Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dérision toussa

  • Le dernier admirateur de François Hollande a été hospitalisé

    Imprimer Pin it!

     Jean-Luc A. habite dans un petit pavillon des bords de Seine à Vernon dans l'Eure non loin de l'usine d'engrais qui donne au paysage un aspect champêtre. Et ainsi qu'il le dit lui-même avec fierté, il est le dernier admirateur de François Hollande et le seul électeur qui a voté pour lui en 2012 se souvenir de l'avoir fait.

    politique, société, dérision toussa, humour

     

    Ainsi que nous l'avons appris avec tristesse, Jean-Luc A. a été hospitalisé hier soir dans le même service que Valérie Trierweiler pour une cure de sommeil suite à une crise de nerfs qui a nécessité hier l'intervention des pompiers. En effet, il frappait à toutes les portes de son quartier résidentiel en hurlant :

     

    « Laissez le président tranquille ! »

     

    Jean-Luc sentait sa santé décliner depuis quelques temps, l'affaire Gayet a été le déclencheur de grandes douleurs dans son côté gauche. Nous l'avions rencontré peu avant la conférence de presse du président de la République du mardi 14 Janvier dans le riant bourg de Vernon :

     

    - J'ai deux passions dans la vie, avoue-t-il, je collectionne les bouchons de bouteilles de lait de tout style et de toute époque, et j'ai tout sur François Hollande ; affiches, photos, carnets, cheveux égarés, anciennes lunettes...

     

    Jean-Luc nous montre obligeamment ses deux collections avec fierté, il possède en effet 67201 bouchons de bouteilles de lait (j'ai acquis le dernier sur « E-bay » hier nous dit-il). Il nous montre ensuite les quatre pièces à peine assez grandes pour contenir toutes les pièces uniques d'objets en lien avec François Hollande. Il nous désigne fièrement un paquet de biscuits au chocolat à peine entamé sous une cloche de verre, nous expliquant combien il avait été difficile de négocier son prix avec Robert G., jovial sans-abri habitant sous une porte cochère non loin du palais présidentiel :

     

    - C'est maintenant un ami, nous explique Robert, il ramasse les épluchures de patates des purées que la compagne de François Hollande lui cuisine amoureusement depuis maintenant près de deux ans.

     

    Il sourit en évoquant Robert, et nous montre une photo. Il nous avoue qu'un tendre sentiment est né entre eux, de par leur passion commune. C'est alors que nous l'avions quitté. Nous sommes très tristes pour lui, selon les médecins, il ne passera pas la nuit, son pronostic vital étant fortement mis en question.

     

    de notre correspondant Christian Voila-Magloire

     

    image empruntée au site de le point.fr