Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cité

  • Sarkozy et Momo le dealer

    Imprimer Pin it!

    Les inconscients qui lisent ce blog depuis longtemps savent que mon surnom depuis le collège est Momo ou Mau-Mau (soupirs) mais je n'ai rien à voir avec ce Momo-là...

    181130171_small.jpgEn réfléchissant sur l'élection plus ou moins gravement, je me suis souvenu de Momo, le dealer de la place Kennedy à la Madeleine à Evreux.

    Momo est un de mes anciens élèves de LP, un gros malin qui ne doute de rien, un traficoteur tranquille. Enfin, il l'était il y a deux ans, maintenant j'espère qu'il a compris l'intérêt de rester au lycée. Mais plutôt que de travailler, de poursuivre ses études, de faire dans l'intello ce qui équivaut à une honte sans nom dans son milieu, Momo faisait du « bizness ». Il m'aime bien, il m'a avoué en toute candeur son coupable trafic, car comme il me dit, « c'est pour sa famille » qu'il vend de l'herbe. Il m'a demandé plein d'explications un jour sur les circuits économiques de vente et de distribution, il m'avait dit qu'il était « un maillon-de-la-chaîne-de-production-de-biens-et-de-services ». Momo s'occupait de tout place Kennedy, on venait le voir pour beaucoup de choses, il prétendait résoudre tous les problèmes.

    Un binz quelconque ? Momo avait la solution. Une surprise dans le potage ? Itou. Sacré Momo, il zébulonnait un peu partout, il était toujours comme en ébullition, toujours en état d'excitation. Bien sûr, les jours d'émeutes, il puait l'essence qu'il vendait pas cher à ses copains pour faire brûler le quârtier. Il ne raisonnait pas beaucoup plus loin que le bout de son nez qu'il avait court. Il adorait se « taper l'affiche » arriver en béhème bleue métallisée avec deux filles sur le siège arrière, une couleur « élégante » selon lui, et des tas de machins chromés qui jaillissaient d'un peu partout, quand il revenait au lycée les rares fois où il se rappelait qu'il était censé préparer un BEP pour la CAF et l'inspection académique. On le voyait checker avec ses potes, l'air sérieux et concentré, conscient de ses responsabilités, signalées par la jambe droite relevée de son survêt, et sa câsquette (le a avec le « ^ » pour l'accent banlieue) Lâcoste.

    Finalement, Momo n'est pas très différent, n'est-il pas ?