Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chrétiens d'orient

  • La fin des chrétiens d'Orient

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     

    Un film très intéressant sur Arte replay à ce lien sur le sujet

     

    chrétiens d'orient, société, eglise de France, indifférencce, islamisme, politiqueDieu écrit droit avec des lignes courbes écrivait le père le Guillou, grand exégète et aumônier des bénédictines du Sacré Cœur de Montmartre. Et il a de l'humour. A l'exception de quelques paroisses et d'un ou deux diocèses, essentiellement du Sud, étant autant de particularités, on ne parle dans aucun lieu notable des souffrances des minorités chrétiennes en pays musulman. Sauf à l'institut du Monde arabe dirigé par l'ineffable Jack Lang, endroit où sévit aussi Houria Bouteldja. On peut y voir une exposition très bien faite sur le sujet même si celle-ci ressemble aussi à un inventaire avant décès (elle a lieu encore quelques jours, voir à ce lien)...

     

    Il existe une vingtaine d'églises parmi ces croyants. Ils sont pour 60% orthodoxes et 40% catholiques. Ce sont les églises originelles du christianisme, ce sont eux qui ont préservé jusqu'en 2018 l'histoire du Christ, les lieux de son parcours sur cette terre, et des traditions remontant aux origines de la foi chrétienne. Ils célèbrent en arabe, en syriaque, en copte, en éthiopien, en grec, en latin. Ils sont persécutés depuis des siècles mais ont su pourtant vivre très longtemps en pays musulman en préservant leur foi.

    Lire la suite

  • Pas de tag « je suis copte »

    Imprimer Pin it!

    chrétiens d'orient, chrétiens orientaux, société, politique, christianisme, amaury watremez, terre sainteSur les réseaux sociaux, sur les forums, sur les fils de discussion c'est devenu une habitude impérative à chaque attentat, à chaque tuerie causée par les fanatiques, on est « la ou les victimes » du massacre. Sauf pour les chrétiens orientaux en général, et les coptes en particulier. La dictature de l'affectif ne va pas jusqu'à eux. L'indignation n'a pas cours pour ces minorités persécutées aux Proche et Moyen Orient, chez qui que ce soit.

     

    Alors certes, de temps en temps, quelques jours, on voit bien fleurir quelques « statuts » sur le sujet mais ça ne dure pas bien longtemps. Les chrétiens arabophones fuient leur pays sans être aidés en quoi que ce soit par les occidentaux, à commencer par leurs frères et sœurs dans la Foi, à quelques notables exceptions près, le reste n'en ayant strictement rien à faire « de facto ».

     

    Bientôt il n'y aura plus de chrétiens « originels », grecs catholiques, assyriens, arméniens, syriaques en Terre dite Sainte. Pourtant je ne vois nulle part de « marche blanche » organisée avec dépôt de gerbe, de bougies et dessins de gosses, ce qui permet les « selfies » éplorés que l'on poste ensuite su « fècebouc ». Le soir de Noël avant d'aller becqueter la bûche, les zuitres et le foie gras Labeyrie, peut-être qu'une intention sera prononcée ? Peut-être même sera-t-elle par miracle entendue ? Elle provoquera sûrement une petite larmichette vite écrasée, mais après ?

    Lire la suite

  • L'indifférence du Pape et de son Eglise envers les chrétiens orientaux

    Imprimer Pin it!

    christianisme, société, politique, chrétiens d'orient, politique, hypocrisie, lâcheté, amaury watremezVivant à Jérusalem pendant deux ans, j'ai constaté sur place la division scandaleuse aux yeux du monde des chrétiens en une vingtaine d'églises parfois antagonistes, la situation du Saint Sépulcre en étant le reflet. J'y ai vécu aussi comme les pèlerins l'accueil extraordinaire des chrétiens dits d'Orient de leurs frères et sœurs occidentaux. Nul volontarisme, nulle ostentation dans tout cela. C'était parfaitement naturel à leurs yeux. Tout nouvel arrivant était un invité accueilli avec de nombreuses attentions. On chercherait vainement cela dans la plupart des paroisses françaises qui sont autant de conservatoires sociaux à quelques exceptions notables. Je songe par exemple à la messe que Benoît XVI célébra pour la mort de Jean-Paul II en compagnie de tous les patriarches orientaux.

     

    J'avais également la chance de travailler avec les « Pères Blancs » du domaine de la basilique Sainte Anne, animateurs de la revue « Proche Orient Chrétien » qui étudie et promeut les chrétientés orientales depuis l'arrivée des missionnaires d'Afrique au XIXème siècle. Cela m'a offert un point de vue unique et documenté sur les églises dites orientales, point de vue bien isolé hélas dans l'Eglise catholique. Et je n'ai eu de cesse, comme d'autres, depuis mon retour d'évoquer ces églises catholiques ou en étant très proches. C'est une manière d'exprimer ma gratitude à leur encontre.

