Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dédiabolisation

  • Le diable dans les détails

    Imprimer Pin it!

    politique, société, FN, le pen, dédiabolisation, bourgeois pédagogues, amaury watremezLa fameuse stratégie de dédiabolisation de Marine le Pen et son équipe du Front National n'est pas en soi une bonne idée. Il n'est pas dit que la fille de l'ancien plus jeune député poujadiste de France soit au Deuxième tour des présidentielles. Elle oublie une chose importante. Quoi qu'ils fassent, quoi qu'ils disent les électeurs et les dirigeants, militants et permanents frontistes sont de toutes façons et dans les siècles des siècles infréquentables, inadmissibles aux yeux des bourgeois pédagogues et ce quelles que soient les nuances qu'ils apportent au jugements le plus souvent très péremptoires portés sur la famille le Pen et ses supporters.

     

    Ce que l'électeur vient chercher chez le Pen ce n'est pas du tout un discours allégé ou moins diabolique aux yeux des arbitres des élégances politiques. C'est même tout l'inverse. Il sait que cela fera horreur aux bourgeois pédagogues. Il veut entendre quelque chose ressemblant à ce qu'il pense, évoquant ce qu'il subit quotidiennement. Même si c'est selon des buts cyniques...

     

    Le bruit médiatique que les « marinistes » ont cru bon de faire au sujet du film « Chez nous » dans le sillage de cette dédiabolisation est d'ailleurs une autre grossière erreur. C'est n'avoir rien compris à ce qui est pourtant une évidence, le FN n'est pas un mouvement politique admissible pour le « pays légal ». Que l'on fasse des risettes aux écologistes, aux féministes, aux gaullistes. Je n'ai pas vu le film mais « Chez nous » me semble montrer un point de vue nuancé et intelligent, complexe, de l'intérieur. Bien entendu, il est par essence partisan même si la leçon de morale assénée l'est sans doute avec talent et douceur. Quelle que soit la manière dont une moralisation est menée, cela demeure une moralisation.

    Lire la suite

  • Le FN et le plafond de verre

    Imprimer Pin it!

    politique, FN, dédiabolisation, Marine le pen, Sophie montel, florian philippot, amaury watremezDepuis l'irruption du Front National dans la vie politique française lors des « européennes » de 79, les élites, politiques ou journalistiques, qu'elles soient ou non dans la caricature réduisant le parti de le Pen à un parti fasciste, ne comprennent strictement rien à ce vote. On le relie au vote pour les Ligues radicales dans les années 30. On évoque rituellement le risque de retour des heures les plus sombres de notre histoire. On parle de populisme, de démagogie. Et cette expression démocratique est ramené à un simple vote protestataire, mais comment se fait-il que ce vote protestataire, donc conjoncturel, s'installe durablement depuis plusieurs décennies ?

     

    Parmi les élites on répond à cela en s'accusant mutuellement de complaisance bien entendu coupable envers ce parti sans réfléchir plus avant aux raisons profondes de l'appétence des électeurs pour ses candidats.

     

    La raison principale est le mépris absolument catastrophique, conscient ou pas, de la classe politique et des médias envers cette « France périphérique » décrite par Christophe Guilluy dans un de ses ouvrages absolument indispensable. Cette France est celle des familles où l'on est trop « riche » pour percevoir les allocations d'aide à l'emploi ou au logement et trop « pauvre » pour pouvoir s'en passer afin de vivre décemment. C'est entre autres le pays de la ruralité délaissée, bien loin des clichés écolos ou de ceux propagés par les adeptes du développement durable, celle des employés et des salariés relégués en banlieue pour se loger, les centres des villes devenant trop chers pour eux...

    Lire la suite