Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

diversité toussa

  • La méthode Coué contre la Bête Immonde

    Imprimer Pin it!

    livre+methode+coue.jpgLa « bête immonde » du totalitarisme, de l'arbitraire et de la haine n'est pas morte, elle ne le sera jamais tout à fait, ne l'est pas en 2013, elle peut même se cacher sous des dehors doucereux, car au fond l'hyper-consumérisme et l'instinct grégaire des masses qu'il implique entraîne un totalitarisme qui si il est « light », « soft », n'en reste pas moins dangereux. L'individualisation de la vie politique que d'aucuns ont cru percevoir sur Internet mène surtout à la simplification extrême du débat politique, réduit à des slogans simplistes, et parfois à sa radicalisation de plus en plus violente, l'ennemi étant celui ou celle qui ose émettre la moindre contradiction de ses propres certitudes.

     

    Contre ce retour possible de la « bête immonde » il est vrai déjà bien implanté dans les têtes, les membres des « communautés » et « tribus » ne supportant déjà que leurs propres références, contre la haine qui a trouvé sur le Net de nouveau terrains de jeux décomplexés et ce dans toutes les directions, les belles consciences opposent surtout la méthode « Coué », on ne sait jamais parfois ça fonctionne me diras-tu ami lecteur. Un cancéreux qui se répète quarante fois par jour que non il n'aura pas de métastases, il est certain que ça donne des résultats, ou un sidéen au stade final.

     

    Elles répètent sur tous les tons les mêmes refrains, ces belles consciences, mettent en balance quant aux attaques contre la laïcité les catholiques, qui représentent 2% (pour les pratiquants réguliers de la population française), et les musulmans, beaucoup plus nombreux, et pour les radicaux parmi eux beaucoup plus conquérants (rappelons quand même que l'interdiction de la viande de porc est un fait acquis dans quasiment toutes les cantines françaises publiques), ou les juifs, dont les prescriptions alimentaires et autres ne sont jamais discutées ou remises en cause, la moindre esquisse d'un début embryonnaire de réflexion sur le sujet amenant l'accusation automatique d'antisémitisme.

     

    roms.jpegTout le monde a pu constater qu'en Grèce, ce genre de méthode Coué ne donne aucun fruit, le parti néo-nazi ne cessant de grimper dans les sondages. Pour une bonne raison, rien n'est fait pour lutter réellement contre la précarisation de la société grecque, tout comme dans les autres pays d'Europe rien n'est fait contre les méfaits de la mondialisation et du darwinisme social abject qu'elle entraîne  Dans leur cynisme de pantins opportunistes et tout à fait conscients des conséquences de leur politique les dirigeants français, et leur opposition interchangeable, donnent aux gens un os à ronger, un bouc-émissaire commode, en l’occurrence les roms. Cela ne veut certainement pas dire qu'ils sont angéliques, cela ne signifie pas non plus qu'ils ne commettent jamais de vols ou d'incivilités.

     

    Le fait qu'ils constituent une cible facile, y compris à gauche, celle qui pense, même madame Cresson s'y met en demandant l'expulsion des roms de son village, est aussi qu'ils ne sont soutenus par aucun lobby communautaire, ne font pas de prosélytisme religieux agressif et ne réclament pas pour eux une partie du pouvoir. Madame Cresson est comme la plupart des belles consciences, la diversité, toussa, c'est bel et beau mais pas en bas de chez elle. Là, il est moins question d'humanisme et de mixité sociale.

     

    Je rappelle en passant qu'une des premières personnes à avoir alerté sur cette population était un affreux gauchiste du nom de Joseph Ratzinger, plus connu sous son nom de guerre de Benoît XVI.

     

     

    C'était il y a tout juste deux ans. Il en avait d'ailleurs profité pour rappeler l'extermination que ce peuple a subi également pendant la Seconde Guerre Mondiale et dont personne ne parle quasiment jamais. Il avait évoqué à ce propos la nécessité de scolarisation des enfants roms et l'aide à leur apporter pour les sortir de la misère. Rappelons ici que la politique éducative réelle de l'actuel gouvernement dans notre beau pays obéit surtout à une logique budgétaire et administrative, et se fiche complètement d'éduquer finalement et ce malgré les discours ronflants qui ne mangent pas de pain.


    image du haut prise ici

    image du bas prise là