     

    Ces chrétiens arabophones, arméniens, chrétiens descendants de ceux des origines, maintenant des traditions séculaires dont l'araméen liturgique, étaient splendidement ignorés voire dédaignés par la majorité des croyants occidentaux, y compris ceux présents sur place depuis quinze jours ou plusieurs décennies. A peine les considérait-on comme des survivances folkloriques sympathiques dont il fallait voir une célébration au moins une fois lors de son séjour dans la ville sainte. Les plus indifférents étaient les communautés charismatiques dites « nouvelles », de l'Emmanuel ou des Béatitudes (ancien « Lion de Juda »), où l'on ne prenait même pas la peine de se pencher ne fût-ce qu'un minimum sur la question....

    Lire la suite

  • L'Oubli encore des Chrétiens d'Orient

    Imprimer Pin it!

    chrétiens d'orient, politique, société, église, christianisme, religions, islam, colère, amaury watremezEn 2016, il n'y aura bientôt plus de chrétiens sur les terres originelles du christianisme. Ce sont pourtant les gardiens de la Foi catholique et des lieux saints, de la langue parlée par le Christ et ses disciples. On me dira que la plupart des catholiques français comme occidentaux ignorent totalement leur propre histoire se satisfaisant sans trop de difficultés par l'énoncé de lieux communs bien mièvres, bien consensuels et sirupeux que l'on oublie une fois le parvis de l'église franchie. Au moment des intentions de prières l'on parle beaucoup du fameux « vivrensemble », de tolérance, c'est à peine si l'on ne vante pas les mérites des « valeurs citoyennes » à croire que Jésus était animateur socio-culturel à queue de cheval et calvitie en « cité » dangereuse.

     

    Dans quelques paroisses il arrive bien que soient organisées des doctes conférences avec un « bon sauvage » venant d'Irak ou de Syrie alibi présent dans l'assistance, il n'ouvrira pas la bouche de la soirée, il n'est pas là pour cela, des veillées « bol de riz » de Carême où l'on mastique un peu de riz pour faire pénitence tout en écoutant quelqu'un évoquer les malheurs des chrétiens d'Orient qui se souffrent pas seulement en Syrie et en Irak mais aussi dans les « territoires » palestiniens où ils sont entre le marteau israèlien et l'enclume du Hamas, mais aussi en Egypte où ils sont « suspects » de trop grande proximité avec l'Occident tout comme en Algérie ou au Maroc. Sans parler de ce qui leur arrive ainsi qu'aux athées ou agnostiques dans les monarchies pétrolières....

    Lire la suite

  • Coup de gueule et proposition pour les chrétiens d'Orient

    Imprimer Pin it!

    christianisme, chrétiens d'Orient, société, politique, amaury watremezCe coup de gueule suit cet article

     

    NB C'est très bien et gentil de "liker" ce texte sur fècebouc ou ailleurs, et je vous en sais gré mais...

     

    ...c'est encore mieux de lire et mettre en oeuvre la proposition que je donne en fin

     

    Pour le moment le destin des chrétiens orientaux est clair :

     

    L'Exil ou le Martyr, rien d'autres

     

    Soyons clairs sur un point les occidentaux ne feront strictement RIEN pour les chrétiens d'Orient, pourquoi ? Car tous ou presque n'en ont rien à foutre. Pleurer une petite larme oui, se défouler un temps sur les bourreaux, de loin et sur fècebouc, oui, mais quant à s'engager politiquement et se bouger pour remuer les politiques, personne ne le fait, à de rares exceptions, et personne ne le fera. Car nous sommes endormis dans la mauvaise graisse de notre bonne conscience...

    Lire la suite

  • Colère pour les chrétiens d'Orient sur "Mauvaise Nouvelle"

    Imprimer Pin it!

    Je parle des chrétiens d'Orient sur "Mauvaise Nouvelle". J'en parle avec colère, j'en parle aussi avec au cœur toute la gratitude que j'ai pour eux...

     

    Je me suis inspiré des colères de Bernanos, la voie à suivre pour les chercheurs de Vérité, de Paix, de Justice.

     

    A ce lien

    politique, société, christianisme, chrétiens d'orient, amaury watremez

    Sur ce blog, il a déjà souvent été question des chrétiens d'Orient, voir à ce lien.

     

    Ils souffrent de l'indifférence des catholiques occidentaux pourtant largement informés, de celle des politiques et de la plupart des médias pour qui ce n'est pas un sujet intéressant. C'est une minorité opprimée ne méritant pas la compassion des "belles consciences"...

     

    Lire la suite

  • L'indispensable examen de conscience des occidentaux pour les chrétiens d'Orient

    Imprimer Pin it!

    politique, société, christianisme, chrétiens orientaux, amaury watremez, persécutionsVingt-un coptes ont été assassinés par les criminels de l’État islamique.

     

    Ce n'est pas le premier article sur ce blog au sujet des chrétiens d'Orient. Un tag entier leur est consacré.

