous ensemble eux qui se rassemblaient spontanément selon leur ethnie. Ce jour spécial, ils s'étaient investi sans qu'il n'ait besoin de prendre son ton sévère et de lancer une ou deux plaisanteries caustiques bien senties pour les faire taire. C'était pour le moins inhabituel pour une veille de vacances de printemps.

     

    Pour les récompenser, après un goûter et quelques jeux de groupe classiques, il avait décidé de leur passer un film. Il jeta un coup d'oeil dans la vidéothèque de l'endroit et tomba sur deux « de Funès » : « La Folie des grandeurs » et « Rabbi Jacob ». Il évacua le premier, trop de références aux « classiques », ils n'aimeront pas se dit-il la parodie de « Ruy Blas ». « Rabbi Jacob » avait son petit côté « citoyen » avec son discours anti-raciste. Il ferait un peu d'éducation civique en passant. Il se dit que c'était sans risques...

     

    Il mit le dévédé dans l'appareil.

    Lire la suite

  • Soldat perdu en 2016

    Imprimer Pin it!

    piquemal, société, politique, droite, courage, hypocrisie, épouvantails, amaury watremez

    Je précise que l'histoire est vraie, comme l'affaire est en cours je n'ai pas mis le vrai nom de son protagoniste...

     

    A. est un de ceux que l'on appelle les « soldats perdus », un de ces soldats qui au regard de l'histoire se trompent de cause, ne choisissant pas celle qu'il faut au regard des arbitres des élégances politiques. Il y en eut particulièrement après les guerres d'indépendance de nos anciennes colonies.

     

    Ces soldats ont vu les populations qui voulaient que la France reste. Ils ont vu les villageois courir après leurs camions, s'y accrocher jusqu'au désespoir alors qu'on leur intimait l'ordre de les abandonner quitte à y aller à coups de crosse sur les mains. Ils ont dû laisser tomber également les 220000 « harkis » trahis par le pays qu'ils voulaient servir, massacrés ensuite...

     

    Évoquant ces « soldats perdus » je songe en particulier à Hélie de Saint-Marc, ancien déporté, résistant, participant au « putsch » des « généraux en retraite » de 1961 à Alger et ses camarades de combat...

     

    Je me rappelle aussi de Bastien-Thiry, lui aussi voulait servir son pays...

     

    Ces personnages sont maintenant frappés d'opprobre pour leurs actes par la postérité alors que leur histoire est largement plus complexe que ce que l'on veut bien en retenir, y compris à droite de la droite....

    Lire la suite

  • La peur tétanisante de faire le jeu du FN

    Imprimer Pin it!

    politique, société, islam, hypocrisie, chape de plomb intellectuelle, amaury watremez, politiquement incorrect, islamisme, terrorismeOn me dira qu'il y a les sites complotistes ou groupusculaires allant très loin dans le délire. Eux n'ont aucun souci avec les bons sentiments ou un code de bonne conduite politiquement correcte. Eux s'en foutent de faire ou non le « jeu du FN » tout en ayant l'avantage d'être des épouvantails utiles que l'on montre pour faire taire toute velléité de contradiction même rationnelle. Ils font le jeu des bourgeois pédagogues et autres grandes âmes. Bien sûr, ils sont le plus souvent courageux mais pas téméraires, délirant sous pseudonymes et l'on sait également que dans ces groupuscules on a un flic, un militant...

     

    Et puis il y a les éditorialistes et journalistes qui ont eu le courage de dépasser les butoirs fixés par les bons apôtres sans pour autant sortir des rails de la bienséance, qui argumentent et étaient leurs discours en évitant les injures, la diffamation, la calomnie ou les attaques sous la ceinture.

     

    Mais même parmi ces journalistes moins politiquement corrects, juste plus lucides, on est finalement encore dans la terreur panique de déplaire de trop aux arbitres des élégances politiques en « faisant le jeu du FN » en énonçant clairement les réalités de l'islamisme grandissant dans les quartiers, de la violence religieuse évidente, de la multiplication des signes de rejet de nos valeurs. Dés que l'on évoque la question du voile ou de la radicalisation évidente des gosses de banlieue pour diverses causes dont le détricotage du Service Public, ils savent très bien qu'ils seront soupçonnés d'islamophobie, de racisme voire pire encore...

