Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

complotisme

  • La parole se libère ?

    Imprimer Pin it!

    giletsjaunesparole.jpgCe matin, un groupe de bourgeois pédagogues discutant entre eux, baissant la voix quand je me rapproche (on ne sait jamais je suis peut-être « l’un d’entre eux » -sic-) :

    « La parole se libère en ce moment » dit l’un d’eux d’un ton se voulant ironique. Les autres acquiescent, l’autre évoque les complotismes, ces gilets jaunes pour qui l’attentat de Strasbourg a été commandité par le pouvoir. Le peuple en colère ne peut être que raciste, fââchiiste, antisémite, j’en passe et des pires. Toute parole contredisant les dogmes idéologiques est complotiste à les entendre. « La parole se libère un peu trop » répond une autre, et tous d’éclater de gros rires satisfaits d’eux-mêmes.

     

    Avant il suffisait de traiter le contradicteur de nostalgique des heures les plus sombres , de rappeler Vichy, la Shoah, le Vel d’Hiv pour qu’il la boucle, dorénavant ça ne suffit plus...

     

    Aucun d’eux ne se dit que si les théories complotistes trouvent autant d’écho dans le peuple c’est justement parce que les gouvernants et les pseudo-élites sont complètement déconnectés des petites gens, des français dits périphériques délaissés depuis des décennies. Et parce que le peuple ne leur fait plus confiance du tout et que l’impôt et sa répartition, sa redistribution n’ont plus aucune légitimité à ses yeux.

     

    Je ne légitime moi-même aucun de ces complotismes mais je sais d’où ils viennent. On les trouve d’ailleurs dans tous les milieux, même d’ailleurs dans les favorisés. Certaines thèses farfelues sont réjouissantes pour la bonne bouche, telle la théorie de la Terre creuse...

     

    Ces bourgeois pédagogues qui craignent la libération de la parole des « classes dangereuses » ainsi qu’on les appelait avant, n’hésitent pas à vouloir la museler alors qu’ils ont la tolérance, l’accueil, et liberté d’expression à la bouche constamment mais quand on pense comme eux, le détail a son importance, et pas du tout pour les français dits de souche en fait. Et depuis deux jours ils instrumentalisent le drame de Strasbourg pour intimer aux « gilets jaunes’ l’ordre de ne pas manifester samedi. Ils jouent sur les violons, sur les larmes de crocodiles. Ce ne sont pas eux pourtant qui après le massacre de »Charlie« , après celui du »Bataclan« , disaient qu’il fallait que la »vie continue«  ? Que l’on »n’aurait pas leur haine" ? Qu’il fallait absolument retourner en terrasse ?

     

    Donc tout ça ça dépend des cas, c’est quand ils le décident que l’expression est légitime...

     

    Contre l’expression insupportable à leurs yeux des « gilets jaunes » de cette France populaire non multiculturelle qu’ils aimeraient effacer, ils n’ont que l’invective, que la calomnie, le mépris et le dédain. Tout est bon, des arrestations dites « préventives » au blocage routier par la gendarmerie et la police.

     

    Contre le terrorisme et l’islamisme ils sont par contre d’une étonnante tolérance, d’un effroyable laxisme. Aucune des mesures préconisées contre les gilets jaunes n’est alors retenue...

     

    Alors pourquoi continuer à retenir sa parole et accepter finalement leurs diktats ?

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

     

    illustration prise ici

  • L'ignorance et la sottise en marche

    Imprimer Pin it!

    Flat-Earth.jpegL'ignorance et la sottise vont souvent de pair, cela se vérifie souvent au cours de l'histoire. Je ne crois pas personnellement au merveilleux « bon sens » inné qu'aurait les personnes dites « simples » n'ayant rien appris, moins « pourries » que les savantes. Ce « merveilleux bon sens » mène le plus souvent à massacrer dans la population ceux ne ressemblant pas à tous les autres. Ce n'est qu'une manière de se rassurer de la part des ignares. Je ne pense pas non plus que tout savoir s'apprend à l'école. Ce désir d'apprendre part de la volonté de s'élever de la part de ceux en faisant preuve. Et parfois ils apprennent par eux-mêmes. Tous finissent par comprendre que cela demande un effort, du travail, que cela ne se fait pas en claquant des doigts.

     

    Pourtant, le savoir est remis en cause de multiples façons...

     

    D'aucuns parmi les scientifiques eux-mêmes, on ne sait trop pourquoi, comme André Pichot remettent en question l'histoire des sciences sur la base de paradigmes que l'on a un peu de mal à entrevoir (ou trop bien), (voir à ce lien)

     

    L'hyper-féminisme, la communautarisation des individus mènent à donner à la sottise et l'ignorance de plus en plus d'importance au nom de la lutte contre le racisme, les stéréotypes, et j'en passe (voir cette vidéo où la femme s'exprimant est une universitaire). Il faudrait remplacer cela par d'autres normes, évoquer la magie, la sorcellerie pourquoi pas ? Pour ne risquer de ne complexer, de ne blesser personne, dans l'idée du « il ne faut pas stigmatiser ». Le savoir serait stigmatisant pour des populations d'origine immigrée se sentant inférieures de ce fait.

    Lire la suite