     

    On ne devrait pas se laisser aller à la colère mais cet article est l'expression de celle que je ressens. Je n'ai même pas envie de dire : « Je vous l'avais bien dit », ou « Je vous avais averti », comme d'autres. Maintenant, pourtant, nous y sommes...

     

    Nous sommes en guerre.

     

    Et les chrétiens arabophones vivant en Terre d'Islam souffrent encore plus. Ceux n'ayant pu émigrer, les plus pauvres, sont impitoyablement traités, les femmes sont traitées en objets sexuels, les enfants soient embrigadés soient violentés. Ces croyants dans le Christ très divers, toujours de leur identité irakienne, syrienne, jordanienne, palestinienne, égyptienne, libanaise sont devenus « persona non grata » dans leurs propres patries.

     

    Image : metronews.fr

     

    Depuis des années, l'Oeuvre d'Orient ou l'Aide à l’Église en détresse rompent le silence, essaient de faire quelque chose mais que dit-on dans toutes les paroisses ou presque :

    Lire la suite

  • Une pensée ou deux pour les chrétiens d'Orient...

    Imprimer Pin it!

    10493.jpgimage ci-contre de la Custodie de Jérusalem

     

    Je suis toujours désagréablement surpris depuis que je suis revenu de Jérusalem par l'incapacité presque totale des paroisses, des communautés dites « nouvelles » à accueillir sans volontarisme contraint et forcé, sans paroles lénifiantes les nouveaux venus, surtout quand ceux-ci ne font partie des « bons » milieux car il ne faut pas se leurrer pour beaucoup le catholicisme en France est surtout une manière de conservatoire social ; dans certaines paroisses il n'est pas rare que l'on aille sans se poser trop de questions communier selon l'ordre de préséance au « Rotary ». A Jérusalem et Bethléem, à Ramallah ou Nazareth, si je retrouvais ce comportement souvent déplorable dans les paroisses d'expatriés, j'avais pu constater comme tous mes camarades et amis volontaires et coopérants que dans celles grecques-catholiques de croyants palestiniens, nous étions véritablement reçus sans affectation, sans grands discours ni fioritures inutiles qui ne sont là que pour mettre en valeur ceux qui les prononcent. Pour ces chrétiens palestiniens, cela faisait juste partie de leur Foi, cela allait de soi.

     

    Je suis toujours également frappé, effaré même, par la très molle ferveur dont font preuve les catholiques français lors des célébrations, à de rares exceptions. Le foie et le cœur de beaucoup paraissent déjà englués dans de la mauvaise graisse spirituelle. Ils sont là, ils chantent, ils prient, récitent les prières mais sont déjà finalement absents en vérité, et ce même parfois dans les grands rassemblements de jeunes qui ont au moins le mérite de faire du bien aux cœurs blessés, l'Esprit pouvant aussi s'y trouver derrière le brouhaha sur-affectif. Peut-être ais-je tort de le penser mais bien souvent j'ai l'impression qu'au fond ils croient à peine. Et l'on reconnaît un arbre à ses fruits, or une fois sortis de l'église, ils sont nombreux ceux qui omettent de simplement serrer la main, de laisser un simple sourire à celle ou celui qui était leur voisin,e de chaise. Ils compartimentent, la Foi s'arrête une fois le parvis franchi.

     

    image ci-dessous de l'auteur de l'article (paroisse grecque-catholique de Ramallah)

    280px-2010-08_Ramallah_15.jpgDans les paroisses grecques-catholiques la messe pouvait parfois durer deux heures, sans parler de la célébration de Noël à la Basilique de la Nativité cinq, après trois heures d'attente, mais la joie de ces croyants, leur ferveur, l'intensité de leur Foi étaient telles que cela m'a toujours paru moins long qu'une messe dominicale vite emballée et pesée devenue courante en province ou ailleurs. Je me souviens encore maintenant avec gratitude de cette procession des « Rameaux » vers la Basilique Sainte Anne, de cette messe de Pâques, de Dimanche de Lumière, à Saint Jean du Désert. Je n'en tire aucune amertume mais j'ai simplement du mal à comprendre ce qui retient les catholiques de France à se laisser aller juste un peu plus à la Charité, et en particulier à la Charité divine ?

     

    Chaque année depuis 2000, et mon retour de la Terre dite Sainte donc, je suis de ce fait, et par reconnaissance envers eux, lors de la montée vers Noël et aussi lors de la Semaine Sainte en esprit à Bethléem et à Jérusalem avec les chrétiens palestiniens. Ceux-ci sont prix entre deux feux : ils sont suspects à la fois pour les tarés fanatiques du Hamas et pour les pan-sionistes à tendance autiste ; et de plus ils subissent de plein fouet l'indifférence quasiment totale des chrétiens d'Occident, excepté quelques rares âmes pures, les uns se défaussant en mettant en balance leurs souffrances avec celles d'autres croyants dans le monde, y compris parmi les catholiques, les autres en assimilant les chrétientés orientales à des survivances coloniales somme toute, ce qui est surtout un symptôme de leur ignorance et de leur paresse intellectuelle. Ce n'est pas une question d'érudition, c'est ma mère qui me faisant le catéchisme avec d'autres enfants qui m'a appris leur existence et leurs spécificités.