    Lire la suite

  • De la « bande à Bonnot » à Tariq Ramadan

    Imprimer Pin it!

    politique, société, islamisme, hypocrisie, bourgeois pédagogues, amaury watremez, cazeneuveL'histoire ne se répète pas mais elle bégaie souvent et l'aveuglement ou l'angélisme dont nos élites font preuve envers l'islamisme et ses représentants tel Tariq Ramadan rappellent leur attitude pendant la IIIème République à la fin du « stupide XIXème siècle » face à l'anarchisme, un danger il est vrai bien moindre...

    Dans ses « Souvenirs Littéraires » Léon Daudet raconte fort bien l'engouement d'une bonne partie des bourgeois de progrès pour l'anarchisme. Selon ces bourgeois déjà pédagogues, c'était la faute de la société si les anarchistes sombraient dans la violence, et au fond ce n'était qu'une juste compensation que la « bande à Bonnot », entre autres, commettent des hold-up parfois sanglants. Les mêmes bourgeois pédagogues justifiaient ainsi le laxisme et l'inefficacité dont les autorités firent preuve un certain temps contre les « anars » dont les bombes tuaient régulièrement des innocents à la terrasse des cafés.

    Ils ont en 2016 rigoureusement le même discours concernant les islamistes. Ce sont les mêmes excuses, les mêmes alibis, les mêmes démonstrations biaisées idéologiquement, les mêmes anathèmes aussi....

    Lire la suite

  • Chroniques du pays réel – Dans la rue

    Imprimer Pin it!

    politique, société, SDF, hypocrisie, chronique du pays réel, amaury watremez, pauvreté, précaritéLe but de ces chroniques n'est pas de dresser de mon aimable personne un portrait de saint de vitrail en creux en narrant par le menu mes bonnes actions. Beaucoup le font sur internet, à les entendre ils mériteraient la béatification immédiate et un brevet de civisme. Sur le réseau, tout le monde est courageux, généreux, plein d'esprit chevaleresque. Cela me rappelle toujours cette phrase de Kléber Haedens sur la vulgarité des bons sentiments cachant généralement beaucoup d'estime pour son nombril chez celui ou celle en faisant étalage...

     

    On s'étonne à lire toutes ces déclarations martiales et quasi-révolutionaires, ces exposés longs comme des jours sans pain de bonnes actions, que dans la vie réelle il y ait pourtant toujours autant de femmes voilées, de « barbus », de solitude, d'aliénation sociale, de pauvres à la rue....

     

    Et il n'y a pas besoin d'être grand clerc pour deviner que ce texte va moins susciter le débat que la précédente chronique sur les deux harpies fanatisées rencontrées dans un train. Pourtant plutôt que d'attendre l'hiver et le premier mort de froid je préfère en parler maintenant en plein été, en pleines vacances...

    Lire la suite

  • Les bourgeois pédagogues ne sont pas racistes

    Imprimer Pin it!

    bourgeois pédagogues, société, politique, racisme, anti racisme, hypocrisie, amaury watremez, bobolandL'avantage d'avoir des voisins de toute sorte c'est que l'on peut avoir accès sans trop se fatiguer à divers manières de concevoir le monde, autant de raisons pour se moquer du monde moderne et de ses lieux communs. J'ai dons des bourgeois pédagogues dans mon entourage immédiat, très gentils, arborant tous les signes extérieurs de leur appartenance sociale en plus des signes extérieurs de richesse même si bien entendu selon eux comme la plupart des bourgeois pédagogues, être riche et favorisé c'est juste un « sentiment » et non une situation purement objective.

