Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

homophobie

  • Des chrétiens forcément homophobes

    Imprimer Pin it!

    politique, société, chrétiens, catholiques, islam, homophobie, amaury watremezDés qu'un taré fanatique se réclamant de Daech commet un massacre au nom des valeurs de l'Islam, il se trouvera toujours un commentateur ou un éditorialiste distingué pour comparer avec l'homophobie chrétienne et assimiler tous les chrétiens, surtout les catholiques, aux affidés « rednecks » de Trump, majoritairement protestants, ou aux traditionalistes délirants de Civitas, parfois c'est juste l'envie de choquer le bourgeois, ce que je peux certes comprendre. Pire encore, si un chrétien dit sincèrement toute son horreur du massacre d'Orlando il sera alors soupçonné de double langage, d'intentions suspectes. C'est quand même un peu facile.

     

    Et puis il faut bien dire qu'avec les catholiques on risque quand même moins la rafale de « kalachnikov » (TM°) en pleine tête...

     

    Ainsi que de nombreux chrétiens j'en ai ras le bol de cette assimilation réductrice et caricaturale dés que l'on souhaite ne serait-ce qu'un petit peu parler de l'homophobie bien présente pourtant en Islam. Je songe quand même à tous ces gosses qui se font violenter, brutaliser, maltraiter dans l'indifférence et la lâcheté dés que ne serait-ce que suspects de mœurs ne convenant pas à tel ou tel imam. Ce ne sont pas des cas isolés d'imam gay, de musulmans fiers d'être homos, des exceptions confirmant la règle parmi les musulmans qui changeront la réalité de ces faits concrets. Et l'hypothèse de l'homosexualité de l'assassin d'Orlando tout comme celle de Salah Abdelslam n'y changent rien.

     

    Au contraire, cela confirmerait ce que j'affirme...

    Lire la suite

  • L'homophobie quotidienne ...de gauche !

    Imprimer Pin it!

    politique,société,sexualité,homosexualité,homophobie,amaury watremezDans les médias, il est souvent question avec des mines graves et compassées d'homophobie, surtout celle supposée des catholiques ou des électeurs de droite, forcément tous réactionnaires et moralisateurs. Cette homophobie « médiatiquement correcte » concerne seulement les homosexuel/les des milieux protégés, les relations et bons copains des CSP++ urbaines sur-représentées dans les médias et les allées du pouvoir. Les lois sociétales, y compris celle passée en douce après les attentats sur la facilitation de l'avortement, sont d'ailleurs toujours édictées pour ces privilégiés.

    Lire la suite

  • Ce qu'il peut y avoir derrière des propos "hétérophobes"

    Imprimer Pin it!

    En débat sur Agoravox

    « Avec le Pacs, j'ai milité avec des gays, et il m'arrive de me dire : Tiens, il est mignon. Un hétéro, ce n'est pas possible, à cause de ce qu'il a dans la tête. »

    Caroline Fourest, citée in "Libération", 24 juin 2000.

    homophobie, hétérophobie, politique, société, mariage, christianismeCeci est une déclaration faite par une personne luttant ardemment pour la reconnaissance des droits de minorités selon leurs préférences sexuelles et la fin de la ségrégation qui, selon elles, existe envers ces communautés. Il est donc assez étrange et paradoxal de noter qu'elle fasse elle-même une distinction entre les personnes selon leur orientation morale individuelle.

    On se demande d'ailleurs ce que les hétéros ont dans la tête :

    Sont-ils à ses yeux moins sains que les homosexuels ?

    Suggère-t-elle que tous les hétérosexuels ont une sexualité déviante et une appétence au viol ou aux perversions ?

    Mystère.

    Moi qui ne suis pas du genre à faire preuve de mauvais esprit, je ne me risquerai certainement pas à en tirer des conclusions hâtives.

    Ce n'est pas la seule femme homosexuelle semblant avoir cette bizarre conception des hétérosexuels.

