Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

coffe

  • Dommages des hommages

    Imprimer Pin it!

    2403_coffe.gif

    Cette nécro est aussi sur Causeur

     

    Dans notre société où tout n'est plus que communicationnel, dés qu'un « pipeaule » casse sa pipe, ce qui leur arrive aussi et arrivera à la totalité de l'humaine espèce, tout le monde ou presque de sortir sa nécrologie ou son hommage toujours d'une mièvrerie appuyée, dégoulinante de bons sentiments marqués, et manquant singulièrement d'intelligence ou de nuances. Par le « miracle » de la technique et en particulier celui des « réseaux -dits- sociaux » n'importe quel pékin peut également déposer sa gerbe peu odoriférante au pied du piédestal en carton-pâte dressé par le grand Barnum médiatique.

     

    On a le droit à des dizaines de milliers de « Salut l'artiste » se voulant à la fois familiers et respectueux, et larmoyants, à des « RIP un grand meussieur » et autres « il nous manque » et autres formules toutes faites sorties de la méthode « Assimil » du festivisme ambiant.

     

    Aujourd'hui c'était le tour de Jean-Pierre Coffe dont la première intervention télévisuelle, dans « le Petit Rapporteur » de Jacques Martin, reste de loin la meilleure, car la plus vraie, la plus authentique. Il joua également dans quelques films des années 70 des crapules visqueuses avec une délectation évidente. Par la suite, de « la Grande Famille » de Delarue sur Canal Pelu dans les années 80 aux « Grosses Têtes » de Bouvard puis de Ruquier, les fausses colères de Coffe virèrent au procédé en somme de comédie. Ses fureurs entrèrent dans son « emploi » de scène.

     

    Coffe est bien vite devenu le Géronte faisant rire de la bouffe contre-balançant – un peu- l'hygiénisme à la noix d'une société de plus en plus repliée sur des petites certitudes rassurantes, une société de plus infantilisée par un « coaching » collectif lénifiant et au fond de plus en plus puritaine :

    Lire la suite