     

    Le mari est un « hipster » qui prend soin de son capital beauté, les cheveux coiffés selon la coupe absurde en vogue chez les footballeurs entre autres (rasé sur les côtés, très long au dessus), de sa barbe soigneusement taillée, de ses tibias tatoués selon la mode, portant leur bébé dans un genre de poche kangourou ventrale, un chouette nouveau père. Sa femme vient sans doute de la « Légion d'Honneur » ou de « Blanche de Castille » mais semble affecter de renier ce passé bécebège, carré de soie. Ils ont toute la panoplie quant au look mais aussi par les idées. Ils sont bien entendus très mécontents des risques de montée du fââchiisme dans notre société, ils m'en ont fait gravement part. Savaient-ils donc à qui ils s'adressaient ?

     

    Et donc ils sont très conscients de l'obligation absolue de se battre contre tous les racismes, sauf bien entendu l'antisémi..sionisme des quartiers « issus de la diversité ».

     

    cépapareil...

    Lire la suite

  • Le nivo baisse

    Imprimer Pin it!

    politique, société, lecture, littérature, bac français, jeunes, hypocrisie, ignorance, inculture crasse, amaury watremezIl est d'usage après les épreuves du bac français de rire à gorge déployée des réactions de colère des gosses sur le net, de ricaner de leurs perles toujours plus énormes relevées dans les copies. Certes ils ne lisent plus du tout et pour eux bien entendu, la lecture d'un texte classique ou d'un moderne est juste une corvée insupportable à de rares exceptions. Ils ne font sur twitter (TM°) ou facebook (TM°) que témoigner de leur ignorance en toute candeur, étaler leur inculture il est vrai lamentable. Avoir de la culture n'est de toutes façons plus pour eux une valeur. C'est même parfaitement superflu, une lubie de prétentieux.

     

    Ils ne voient pas le problème non plus dans leur « ortograffe » le plus souvent défaillante, une ou deux fautes par phrase voire plus. « Tant qu'on me comprend » disent-ils, tranchant le questionnement généralement par un « de toutes façons moi je me comprends c'est l'essentiel, non ».

     

    Les adultes qui en rigolent sont cependant, me semble-t-il, amnésiques :

     

    Qui achète déjà aux adolescents les smartphones sur lesquels ils ont le regard presque constamment rivé ?

     

    Qui leur laisse une télévision avec 300 chaînes dans leur chambre ?

    Lire la suite

  • Le maître étalon des préjugés

    Imprimer Pin it!

    politique, société, hypocrisie, préjugés, idées reçues, sottise, connerie, amaury watremezUn sage m'a dit un jour que l'être humain n'est qu'un petit tas de préjugés. C'est ma foi tout à fait vrai pour tout le monde, moi y compris, le tout étant d'avoir conscience de ceux-ci et de savoir les nuancer, de s'en extirper le plus possible. C'est loin d'être facile, et à considérer le monde tel qu'il est, il y a encore de la distance de la coupe aux lèvres. Hier, dans la même journée, et à cause de ces préjugés je me suis fait à la fois traiter de « tarlouze » je cite et de « plouc ». On me dira qu'objectivement un homosexuel peut aussi être mal élevé, mal dégrossi, inculte et sans trop de sensibilité. Faisons une minute de silence sur le cerveau de Steevy par exemple...

     

    Certes...

     

    Pour l'anecodte, l'insulteur qui s'était courageusement caché derrière la fenêtre d'un troisième étage a été extrèmement surpris de me voir monter lui demander sur quels critères il se basait pour me qualifier ainsi en dehors de sa propre homosexualité latente. Et aussi ce que l'on pouvait supposer de ses contradictions de par sa proprension à se cacher pour m'injurier. J'ai songé à un de mes aimables lecteurs se qualifiant lui-même de masculiniste, témoignant de son goût pour les amitiés « saines et viriles », les fraternités d'hommes ardents à l'effort qui a lui aussi tendance à voir des homos partout.

     

    A moi tout seul, sans me vanter outre mesure, je suis un genre de mètre-étalon pour mesurer les préjugés et a priori. Je suis loin d'ètre le seul, toutes les personnes sortant du cadre subissent les idées reçues sur les apparences et les attitudes....