     

    D'autres encore se soucient surtout de savoir s'ils sont bien catholiques ou non, ce qui est le cas à 60% d'entre eux, comme si la charité supposait des brevets de bonne catholicité. Il y a aussi ceux qui mettent en avant les persécutions des chrétiens orientaux surtout par haine de l'Islam mais qui ne font rien de concret pour les aider car après tout ces chrétiens du Proche et Moyen Orient, ce sont surtout des « bougnoules »...

     

    Le concret à faire, ce n'est pas seulement soutenir l'Oeuvre d'Orient et l'Aide aux Chrétiens en Détresse, ce qui n'est certes déjà pas mal, Mais c'est un combat surtout politique, au sens propre du mot, ces chrétiens portent en eux une bonne partie de notre identité originelle et bien souvent ainsi que je l'ai constaté sur place ils connaissent notre culture française mieux que nous, parlant souvent une langue très pure faisant ricaner les cuistres pour qui le français c'est de l'histoire ancienne. C'est aussi la nécessité impérieuse de la prise de conscience de ce qui fait notre identité, que l'on soit croyant ou pas, ce qui fait partie intégrante de l'Histoire de France, ce « vieux pays » ayant été depuis des siècles le protecteur des chrétiens arabophones, statut qui dérange beaucoup les adeptes du « Grand Israël » qui aimeraient bien faire dégager ces empêcheurs de coloniser en rond de la « Vieille Ville » et des « Lieux Saints », ils y sont presque arrivés au Saint Sépulcre du fait de la désunion honteuse des églises en ce lieu.

     

    J'en ai parlé un jour avec un de ces chrétiens orientaux, de Beit Jalla. Il évoquait son départ car il ne se voyait aucun avenir sur sa terre, entre deux persécutions égales, toujours suspect. Je lui fis part de ma colère face à ses souffrances, l'enjoignant de rester, il me répondit simplement : « Tes paroles sont très belles, mais que feras-tu sur place une fois rentré chez toi ? ».

     

    Ce texte est un début de réponse...

     

    Amaury Watremez

  • Le sang, les larmes et la colère pour les chrétiens orientaux

    Imprimer Pin it!

    10513255_540222822748660_2042483945858025583_n.jpg

    Dédié chaleureusement à Monseigneur Nourrichard, évêque d'Evreux

     

    L'image ci-contre signifie chrétien » en arabe, elle sert aux fanatiques criminels irakiens, et aux autres, à désigner leurs maisons pour mieux les massacrer ensuite. Les djihadistes syriens, d'autres criminels fanatiques, font de même mais personne n'en parle à commencer par les frères et sœurs dans la foi des chrétiens orientaux qui confondent le plus souvent en France la foi avec un coaching spirituel comme un autre consistant en de grands rassemblement sur affectifs tellement sympathoches et rien de plus, où l'on « guérit les garçons de la masturbation », entre autres, qui ignorent tout de l'histoire originelle de leur foi mais qui savent plein de choses sur des personnages qui n'ont rien à voir avec les valeurs évangéliques, qui y sont totalement indifférents même.

     

    Et ce, dans les faits, dans le concret à de rares exceptions : des membres de l'AED, « l’œuvre d'Orient » et « SOS Chrétiens d'Orient ».

     

    Des initiatives qui n'ont que très peu de liens avec la Conférences des Évêques on remarquera, ceux-ci se préoccupant d'abord des questions sociétales en France avant que des souffrances de ces croyants arabes, préoccupation que l'on qualifie parfois de « donquichottesque », que l'on soupçonne « d'arrières pensées politiques » (spéciale dédicace ici à mon diocèse bien aimé d’Évreux). Ceux qui rêvaient vraiment de "choc des civilisations" et qui sont tout aussi indifférents au sort de ces chrétiens qui ont le tort pour eux d'être arabes, ils vont l'avoir ! Sans parler du score que fera Marine le Pen en 2017 ! Ceux qui hurlent au retour des z-heures les plus sombres etc... le feront sans doute à meilleur escient, hélas...

     

    Il y a aussi ces catholiques français paralysés par la trouille, ayant tellement peur d'être entendus ne serait-ce qu'un peu par le reste de la société, qui ont une angoisse absolue à se faire mal voir et considérer comme des réacs voire des fââchiistes, se faire traiter d'islamophobes.

     

    Pour eux la Foi s'arrête au parvis de l'église, dehors, rien ne change, on suit le mouvement, on hurle avec les loups, on fait dans l'intention de prière lénifiante et sirupeuse mais surtout pas on ne dit pas un mot plus haut que l'autre, surtout pas. Ce puritanisme politiquement correct revient d'ailleurs, et contrairement à ce qu'en pense ses promoteurs « laveurs de carreaux » charismatiques, exactement au même que celui d'avant.

