Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

copenhague

  • « Avatar » - Blockbuster misanthrope

    Imprimer Pin it!

    arton1335-3a58a.jpgJe sors de voir le dernier film de James Cameron, que j'ai vu en 3D, et qui excepté le « happy end » sirupeux et peur crédible est un excellent film. Dans cette bande, ce sont les êtres humains les ennemis, à part deux ou trois personnes, qui viennent d'une version post-Copenhague de notre planète (mais si vous savez, cet échec total, ce Münich de l'écologie, dont personne n'a compris les conséquences : « Il n'y a pas de réchauffement de la planète, il neige » dira le troupeau sans cervelle). La terre est dévastée, cela n'empêchera pas les pitoyables primates qui la foulent d'aller chercher même à cinq années lumières d'autres endroits à piller, comme dans le film, ceci afin de combler leur avidité. L'histoire a un point de vue très sombre sur l'âme humaine, montrée comme motivée par la haine et seulement par la haine, quand elle se laisse aller à oublier son humanité. Les êtres humains du film ont des machines dont ils dépendent à faire fonctionner, ils ne sauraient s'en passer, ils n'y pensent même pas, c'est la forme ultime de la marchandisation de tout ce qui nous entoure, sans tenir compte des des personnes coupées de la nature et de leurs congénères, désespérément seuls.

    Le « héros » d'« Avatar », Jake Scully, est un inadapté dans les deux mondes, un paria car souffrant dans sa chair, et qui a perdu toute possibilité d'être performant aux yeux de la société, ce qui est inacceptable déjà de nos jours où il faut absolument se montrer impitoyable. Ce film montre aussi que ce qui arrive dans le monde est dû surtout, et principalement, à la soif de biens, de matières premières et de pouvoir, des plus riches et des plus favorisés, prêts à un génocide, à en laisser commettre un, à le camoufler en défense de la civilisation pour ne pas perdre une miette de leurs privilèges. Personne n'écoutera l'avertissement du film, les êtres humains se fichant complètement de marcher à la catastrophe, mais s'y précipitant d'un bon pas, comme des lemmings. Alors, oui, il y a des clichés (et alors ? Depuis l'« Illiade et l'Odyssée » on raconte toujours les mêmes histoires), oui, c'est aussi un putain de blockbuster à pop-corn, mais c'est un film à voir pour se tenir éveillé (je veux parler de la conscience que tout le monde porte en soi).