Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

contis

  • Xavier Mathieu caution popu des plateaux télés

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox 

    Chez Taddéï mardi soir, il y avait Xavier Mathieu (qui a des faux airs de Pasolini qui a tourné "l'Évangile selon saint Mathieu", comme quoi tout est lié), il était invité en même temps que Zemmour, Denis Tillinac ou Nicolas Bedos, et Thierry Lévy ainsi que deux ou trois autres invités, habitués de ce platean une comédienne libanaise dite « laïque » qui a parlé du Coran, un éditorialiste politiquement incorrect, tellement incorrect que c'en est pas possible, économiste du PS qui s'est révélé social-libéral, une fanatique du libéralisme, disciple visiblement de Nicolas Baverez...

     ...Bref rien que des gens passionnants.

    image prise ici

    Xavier-MATHIEU.jpgCurieusement, sur l'économie, sur les conséquences de la mondialisation, Xavier Mathieu est au fond d'accord avec Zemmour, ce que je trouvais assez ironique, il en est conscient car comme il le dit lui-même, « ça l'emmerde d'être d'accord avec Zemmour », le leader syndical à « grande gueule » des « Contis » habitué des plateaux télés depuis quelques temps où il assure le quota populaire voire prolo.

     Je l'aime bien au moins pour deux choses, s'être payé en direct Alain Minc, l'éminence grise du prince.

     Quand on pense « éminence » dans son cas, on ne songe pas au Cardinal de Richelien ou à des politiques historiques grandioses, mais plutôt à une marque de lingerie masculine dont l'élastique avait tendance à se relâcher assez vite, comme la moralité des « marchés » économiques,

     Et Mathieu a aussi croisé le fer avec Nicolas Baverez, ne manque plus alors qu'à cela pour obtenir la « sainte » trinité du libéralisme actuel que Jacques Attali qui est l'alibi de gauche des « penseurs qui pensent » de notre temps qui se révéla pendant cette passe d'armes plus proche de Baverez que de Xavier Mathieu dont il se fiche absolument.

     Avec Baverez et Minc, au moins on sait où on va, il n'y a pas d'ambiguïté, mais au fond ils ne savent pas tellement où va le monde, Attali fait un peu plus froid dans le dos car lui sait ce que les « maîtres du monde » nous réservent pour demain ou après-demain.

     La gauche a toujours aimé les « bons sauvages » dans le genre de Xavier Mathieu comme la droite aime les « ouvriers exemplaires » (qui ne mouftent pas), le pauvre de service qui est la caution morale que l'on se crée soi-même, la caution populaire qui montre combien l'on est concerné par la précarité, la preuve on l'invite.

     Par contre, le bon sauvage, le pauvre de service, il ne faut pas qu'il ouvre la bouche

     Xavier Mathieu était assez marrant à observer mardi soir, ou du moins les autres invités autour qui visiblement n'ont pas l'habitude de côtoyer des gens du peuple, des « vraigens », à commencer par les esprits libres de gôche qui étaient là ce soir, dont Nicolas Bedos qui avait la tête, quand Mathieu parlait, du fils de famille bien élevé qui n'ose pas ouvrir la bouche devant le petit voyou qui est en train de lui piquer ses baskets « griffés » car il a peur de se faire taper dessus ou de salir ses habits.

     Tillinac jouait un peu la conversation de bistrot à qui parlerait le plus fort, mais on sent que ça fait trop longtemps qu'il ne fréquente plus de bistrots populaires, où l'on trouve autre chose que du cultureux de droite ou de gauche, ou du journaliste complice qui mange à tous les râteliers.

     Tillinac qui finit par lâcher en gros que les pauvres c'est rien que des jaloux et que c'est pour ça qu'ils approuvent la proposition de François Hollande de taxer les revenus de plus de 1 million d'Euros à 75%, proposition rappelons le qui est un leurre, car il y aura aussi une hausse d'impôts conséquente pour les classes « moyennes » qui le sont de moins en moins.

     Ne manquait au tableau que le militant de gauche, petit bourgeois, un peu dans le genre du personnage de Luchini dans « Uranus » d'après Marcel Aymé (auteur que l'on devrait relire un peu plus en cette période hypocrite), Jourdan, professeur d'histoire, qui joue la fraternisation avec le peuple tout en faisant preuve de condescendance à son égard, se croyant là pour éduquer et mener les brebis égarées vers la lumière du socialisme et du marxisme orthodoxe.

     C'était encore Zemmour qui était le plus à l'aise avec lui car finalement ils viennent du même milieu simple.

     L'embêtant est que Xavier Mathieu, au milieu de tous ces « messieurs dames » tellement importants, roulant des mécaniques, montrant aussi qu'au fond, ces grands esprits ne mènent que des conversations de comptoir de « café du commerce », croit encore dans les vieilles lunes défendues par des démagogues qui sont moins sincères que malins.

    Il n'a pas visiblement pas besoin des lumières des beaux esprits, il sait combattre tout seul sans qu'ils le guident, c'est là que serait la vraie libération...

    Ci-dessous Xavier Mathieu face à Nicolas Baverez et Attali, et face à Alain Minc


    Xavier Mathieu face à jacky attali et Nicolas... par tchels0o