     

    L’Évangile est vue comme de la guimauve, une tisane mièvre alors que le Christ le dit lui-même, sa parole « apporte le glaive » dans les familles, dans la société...

     

    Il n'y a plus de chrétiens à Mossoul en Irak, dans cette ville qui est un des berceaux oubliés des catholiques occidentaux en général et français en particulier, comme il n'y en aura bientôt plus en Syrie, au Liban Sud, et en Palestine : pourquoi croyez-vous qu'en Palestine les caches d'armes bombardées par « Tsahal » dans la bande de Gaza soient précisément dans cette enclave chrétienne ? La bande de Gaza est dirigée d'une main de fer par une autre association d'assassins fanatiques et sanguinaires, le Hamas, pour qui les chrétiens sont des traîtres en puissance, Hamas qui est « le meilleur ennemi » d'Israël.

     

    2014-07-17T131029Z_1043299096_GM1EA7H1MPI01_RTRMADP_3_IRAQ-SECURITY_0.JPG

    image ci-contre : site de RFI, chrétiens de Moussoul en fuite

    Je rappelle que le christianisme n'est pas né à Rome « ex nihilo », il a été engendré dans une toute petite ville de Judée, un petit bled à peine honorable, Bethléem, dans une mangeoire pour les animaux de bât dans une annexe d'un caravansérail bondé.

     

    Ce ne sont hélas pas le seuls chrétiens persécutés dans cette région du monde. Sur ces massacres, persécutions, vexations, humiliations diverses, pas un mot, silence, y compris des catholiques de France qui pourtant sont toujours prompts à s'engager sur des causes humanitaires, de paix et de justice. Pas de manif des musulmans de notre pays pour soutenir ces minorités arabes. C'est surtout leur grand silence que l'on entend, un silence assourdissant, un silence qui en dit long sur leur indifférence, là encore à quelques rares exceptions, mais tellement rares !

     

     

    Les catholiques de France commencent à peine à se réveiller, il y a un sursaut à peine perceptible, encore bien timide, trop timide, alors ceux qui ont du mal : « N'ayez pas peur », de toutes façons pour ceux qui haïssent les chrétiens vous êtes déjà dans le « mauvais » camp...

  • Qui sera capable de simple empathie pour les chrétiens d'Orient ?

    Imprimer Pin it!

    Dédié à Monseigneur Barbarin qui n'a pas gardé le silence sur ces chrétiens orientaux souffrants et qui a « sauvé l'honneur »...

     

    Un premier article par ici

    image ci-dessous sur le site de "la Vie", l'article bien timide qui l'accompagne est dispensable

     

    11698_chretiens-irak_440x260.jpgCe soir, je suis allé à la messe anticipée du dimanche de la paroisse d’Évreux-centre, deux bonnes dames disaient des intentions de prières très belles mais encore un peu vagues, l'une d'elles était la secrétaire de l'évêque d’Évreux contacté par son intermédiaire, sans succès, il y a déjà un mois pour proposer des témoignages sur les souffrances des chrétiens d'Orient dont le mien à l'invitation même de l'évêque. Elle me fusilla du regard tout le temps qu'elle était au micro je ne sais pour quelle raison, me soupçonnant sans doute d'arrières-pensées politiques...

     

    Si elles ont bien évoqué ces « pays du Moyen Orient » dont les dirigeants ne respectent pas leurs habitants, aucune des deux n'a invité l'assemblée à prier pour les ces chrétiens de Syrie entre le marteau, la dictature de Bachar, et l'enclume, les pseudo-rebelles qui sont surtout des djihadistes de la pire espèce, des assassins en somme, qui sont massacrés en Irak dans l'indifférence générale, qui sont persécutés en Égypte dans un silence absolue de la société européenne dont les croyants eux-mêmes.

     

    Alors que je leur demandais pourquoi elles ne proposaient pas de prier pour nos frères et sœurs dans la Foi de ces pays en terre d'Islam, elles me répondirent qu'elles ne voulaient pas stigmatiser l'ensemble des musulmans, et qu'il n'y avait pas que les chrétiens qui souffraient dans le monde, qu'il ne fallait pas donner des intentions faisant preuve en somme de favoritisme si j'ai compris leur point de vue. Dans l'année pourtant, leur ais-je objecté, elles avaient prié pour une personne ou l'autre bien spécifiquement, pour un groupe bien précis de lépreux en Inde, pour une communauté bien identifiée en Afrique, donc pourquoi était-il impossible de prier particulièrement pour ces chrétiens orientaux ?

     

    Qu'est-ce qui gêne tant que ça dans leur cas ?

