Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

choron

  • "Choron dernière" - ce vieil emmerdeur au sourire si doux

    Imprimer Pin it!

    affiche-Choron-Derniere-2006-1.jpgJ'ai toujours bien aimé Choron alias Georges Bernier qui est le prototype parfait de l'emmerdeur politique, celui qui met les pieds dans le plat constamment et envoie balader aussi bien les bien-pensants larme à l'oeil que les adeptes du fric tout-puissant (un peu comme cette jeune fille qui a tout compris du libéralisme actuel et vendu sa virginité aux énchères, elle l'a dit : "ma virginité m'appartient, il y a contrat, tout va bien, je peux la vendre). Choron ne respectait pas ceux qui voulaient que l'on ne dise pas trop de mal des uns ou des autres pour surtout ne pas choquer leurs confortables certitudes, ou semblants de certitutdes. Il conchie ceux qui vendent leur vulgate idéologique comme ces types qui distribuent des tracts pour tel ou tel grand marabout de mes deux à la sortie du métro, ou une publicité pour la conférence d'un gourou ou d'un autre qui vend ses conseils de vie comme une stâr de la téloche vendrait ses secrets beauté ou ses recettes minceur (un peu comme Mathieu Ricard : six volumes de lieux communs, un volume de pseudo-sagesse).

    Je comprend que Val, Cabu, ou Wolinski, finalement pas si cynique qu'il en a l'air puisqu'il n'assume pas une seconde de faire du fric ET de rester de gôche, attention, révolutionnaire, d'être cités ne serait-ce que par l'affiche. De Choron, les imbéciles diront qu'il n'aime pas les gens, c'est l'inverse, il aime bien les gens et surtout leurs défauts. Choron, qu'il le veuille ou non, était donc presque (j'insiste sur le presque) chrétien. Choron a édité plusieurs journaux qui se sont tous plantés en beauté. Il faut dire qu'à l'époque on ne rigolait pas avec les blagues sur les puissants, comme maintenant, mais maintenant on est plus hypocrites. Choron met en lumière la lâcheté de la plupart des journalistes actuels, et dieu sait qu'il y aurait pourtant beaucoup à dire : des primes insensées aux banques aux dépenses somptuaires de l'Elysée ou des parlementaires comme les sénateurs par exemple, qui touchent 7000 euros d'argent de poche par mois les coquins.

    Cette semaine, Siné est passé devant monsieur le juge pour sa sortie sur le mariage du fils Sarkozy. Elle n'était pas maline mais cela montre aussi qu'on condamne Siné pour une blague à la con et qu'on en laisse courir d'autres qui sortent bien pire dans leurs prêches. Mais, ça, faut pas le dire, c'est très mâââl. Dieudonné, par exemple, joue sur du velours, il va pouvoir se poser en victime et continuer d'assurer sa clientèle à ses "spectacles". Choron, lui, assumait d'avoir fait l'Indochine et de raconter ses souvenirs de guerre pour choquer sciemment les bonnes âmes comme Cabu par exemple dans sa chronique de la semaine dernière pour qui la guerre c'est pas bô. Les bonnes âmes font la fine bouche sur Choron du fait de leur confort intellectuel et matériel gagné de haute lutte en cirant les pompes des uns ou des autres.

    Ci-dessous la bande-annonce du film que je déconseille aux amateurs d'humour gras du bide comme celui de Cauet ou à celui de Mickaèl Youn.