Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

coup de gueule

  • Feuilleton des contractuels - coup de gueule personnel

    Imprimer Pin it!

    politique, coup de gueule, ras le bol, société, hypocrisieToutes ces histoires tellement mesquines vécues depuis dix jours me fatiguent vraiment, car au fond le problème se résume au fait qu'un-e collègue titulaire ne veut pas bosser avec moi pour diverses raisons qui le-la regardent mais qui sont tous sauf professionnelles. Et puis la personne étant en charge de la mission locale pour les question du "Genre", elle me fit savoir qu'elle n'avait pas apprécié ma participation à LMPT.


    Car la plupart du temps, je ne suis pas le seul, ce n'est que ce genre de mesquineries qui sous-tend les attitudes et même ensuite les prises de décisions.



    Comment des personnes ayant en charge une partie du moins de l'éducation des jeunes peuvent-ils être pour certains, pas tous, aussi étriqués, aussi étroits d'esprit, aussi commères ?

    Comment des adultes normalement majeurs, et vaccinés, peuvent-ils être aussi commères, aussi enclins au ragot, à la malveillance et j'en passe ?

    Comment peuvent-ils oublier que cela se fait au détriment des gosses ? Pourtant attation, tout ce beau monde est progressiste, sociétalement ouvert (quoi que je me demande souvent ce que seraient leurs réactions si leurs enfants avouaient être homos et vouloir se marier...etc)

    Ce n'est plus de la lassitude que j'éprouve mais un ras le bol général et l'envie de jeter le bébé avec "l'eau du bain", tentation qui m'effleure de plus en plus souvent mais à laquelle pour l'instant je refuse de céder, pour ne pas leur offrir moi-même ma tête sur un plateau...

    Ce qui m'est reproché également est de ne pas me soucier du tout des théories pédagogistes toutes plus foireuses les unes que les autres, et surtout de lire autre chose, de voir des films en dehors, d'essayer d'avoir une vie intérieure en dehors de l'école. Pour cela, on me considère plus ou moins comme un dilletante, une sorte de "j'en foutiste".