     

    Je pose la question ami lecteur mais comme moi tu connais la réponse : c'est la peur de passer pour des réacs, des fââchiiistes même qui osent exprimer des préventions, des nuances contre l'Islam sur ces terres des Proche et Moyen Orient, et aussi en France : on n'y parle jamais des cimetières chrétiens, des églises, des lieux de pèlerinage profanés car chrétiens. Il est aussi de ces incroyants qui ne veulent pas en parler car cela donnerait l'impression à ces « esprits forts » qu'ils fraternisent avec ces cathos tellement détestés et haïs, cela écornerait l'image qu'ils se font d'eux, une image flatteuse...

     

    Je ne suis pas le seul à m'être heurté à un mur en évoquant ce sujet, je songe également à X.. qui est sur la paroisse de Villefrance-sur-Saône, chrétienne arménienne et catholique. Cela fait des années qu'elle essaie d'alerter les prêtres, les religieux, les religieuses, les laïcs, les communautés dites nouvelles de ce qui se passe dans les pays subissant les métastases d'un Islam radical et violent, qui s'est développé de par la responsabilité de la politique occidentale dans ces terres :

     

    Soutien à Ben Laden avant le 11 septembre, laxisme avec les saoudiens ou les Qataris qui soutiennent le terrorisme, soutien aux Frères Musulmans de la CIA, le Hamas ou le Hezbollah considérés comme seuls interlocuteurs palestiniens valables en Palestine et au Liban, compromis avec les fondamentalistes islamiques en Occident etc...

     

    Elle aussi n'a bien souvent rencontré qu'une indifférence marquée, qu'un silence gêné et, ou un rien de condescendance à son égard. Elle était « donquichottesque », elle était bien gentille mais enfin il n'y avait que ces chrétiens de ces pays, d'Arménie ou d'ailleurs, évangélisés selon les personnes qu'elle rencontrait par les catholiques latins. Et puis un jour, les mêmes ont entendu à la radio ou sur le Net, ce qui arrivait aux chrétiens de Mossoul entre autres, ce n'est pas que cela les émouvait vraiment, mais c'était juste un motif pour pleurnicher entre soi et oublier le tout une fois les belles paroles prononcées.

     

    On a donc demandé à O.. de témoigner, ce qu'elle a refusé de faire car elle ne voulait pas servir d'alibi, de « bonne sauvage ». Elle avait raison, deux jours après, il n'était plus question des chrétiens de Mossoul...

     

    Moi aussi suis-je certainement donquichottesque mais j'aimerais croire que ces articles provoquent simplement un sursaut d'empathie, de fraternité humaine...

     

    ci-dessous le "Notre Père" en arabe


    Le Notre Père en Arabe par Zaremios36

  • L'indifférence de l'Occident face au chemin de Croix des chrétiens d'Orient

    Imprimer Pin it!

    Un signe d'espoir l'association "SOS Chrétiens d'Orient"

     provoque des réactions aussi sur "Mauvaise Nouvelle"

    En Syrie, les occidentaux ont exalté la « rébellion » contre Bachar El-Assad, dont je ne conteste pas une seconde la tyrannie, sans se demander qui sont ces « rebelles », à savoir des djihadistes radicaux et fanatiques. C'est un peu comme ceux qui ont porté aux nues Massoud en Afghanistan alors que ses convictions religieuses ne se distinguaient que très peu de celles des talibans (la longueur de la barbe sans doute ?) sans parler de l'engouement pour le « Printemps arabe » qui ne pouvait que déboucher, lorsque l'on connait ces pays on le sait, que sur des régimes islamistes ou du moins islamisants, « Printemps arabe » qui a réveillé les rèves d'un pan-arabisme qui s'étendrait du Maghreb au Machrek.

    Armenie.jpg

     

    Au moins Bachar, tout comme son père, tout comme Saddam en Irak, tout comme Moubarak en Égypte, encourageait une laïcisation de la société et protégeait, même si c'était par intérêt personnel, les minorités chrétiennes.

     

    Ce dont cette religieuse syrienne témoigne, comme d'autres personnes au fait de la situation des chrétiens d'Orient, je le craignais depuis des années déjà. Et malgré tous ceux qui ont essayé d'avertir, de prévenir, de faire prendre conscience, cela arrive et ça m'est d'autant plus révoltant. On me reprochera peut-être d'instrumentaliser un fait horrible mais hélas ce genre de faits est un parmi d'autres pour les chrétiens de ces terres des Proche et Moyen Orient (il n'y a pas qu'en Syrie quant à ces crucifixions, cela arrive aussi en Arabie Saoudite, partenaire privilégié financier de la France)...

     

    Lorsque je vivais à Jérusalem, j'allais à la messe paroissiale grecque-catholique de Ramallah régulièrement, ainsi qu'aux célébrations du père Hazboun à Zababdeh en plein territoire « Hamas ». De plus les jours des Rameaux ou de Pâques, à Noël, la ferveur de ces chrétiens pourtant quotidiennement persécutés était sans commune mesure avec celle que l'on peut vivre en France. Cette ferveur n'était pas seulement un défoulement affectif, une ostentation de gestes sympathiques mais creux, elle venait, et vient toujours, du plus profond de l'âme.

