Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

conneries

  • Feuque Starbeuque !

    Imprimer Pin it!

    Je sais, j'exagère, mais il fallait parler de ce sujet fondamental.

    chicago-fuckoff.jpgDepuis quelques temps, on voit se multiplier à Paris comme le mildiou sur les vignes les cafés « Starbeuque », à peine le temps de cligner des yeux qu'il y en a un qui sort du sol. Dans une ambiance fadasse et frelatée qui aux États Unis passe pour européenne, on y écoute du djazz izi listening, pas trop dissonant, on boit toutes sortes de cafés dont une bonne sœur ne voudrait pas, de la lavasse à peine colorée, un jus dont ma chaussette aurait honte. Quand les acteurs des séries ou des films amerloques boivent ça, on a presque l'impression que c'est bon. Dans les mains des adeptes grégaires de n'importe quelle nouveauté à la con, on voit de plus en plus de gobelets à cette enseigne, des trucs gélifiés pleins de bons colorants et de bons conservateurs, des machins glacés que l'on trouvait avant pour moins de trente centimes (des « mister freeze » quoi). Ils aiment ça selon l'idée que tout ce qui est nouveau est bel et bon et que de toutes façons on se doit de suivre le troupeau. Cela fait top-moderne et les filles ou les garçons qui vont là-dedans ont l'impression d'un coup d'être « un tout petit peu l'homme du XXème siècle » pour paraphraser Madame Mado, une copine. Ils se croient presque en couverture des magasines pipeaules à la mord-moi-le-noeud qu'ils lisent assidûment, même si quand tu les interroges ils prétendent tous se plonger dans Proust et ne regarder qu'Arte.Le Starbeuque café c'est aussi un non-lieu exportable, qui remplace progressivement, comme tous les autres non-lieux, tout ce qui pouvait avoir encore un reste d'identité dans une ville.

    Je suis aussi à la fois content que les vrais lieux, les endroits encore authentiques, ne soient pas si populaires n'aimant pas la foule, et triste car ce serait bien que la foule y aille, elle s'y perdrait moins.