    Dans les conférences sur la « théorie du Gender », il n'est pas rare d'entendre des propos tout aussi problématiques réduisant les hommes à des simili-primates à peine capables de maîtriser leur libido et leurs pulsions violentes, et exaltant la douceur et l'absence de passions extrêmes ou passions tristes féminines.

    Les mâles « de service » généralement présents dans ces moments là sont alors foudroyés du regard par ces dames et se doivent de baisser les yeux avec remords.

    Curieusement, ces propos n'ont soulevé aucune indignation de la part des « rebellocrates » et « indignophiles » habituels alors qu'ils posent problème en soi.

    Imaginons qu'un hétérosexuel ait eu les mêmes propos à l'inverse dans le camp en face de celui de Caroline Fourest pendant la manifestation contre le « mariage pour tous » le 17 Novembre, manifestation qui concernait aussi bien des catholiques, que des juifs ou des musulmans, et aussi des homosexuels contre le mariage « gay », ceux-ci suspectés d'être comme les autres des suppôts des « ordres noirs », voire carrément nazifiants, on n'a aucune peine à envisager le tollé que cela aurait soulevé, et les accusations d'homophobie, de régression et de retour aux bonnes vieilles « z-heures les plus sombres de notre histoire » (TM°) invoquées par les belles consciences dés qu'il s'agit d'interdire tout débat.

    Ce qu'elles ont fait d'ailleurs, ne serait-ce qu'au sujet des catholiques défilant en ordre dispersé, ceux-ci n'ayant pas compris que « tradis », « progressistes », « sociaux », « réacs », « pas réacs », ils sont de toutes manières mis dans le même sac par les partisans du « mariage pour tous » qui ne feront pas dans la nuance quant à leur refus de toute contradiction, même raisonnable, de toute réflexion sur un sujet qui concerne l'ensemble de la communauté nationale et non pas seulement les 2 ou 3 % d'homosexuels susceptibles de se marier.

    Ce refus du débat, ces propos étranges sur la sexualité hétérosexuel, ne signifient qu'une chose.

    Il ne s'agit pas vraiment de faciliter le droit à l'union de deux personnes homosexuelles pour les aider dans leurs démarches administratives, ou des démarches d'adoption qui sont toutes aussi dures pour des couples hétérosexuels, toutes choses qui ne sont que des prétextes en fin de compte pour des personnes qui militent en fait pour une transformation radicale du modèle traditionnel de la société.

    Il s'agit réellement et concrètement d'une remise en cause fondamentale de la famille comme noyau originel de nos civilisations. Ce n'est pas pour rien que les militants pour le « mariage pour tous » insistent bien lourdement sur les cas de maltraitance dans les couples hétérosexuels et les cas d'homosexuels « obligés » de se marier il y a une cinquantaine d'années pour complaire au modèle traditionnel.

    Serait-ce qu'il n'y a pas de maltraitance dans les couples homosexuels ?

    Serait-ce que les homosexuels seraient extérieurs à l'espèce humaine ?

    Un groupe différent exempt des travers communs au reste de leurs congénères « homo sapiens » ?

    Ce qui relève au fond et paradoxalement d'une conception homophobe de leur orientation sexuelle. Certains défenseurs du « mariage pour tous », comme j'ai pu le voir sur certains forums font preuve de la même homophobie inconsciente en demandant les « mêmes droits que les couples normaux » pour les couples « gays ».

    Je précise bien que je ne nie pas une seconde les violences subies par les femmes et les jeunes filles, bien au contraire, celles-ci devant « vivre avec » des années durant bien souvent sans que les salopards leur ayant fait subir des souffrances insignes soient inquiétés.

    Les militantes du « Gender », les militants pour le « mariage pour tous » prétendant les défendre, mais ne font que procéder comme d'autres à l'instrumentalisation de ces victimes pour lesquelles ils n'ont pas toujours de compassion véritable et sincère, et leurs motivations desservent plus qu'autre chose la cause de ces femmes en souffrance.

    Photo empruntée ici