     

    Je ne devrais bien sûr pas juger, mais étant humain et doté d'une sensibilité, cela m'est difficile de ne pas le faire, mais quand je vis des célébrations en France d'une platitude désolante, ou à l'inverse démonstratives à l'excès, je songe à ces frères et sœurs dans la foi qui là-bas ne se contentaient d'évoquer sans cesse l'accueil de l'étranger et que sais-je encore sans pouvoir ne serait-ce que serrer la main du voisin de chaise à la sortie de le masse, ces frères et sœurs dans la foi témoignent de cet accueil sans se poser quelque question,

     

    Ces chrétiens de Terre Sainte, ces chrétiens d'Orient, ce ne sont pas seulement pour moi des concepts, des archétypes, des caricatures, mais des personnes dont je garde les visages au fond du cœur. Ce sont pour certains des amis...

     

    Rentré en France, j'ai constaté, et ce aussi bien chez les croyants que les non-croyants, la totale indifférence ou presque envers ces descendants pourtant des disciples du Christ, ces martyrs cachés de tous les jours, qui ont préservé la Foi en l'Évangile des origines depuis 2000 ans, une indifférence assumée, sans complexes couplée à une ignorance que je n'hésiterai pas à qualifier de crasse de l'histoire des chrétiens des premiers temps. Car pour les catholiques français tout comme pour les autres habitants de ce pays, les chrétientés d'Orient sont forcément des chrétientés importées par les colonisateurs. C'est aussi une manière de se justifier de l'indifférence.

     

    Pourtant, ces croyants meurtris entre Orient et Occident, qui fuient la Palestine, l'Irak, la Syrie et l'Égypte en masse, auraient pu être des médiateurs entre les européens et les américains et les pays musulmans, réconcilier deux mondes. Et pourtant ces chrétiens aiment leurs pays, aiment leurs terres, et y sont chez eux. L'exil à l'étranger à cause de la persécution est pour eux un déchirement atroce.

     

    En France, que fait-on ? On s'indigne de temps à autre pour une minorité exotique, lointaine, confortable, qui ne demande pas un investissement personnel trop important. Quant aux catholiques, ils adorent se regarder le nombril, se mettre en scène comme ceci ou cela, se déchirer avec le reste de la société ou entre eux sur des questions sociétales, certes importantes quand elles concernent la Famille, sans se soucier vraiment jamais des souffrances des chrétiens des pays arabes.

     

    Qu'attendent-ils pour témoigner ne serait-ce que d'un minimum d'empathie ? Encore plus de morts ?..

     

    image prise sur le site de "la Règle du jeu"

  • Chrétiens enterrés vivants

    Imprimer Pin it!

    chrétiens d'orient,christianisme,société,indifférence,terre sainteMarie de Varney a écrit « Chrétiens d'Orient – Voyage au bout de l'oubli », paru chez François Bourin en mars 2013. Il n'a pas été du tout question de ce livre dans les médias officiels, bien que ce qu'il décrit ne peut que susciter l'indignation légitime de toute personne juste un peu honnête. Cela n'est guère surprenant, ces minorités ne font pas des victimes acceptables selon les critères habituels de la bien-pensance.

     

    Cet ouvrage décrit pourtant la situation tragique de ces chrétiens en terre d'Islam actuellement et l'indifférence abjecte quasiment totale des occidentaux face aux persécutions qu'ils subissent et ce particulièrement depuis ce que certains ont perçu comme un peu trop rapidement comme un « printemps arabe » des pays du Maghreb et du Machrek dont l’Égypte.

     

    Ainsi que le montre Marie de Varney, ce « printemps » a pour l'instant surtout permis la mise en place de régimes théocratiques et islamiques durs qui voient dans les chrétiens des boucs émissaires bien utiles pour affirmer leur pouvoir et garder sous le coude un dérivatif des éventuelles déceptions des peuples arabes. Les anciens maîtres de ces pays les ayant protégés, aussi pour s'offrir une vitrine présentable, ces chrétiens orientaux sont doublement suspects : suspects d'être des suppôts de l'Occident, de par leur foi, et donc des anciens colonisateurs, suspects d'être des valets des dictateurs.

     

    Ils oublient ou feignent d'oublier que ces minorités sont des parties intégrantes de leur peuple loin d'être négligeables, et qu'elles ont protégé pendant des siècles des traditions, des langages parfois, des œuvres d'art exceptionnelles qui remontent à l'origine de l'histoire des nations qu'ils conduisent maintenant.

