Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

couple

  • Histoires de couple

    Imprimer Pin it!

    couple, sexe, société, littérature, femmes, hommes, amaury watremezAussi sur Agoravox

     

    Il est toujours délicat pour un célibataire de parler de couple. Beaucoup plus que pour une célibataire, surtout si celle-ci est séduisante. De nombreux hommes se sentiront obligés de la « rassurer » non sans arrière-pensées. On le soupçonnera lui le vieux garçon de jalousie, d'aigreur et d'amertume s'il exprime quoi que ce soit de caustique sur la question.

     

    Ce qui bien sûr ne m'arrêtera pas.

     

    Il est des auteurs comme Jacques Chardonne qui en plus en ont beaucoup mieux parlé que moi. Le couple est une idée neuve en France, enfin un couple bâti sur une relation amoureuse. Auparavant, on se mariait par intérêt de famille, par devoir, et c'était souvent les parents qui choisissaient. Les futurs mari et femme n'en discutaient même pas. Quand ces arrangements étaient faits avec bon sens, que les futurs époux se connaissaient, se fréquentaient déjà cela donnait des couples solides.

     

    Parfois, lors du « devoir conjugal » la femme fermait les yeux et pensait à la France.

    Lire la suite

  • Le jeune couple et le petit gros

    Imprimer Pin it!

    1the-kooples-collection-automne-hiber-2010-1.jpegQuand je me déplace en ville, je prends souvent mon vélo, j'adore ça. Et je l'avoue j'ai tendance à le conduire un peu comme j'écris ces petits billets de blog bien innocents. Je monte sur les trottoirs sans me poser de questions et lorsque des bobos ruraux ou non me barrent le passage (étonnant leur faculté à marcher en rangs, ce doit être l'habitude du troupeau?) je joue joyeusement de la sonnette. Il m'arrive aussi de terroriser les vieilles dames promenant Médor à moins que ce ne soit Kiki le nez en l'air (leur maîtresse, pas le clébard me dois-je de préciser, le clebs aurait plus la patte en l'air). Je sais, je devrais avoir mauvaise conscience mais en fait, je n'ai aucun scrupules.

     

    J'aime le vélo aussi parce que l'on peut s'arrêter lorsque l'on croise des personnes que l'on connaît voire boire parfois avec les plus sympathiques un petit cassis à la terrasse d'un café ombragé.

     

    Ce jour là, allant faire une course ou deux je croise un jeune couple fort sympathique dans la rue. Je les hèle, je fais de grands signes de la main en adoptant un visage qu'encore aujourd'hui j'estime jovial, mais rien, ils n'ont pas l'air de me remarquer, pire encore ils m'ignorent délibérément. Cela ne me dérange pas plus que ça, tout en me décevant un peu....

    Lire la suite