    Lire la suite

  • Déplorer les effets chèrir les causes

    Imprimer Pin it!

    politique, hypocrisie, islam, société, pauvreté, bossuet, amaury watremez« Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes » disait Bossuet. L'aveuglement des européens dans leur quasi majorité entre angélisme béat, masochisme mémoriel et haine de l'Islam illustre très bien cette phrase de « l'Aigle de Meaux ». Les élites continuent dans nos sociétés à chérir la mondialisation contre la souveraineté des peuples, les sociétés multiculturelles forcément plus libres et plus heureuses, une vision globalement marchande et toute économique de l'actualité, et à entretenir ce « Barnum consumériste » (TM°) du « présent perpétuel » dans lequel nous vivons depuis plusieurs décennies déjà afin d'oublier que l'Histoire n'est pas finie du tout en nous étourdissant de gadgets, de babioles nous encourageant dans notre narcissisme.

     

    Tristes ivresses toujours virtuelles...

     

    En 2016, 10%, voire moins, des habitants de cette planète profitent de 90%, voire plus, des richesses qu'elle peut produire, et les autres 90% d'êtres humains essaient tant bien que mal de vivre -difficilement- sur les 10% de richesses laissées par les précédents. Et pourtant ils sont encore nombreux, commentateurs distingués, éditorialistes médiatiques, simples citoyens, à se demander pourquoi l'Islam radicalisé autant recrute et pourquoi tant de rancoeurs et de colères demeurent à l'encontre des sociétés dites développées dans ce monde. Ces rancœurs sont largement entretenues d'ailleurs par la mondialisation - pourtant réputée heureuse - des communications et des échanges....

    Lire la suite

  • Bon Ramadan et surtout la santé

    Imprimer Pin it!

    islamn, ramadan, politique, société, hypocrisie, amaury watremezDepuis quelques jours on peut le lire un peu partout, que ce soit sur les réseaux sociaux ou les panneaux d'affichage des municipalités citoyennement concernées, il est donc d'usage de fêter un bon Ramadan aux musulmans de France, de Navarre et d'ailleurs, sans trop savoir ce en quoi il consiste exactement, sa pratique étant largement plus stricte sous nos cieux qu'aux Proche et Moyen Orient. Quand on est un mauvais esprit comme moi bien entendu on se demande ce qui arriverait parmi les arbitres des élégances politiques si quelqu'un, un politique, un éditorialiste, se prenait de souhaiter aussi allègrement « Joyeux Noël  aux catholiques» ou un bon « Yom Kippour » aux juifs :

     

    Levée de boucliers de vierges offensées immédiate !...

     

    Cris d'orfraie de vieilles filles indignées aussi sec !...

     

    Les bons esprits invoqueraient la nostalgie des heures les plus sombres de notre histoire pour les uns, un désir inavoué de retour des ordres moraux cléricaux pour les autres, un communautarisme cette fois odieux. Lorsqu'on un oligarque ou un commentateur politique assermenté souhaite un « Joyeux Noël » il se croira toujours obligé de rajouter qu'il le fête pour tout le monde et non pas seulement pour les chrétiens, et s'il évoque le « Grand Pardon » il le fera en petit communauté, de peur de se faire traiter de suppôt des sionistes par un indigène de la République ou un des mâles blancs appréciant les amitiés saines et viriles et Alain Soral....

    Lire la suite

  • L'amour de la futilité

    Imprimer Pin it!

    Cet article est aussi sur Causeur

     

    En France, on a ce talent très spécial pour se passionner pour les choses tellement importantes telles les frasques sexuelles de nos oligarques :

     

    politique, société, loi el Khomri, société, hypocrisie, café du commerce, amaury watremezUn grand personnage de l'état, Denis Baupin, le vice-président de l'Assemblée Nationale, a-t-il mis une main au panier à certaines de ses collaboratrices ? A moins que ce ne soit une « louche » complète ? Ou une petite tape coquine ? Leur a-t-il proposé un « furtif » ? « Bonjour mademoiselle au revoir madame ». Ou est-il allé jusqu'à leur offrir la « totale » en échange de compensations substantielles ? Voilà qui est en effet fondamental et qui mérite des dizaines de textes, de réactions et de réflexions politiques poussées. Ainsi qu'au zinc du café du coin, les uns s'enflamment pour ses « victimes » supposées qui ont fermé leur bouche depuis des années craignant pour leur carrière, les autres pour le défendre avec tout autant de virulence...