     

    Ces chrétiens le sont pourtant depuis plus longtemps que ceux d'Occident, car le christianisme n'est pas né à Rome, mais au Proche Orient. Et ceci les catholiques « romains » l'ignorent complètement, méconnaissant totalement leur propre histoire et les origines de leur foi. L'auteur de ce texte a pu le constater à de nombreuses reprises alors qu'il animait des stands de « l'Oeuvre d'Orient » en différents lieux de rassemblement de croyants ou à Jérusalem même où les diverses confessions chrétiennes arabes sont tout au plus considérées comme des survivances folkloriques sans importance par les pèlerins européens.

     

    Les chrétiens d'Orient sont par la force des choses obligés de fuir leurs pays alors que leur médiation avec l'Europe pourrait s'avérer indispensable afin de jeter des ponts avec l'Islam et d'éviter avant qu'il ne soit trop tard le fameux « choc des civilisations » qui menace pourtant un peu plus chaque jour. Ils fuient car les occidentaux ne les aident pas, en restant uniquement au stade des bonnes intentions et rien d'autres, soutenant jusqu'à l'absurde des militants islamistes jusque dans leurs propres pays, se conciliant leurs bonnes grâces par de multiples reculs et compromis envers une « saine laïcité ».


    image de la couverture prise ici

  • Une pensée et une prière pour les coptes...

    Imprimer Pin it!

    Les européens, les français, n'en ont rien à faire des souffrances des chrétiens coptes en particulier, et orientaux en général, à quelques exceptions près. On parle d'"affrontements entre coptes et musulmans", ce qui est une bonne blague.

    Les français sont en règle général complètement indifférents au sort de ces croyants persécutés de fait, catholiques à 40%, orthodoxes à 60%. Ils sont très rarement évoqués dans les paroisses, les groupes de prière, de catéchisme.

    Je croyais que le fameux "Printemps arabe" allait amener un vent de démocratie et de tolérance sur le Proche Orient. il semble qu'il amène surtout au pouvoir des islamistes un peu partout, et de la haine contre les coptes, les grecs-catholiques, les syriaques et les melchites.

  • Échauffourée au Saint Sépulcre

    Imprimer Pin it!

    photossam3008.jpgA Jérusalem au Saint Sépulcre, des orthodoxes de tradition byzantine ont agressé des arméniens qui eux-mêmes ont répliqué avec violence. C'est lamentable. C'est bien d'en parler pour constater la désunion entre chrétiens et ce qu'elle entraîne, et essayer d'y remédier mais pourquoi ne parle-t-on jamais, y compris dans nos églises, de toutes les fois où les chrétiens se font agresser, dépossèder de leurs terres, harceler parce qu'ils sont chrétiens ? Que ce soit en Israèl ? En Palestine ? Ou en Irak ? En Chine ? Mais, cela, à part quelques exceptions, tout le monde s'en fout, à commencer souvent dans les paroisses françaises où l'on préfère sortir de grands et beaux discours lénifiants sur l'accueil et l'étranger alors que l'on n'est même pas fichus de se soucier du frère ou de la soeur dans la Foi qui souffre. On ne parle jamais non plus du feu du cierge pascal à Jérusalem que l'on amène non seulement dans les églises mais aussi dans les mosquées ou de la fraternité réelle à Haïfa ou Jaffa.

    Cette bagarre est le résultat d'une exacerbation des tensions due à la politique touristique des israèliens qui aimeraient bien qu'on leur laisse les clés du Saint Sépulcre et y devenir arbitres des tensions religieuses ceci afin de mieux s'implanter dans la Vieille ville palestinienne. Or, les clés sont entre les mains d'une famille musulmane depuis le XIVème siècle, depuis que le sultan avait trouvé cette solution pour éviter que les différentes églises de la région s'entre-déchirent (et puis ça lui permettait de se faire bien voir de ses sujets). Insister sur cette bagarre c'est aussi une manière de se déculpabiliser de l'indifférence dont souffre les chrétiens d'Orient : "pourquoi se soucier d'eux puisqu'ils se tapent dessus ?".

    Cette bagarre montre aussi que les chrétiens sont des êtres humains, et qu'ils sont aussi faillibles que les autres, leur foi leur permettant normalement de mieux comprendre leurs failles et essayer de ne pas y sombrer. Cela montre qu'il y a plusieurs maisons dans la maison du père et que ces chrétiens du Proche Orient, qui sont les chrétiens originels, sont oubliés par les croyants européens ou américains persuadés que l'Église s'est d'abord développée chez eux et a essaimé ensuite en Méditerranée. Cela devrait aussi rappeler aux chrétiens l'Incarnation du Christ (et non sa désincarnation, telle qu'on nous le présente souvent) et "l'Ecce homo" du jeudi avant Pâques, que le Christ était vraiment un homme, peut-être le seul être humain qui avait vraiment pleinement conscience de son humanité. J'aimais bien le Saint Sépulcre pour cela (j'ai vécu à dix minutes de l'endroit pendant deux ans), il montrait les faiblesses de l'Église de manière criante mais aussi la force de la foi chrétienne qui est de croire en un dieu fait homme.