Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

droit

  • Mythes éculés

    Imprimer Pin it!

    300px-Prise_de_la_Bastille-eb6eb.jpg"Vous n'allez tout de même pas remettre en cause les acquis démocratiques de la Révolution ?" puis-je lire d'un commentateur courroucé dans le fil d'un article sur un site politique. Il exprimait cela après avoir lu un affreux réactionnaire sans doute remettre en question le bien-fondé des différentes lois sociétales édictées dans notre beau pays depuis la loi Veil. Ces lois sont comme les pierres levées de Stonehenge, intouchables, immobiles pour l'éternité, juste attaquées par la lente érosion des siècles...

     

    Vous n'allez tout de même pas faire une chose pareille ? semble-t-il (ou elle) dire  comme si son interlocuteur allait montrer son sexe à tous les passants ou faire quelque chose d'encore plus choquant. C'est pourtant un des mythes éculés sur lequel se fonde notre mythologie dite républicaine. On ne peut absolument pas remettre en question ce mythe voire le nuancer même du bout des lèvres sans prendre le risque de se faire aussitôt traiter de réac nostalgique de l'ordre moral, des fameuses heures les plus sombres, j'en passe et des meilleures.

     

    Même à droite de la droite on n'ose pas trop le dire non plus même si on le pense par ailleurs alors que pourtant des historiens pour certains marxisants comme Braudel remettaient en doute la nécessité absolue d'une révolution en France, rappelant que celle-ci avait fait perdre cinquante ans au pays quant à son développement et sa modernisation.

    Lire la suite