     

    « Ben non moi je dis ça se fait pas ! »

     

    « Ah ben ouais mais alors sinon on peut plus rien dire ! »

     

    ad lib...

     

    Pendant le même temps se déroulent des événements certainement complètement insignifiants donc au regard de nos éditorialistes et commentateurs assermentés. Le gouvernement vient de faire passer en force, grâce à l'article 49.3, la loi dite « Loi-travail » portée par Myriam El Khomri qui n'est que l'exécutante du texte et non son inspiratrice avec le premier Ministre Manuel Valls. C'est un autre parfait déni de démocratie car il n'y a pas eu de débat démocratique sur ce texte, à peine le gouvernement a-t-il modifié quelques articles sous la pression des manifs étudiantes et lycéennes. Nous sommes quand même en pré-campagne des prochaines présidentielles et il faut bien faire plaisir aux « jeûûnes »....

    Lire la suite

  • L'omerta des célibattantes

    Imprimer Pin it!

    politique, sexe, Q, société, hypocrisie, écran de fumée, amaury watremez

    Article également sur Causeur

     

    Il apparaît qu'il y a eu autour du comportement pour le moins déplacé du DSK du pauvre qu'est Denis Baupin une omerta des « célibattantes » qu'il poursuivait de ses assiduités tel un traître de mélodrame. Sans que celles-ci ne se soient consultées, sans qu'il n'y ait eu de mots d'ordre celles-ci ont gardé le silence y compris les plus féministes, les plus progressistes d'entre elles. Je croyais d'ailleurs que c'était l'apanage des jeunes femmes catholiques ou des anciens scouts pratiquant la bicyclette avec ardeur chaque été avec ce jeune curé si dynamique et tellement proche d'eux ma chèèère (« j'ai entendu dire qu'il leur permet de dormir avec lui quand ils ont peur la nuit »).

     

    Ce qui se passe en ce moment suite à cette pseudo-découverte du comportement d'invétéré queutard de l'ancien vice-président de l'Assemblée Nationale, dans le Landerneau oligarchique tout le monde était au courant, m'a rappelé le comportement souvent paradoxal dans leurs relations amoureuses d'autres jeunes femmes célibattantes que je fréquentais il y a quelques années ressemblant trait pour trait aux « victimes » de Denis Baupin travaillant qui dans le culturel, qui dans le politique.

     

    Ces filles étaient pour la plupart indéniablement intelligentes, très cultivées, fines et pleines d'esprit. Elles savaient s'adapter à tous les milieux sans perdre pour autant de leur élégance. Je me souviens particulièrement de celle qui ne perdait rien de sa classe même dans un bistrot louche du XXème. Elles demeuraient donc invariablement séduisantes, réussissant leur carrière sans perdre leur féminité. Elles étaient également émancipées, pratiquaient une sexualité apparemment joyeuse et libre affranchie de toute culpabilité, et de tout tabou....

    Lire la suite

  • Sadiq Khan et le complexe Obama

    Imprimer Pin it!

    sadiq khan,londres,maire,société,politique,hypocrisie,racisme amaury watremezIl y a huit ans, lorsque Barack Obama a été élu, il n'a été question que de sa couleur de peau, sa réussite montrée comme extraordinaire. Les médias et les commentateurs politiques n'ont évoqué que cela. C'était le plus important de l'élection. Ce qu'il comptait faire ? Ce qu'il pensait ? D'où il venait ? Tout le monde peu ou prou s'en fichait. Ne comptait que l'icône de l'anti-racisme enfin victorieux, et la défaite du souvenir des z-heures les plus sombres de notre histoire enfin reléguées aux poubelles de la mémoire.

