Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

grotesque

  • Houria Bouteldja de plus en plus de moins en moins

    Imprimer Pin it!

    À propos de « Les Blancs, les Juifs et nous : Vers une politique de l'amour révolutionnaire » aux éditions la Fabrique

     

    politique, houria bouteldja, société, colonies, racisme, idiotie, grotesque, amaury watremezHouria Bouteldja est un personnage grotesque participant du « Barnum consumériste » (TM°). Celui-ci est en droite ligne issu du masochisme mémoriel français sévissant depuis de nombreuses décennies à droite aussi bien qu'à gauche. N'importe quelle communauté, groupe ethnique ou religieux, a réclamé reconnaissance et repentance aux salauds de français pour des horreurs supposées commises tout au long de notre Histoire, du moin celle qui est enseignée.

     

    Elle ressemble à ces « rastas blancs » qui braillent « No Woman No craille » dans la plupart des métropoles méridionales, persuadés que leurs tresses pseudo-africaines et leur coiffure font d'eux des rebelles instantanés. Elle a son emploi de comédie à la télévision, elle y est la « mauvaise » sauvage, celle qui met en valeur les autres humanistes progressistes de progrès invités avec elle. Houria déteste, hait littéralement, elle ne s'en cache les personnes partageant sa propre couleur de peau et leur culture.

     

    Selon cette loi du talion un rien étrange évoquée plus haut, les français doivent donc payer encore et encore le comportement sans cesse montré comme atroce de leurs ancêtres, sans cesse dénigré, sans cesse remis en cause. Les français, comme la plupart des occidentaux, sont tous de toutes façons montrés comme des génocidaires en puissance....

    Lire la suite

  • Mel Brooks - Hitler rap

    Imprimer Pin it!

    juste-pour-deconner.jpgA mon avis, "Maus", certes remarquable ouvrage d'Art Spielgemann ne peut que convaincre des convaincus, "The producers" de Mel Brooks, ou "To be or not to be" (remake du film de Lubitsch avec Carol Lombard), dont cette chanson est extraite, ou alors le très bon "Hitler"=SS" de Vuillemin et Gourio, ridiculisent définitivement le nazisme, le montrant tel qu'il est : grotesque et sanguinaire. En ex-URSS, de nombreux peintres et artistes détournaient des images officielles pour montrer Staline en tutu, ou bien le ridiculisant d'une manière ou d'une autre, le montrant là aussi tel qu'il était, un dictateur grotesque et sanguinaire. D'autres font de même en Chine avec Mao.

    La chanson "Hitler rap" peut sembler de très mauvais goût, ça l'est mais c'est très drôle. Et c'est en ridiculisant leurs imageries que l'on empêche le retour de pareilles saloperies...