Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

crèches

  • Tant qu'à défendre la laïcité soyons cohérents...

    Imprimer Pin it!

    Interdire les crèches, défendre la laïcité ?

    Image empruntée à ce blog

    creche-bethleem.jpgLes défenseurs de la laïcité, qui est plutôt en France un rejet de la religion catholique avant tout, m'amusent, ils chôment le dimanche, le 25 décembre et tiennent aussi bien à leur Lundi de Pentecôte qu'au jeudi de l'Ascension. Ils se baladent dans la campagne à la Toussaint et vont se baigner le 15 Août, et pourtant ce ne sont que des fêtes chrétiennes, catholiques. S'ils étaient cohérents, jusqu'au bout, ils demanderaient donc la fin de ces scandaleuses vacances accordées aux croyants catholiques, autant de coups de canif dans le contrat « républicain », scandaleux compromis contre la République. Mais fort curieusement, ceux-ci sont alors considérés par eux comme des z-acquis sociaux...

     

    Bizarre ?

     

    Tu me diras ami lecteur, je trouve cela finalement très bien que Mélenchon défende l'interdiction du travail et de l'ouverture des magasins le dimanche, toutes choses que les français trouvent très bien tant qu'ils ne sont pas concernés et qu'ils peuvent aller errer le nez en l'air, consuméristes hébétés, dans les rayons du Auchan (TM°) ou du Carroufe local (TM°), rêvant à ce qu'ils peuvent encore – un petit peu- consommer.

     

    Deux « libres penseurs » demandent l'interdiction d'une crèche municipale, traditionnelle pourtant dans leur bled, obtenant le retrait de celle-ci. J'ai cherché sur Internet le même zèle de leur part concernant les menus séparés selon les prescriptions religieuses musulmanes dans toutes les cantines scolaires, sans parler des pauses systématiquement accordées pour la rupture de jeûne lors du Ramadan, fêté par la Mairie de Paris avec l'argent public, ou le « shabbat » qui est devenu de fait un jour chômé officiel dans le quartier du Sentier à Paris sans que nul ne s'en émeuve et comme la fameuse sœur Anne je ne vois rien venir : aucune indignation vertueuse ou quoi que ce soit d'autres. La laïcité ce serait donc seulement contre le catholicisme ?

     

    Ce que je trouve navrant est que ces soit disant adeptes de la Libre Pensée judiciarisent l'exposé de leur point de vue comme cela semble devenir la coutume des associations communautaristes et, ou se réclamant de telle ou telle grande cause comme le CRAN faisant retirer de la vente « Tintin au Congo » après une décision de tribunal...

     

    Ce n'est pas une grosse surprise certes, « l'infâme » c'est l’Église et cela a toujours été l’Église...

     

    La plupart des défenseurs z-acharnés de la laïcité sont des bourgeois pédagogues qui sont investis de la mission de guides du peuple, qui n'en demande pas autant. Ils prêchent la tolérance, et tout le saint frusquin, mais décident sans rire que les catholiques regimbant à ce que l'on nie les apports de leur foi à la culture collective sont des nostalgiques même pas de Vichy et des z-heures les plus sombres de notre histoire mais de l'Ancien Régime, enfin plutôt de la vision qu'ils ont de l'Ancien Régime, complètement fausse historiquement, des suppôts des dévots et des jésuites qui regrettent surtout la dissolution des valeurs françaises, le déni de l'histoire de ce pays et de ce qui l'a construit.

     

    Ces pseudo champions du laïcardisme sont également des ignares qui semblent ne pas comprendre que le catholicisme est une religion sécularisée, ce que n'est pas l'Islam religions de recommandations qui ont force juridique et légale, les « hadiths » ni le judaïsme sans oublier le bouddhisme qui lorsqu'il était religion d'état au Tibet impliquait régulièrement des massacres de chrétiens.

     

    Il est vrai que Jean-Claude Brighelli a parfaitement raison d'ailleurs dans son article du « Point » sur la question, ce que veulent ces défenseurs hypocrites de la laïcité, ce n'est pas celle-ci mais que soit acceptée une société multicul basée sur l'acceptation d'un plus petit commun dénominateur qui est en somme, « chacun dans sa communauté et les vaches seront bien gardées ».

     

    C'est aussi, tout cela, de la responsabilité des catholiques, qui font preuve d'une patience mal venue, qui jouent souvent les « cathos de service » par peur d'être largués par le reste de la société, qui préfèrent le conformisme à la Vérité un peu trop souvent...