     

    Plus de racisme !

     

    Plus de pauvreté ni de précarité pour les noirs américains et toutes les autres minorités !

     

    Puisqu'ils le disaient !

     

    A peine le nouveau maire de Londres, Sadiq Khan, a-t-il été élu que les médias et les élites auto-proclamées remettant le couvert avec enthousiasme ne se sont ébaubis là encore que de deux choses : sa religion, son origine pakistanaise et rien d'autres. Je ne suis pas le seul à le noter, même à « Libé » on s'en émeut, bien que leurs conclusions ne sont pas tout à fait les mêmes que les miennes bien entendu. Ils ont cependant raison sur plusieurs points, le programme du conservateur Zac Goldsmith rejoignait finalement sur la plupart des points dont le logement celui du fils de chauffeur de bus. Ils rappellent aussi pertinemment que le candidat lui-même Sadiq Khan a revendiqué son parcours montré comme « exemplaire »...

    Lire la suite

  • La gauche en rèvait Lesquen le fait

    Imprimer Pin it!

    lesquen2.jpgHenry de Lesquen est le candidat de droite rêvé pour la gauche. Il remplacerait idéalement le vieux le Pen dans son emploi d'épouvantail utile pour les bourgeois pédagogues et la cohorte des bien-pensants. C'est le « Goldstein » parfait. Il fait tout ce qu'il faut, semble-t-il, pour correspondre le plus possible aux caricatures qui sont faites des idées de droite ne ratant jamais une occasion de sortir la pire bêtise « hénaurme » possible. J'ai particulièrement entre autres exemples apprécié sa proposition de démonter la Tour Eiffel durant son interview sur « France Inter ». Il a dit pire depuis.

     

    Je pourrais presque penser qu'il travaille pour la gauche...

     

    Henry de Lesquen a pourtant un parcours somme toute parfaitement banal d'oligarque de la Vème République. Il fut administrateur civil, président du Club puis du Carrefour de l'Horloge, de « Radio Courtoisie », conseiller municipal à Versailles. Il se présente à la Présidentielle de 2017 sous l'étiquette « national-libéral » (voir son site de campagne), se réclamant comme tout le monde de De Gaulle ce qui est beaucoup plus commun. Ceux qui le rattachent au maurrasisme et donc à la droite anti-gaulliste et pro-Algérie française n'ont pas compris grand-chose. Lesquen est au fond un pur produit du système ce qui n'est pas si paradoxal que cela nous allons le voir.

     

    Depuis quelques temps, l'on parle beaucoup de lui de par ses déclarations tonitruantes sur les réseaux sociaux et dans la presse, surtout celles sur la Shoah et les juifs, le bougre inconscient, indécent, allant même jusqu'à qualifier de « faux grossier » sur son compte « Twitter » le « Journal d'Anne Franck » à cause des changements que le père de la jeune fille a demandé à faire dans le manuscrit originel (spécialement quand Anne racontait les transformations physiques dus à la puberté). Comme beaucoup de trublions faisant de toutes façons partie du spectacle il se dit « politiquement incorrect » et défenseur de la liberté d'expression pour tous fût-ce pour sortir des sottises....

    Lire la suite

  • L'indifférence du Pape et de son Eglise envers les chrétiens orientaux

    Imprimer Pin it!

    christianisme, société, politique, chrétiens d'orient, politique, hypocrisie, lâcheté, amaury watremezVivant à Jérusalem pendant deux ans, j'ai constaté sur place la division scandaleuse aux yeux du monde des chrétiens en une vingtaine d'églises parfois antagonistes, la situation du Saint Sépulcre en étant le reflet. J'y ai vécu aussi comme les pèlerins l'accueil extraordinaire des chrétiens dits d'Orient de leurs frères et sœurs occidentaux. Nul volontarisme, nulle ostentation dans tout cela. C'était parfaitement naturel à leurs yeux. Tout nouvel arrivant était un invité accueilli avec de nombreuses attentions. On chercherait vainement cela dans la plupart des paroisses françaises qui sont autant de conservatoires sociaux à quelques exceptions notables. Je songe par exemple à la messe que Benoît XVI célébra pour la mort de Jean-Paul II en compagnie de tous les patriarches orientaux.

     

    J'avais également la chance de travailler avec les « Pères Blancs » du domaine de la basilique Sainte Anne, animateurs de la revue « Proche Orient Chrétien » qui étudie et promeut les chrétientés orientales depuis l'arrivée des missionnaires d'Afrique au XIXème siècle. Cela m'a offert un point de vue unique et documenté sur les églises dites orientales, point de vue bien isolé hélas dans l'Eglise catholique. Et je n'ai eu de cesse, comme d'autres, depuis mon retour d'évoquer ces églises catholiques ou en étant très proches. C'est une manière d'exprimer ma gratitude à leur encontre.

     

    Ces chrétiens arabophones, arméniens, chrétiens descendants de ceux des origines, maintenant des traditions séculaires dont l'araméen liturgique, étaient splendidement ignorés voire dédaignés par la majorité des croyants occidentaux, y compris ceux présents sur place depuis quinze jours ou plusieurs décennies. A peine les considérait-on comme des survivances folkloriques sympathiques dont il fallait voir une célébration au moins une fois lors de son séjour dans la ville sainte. Les plus indifférents étaient les communautés charismatiques dites « nouvelles », de l'Emmanuel ou des Béatitudes (ancien « Lion de Juda »), où l'on ne prenait même pas la peine de se pencher ne fût-ce qu'un minimum sur la question....

    Lire la suite

  • Pour en finir avec le matraquage sur Nuit Debout

    Imprimer Pin it!

    politique, nuit debout, société, hypocrisie, gauche, droite, amaury watremez

    Un article également sur Causeur

     

    La gauche française, ou ce qu'il en reste, loin du « terranovisme » du Parti Socialiste, loin des libéraux libertaires comme Macron, c'est un peu comme les cathos progressistes. Ils ne sont plus très nombreux mais l'on n'entend qu'eux, ils sont encore à de nombreux postes décisionnaires. Et surtout ils se posent encore en arbitres des élégances politiques faisant valoir le plus possible leur capacité de nuisance quitte à se ridiculiser comme Badiou victime d'un canular comme ce vulgaire « sioniste » de BHL avec les dépositaires de la mémoire de Jean-Baptiste Botul.

     

    Il faut dire qu'ils ont beau jeu de le faire. La droite est litttéralement tétanisée par la peur panique d'être assimilée à la Réaction : tout ce qui rappellerait les fameuses z-heures les plus sombres de notre histoire, des souvenirs « nauséabonds » de Vichy où il y avait des politiques de tout bord, sauf des communistes.

     

    « Nuit debout » est une émanation directe de cette « gauche morale » voire moralisatrice. Et ce sont ses enfants qui chaque nuit se rassemblent place de la République à Paris. Certains se sont demandés gravement, se demandent encore, qui sont ses gosses, de quel milieu viennent-ils. A noter que ce sont aussi des enfants perdus souffrant de carences d'éducations de la part de leurs géniteurs souvent absents à lire l'article de Ludovic Fillois sur Causeur. Leur milieu ? Voyons voir ? Quel est le milieu social où l'on peut se permettre de veiller toute la nuit pendant trois semaines sans incidences sur ses revenus ? Pas un milieu précaire en tout cas, cela paraît largement évident....

     

    Je m'étonne grandement soit dit en passant, en parlant de précarité sociale, que personne ou presque ne se soucie véritablement des personnels de nettoyage de la Mairie de Paris qui chaque jour viennent ramasser les ordures et passer le tout au jet. Eux sont des précaires par contre, le plus souvent mal logés. Où est donc leur place dans les diverses commissions mises en place au sein de « Nuit debout » ? Curieusement (sic) on ne le trouve nulle part. Ce n'est pas très étonnant me dira-t-on....

    Lire la suite