Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cgt

  • Les gens sont méchants - la CGT et les sans-papiers

    Imprimer Pin it!

    564002.jpgAhlala, les gens sont méchants, tu sais, les pôvres surtout, ils devraient pleurnicher, se plaindre de leur sort en attendant que les lumières de la sagesse de gôche ou non s'engueulent ENTRE eux pour décider de leur sort, pas moufter, pas bouger, restez bien en retrait. Car les lumières du savoir, dont celles qui se prétendent de gôche, savent ce qui est bon pour le peuple, les ouvriers et les précaires. Qui a dit qu'ils ne bossaient que pour ceux qui ont un statut et la sécurité de l'emploi et qu'en vingt ans, ils se sont surtout fait remarquer par leur capacité au compromis et à l'écrasement devant les puissants à qui on sert la main, on joue alors le rôle de prolo de service avec l'accent parigot ou franchouillard "ad hoc", prévoir la coupe "playmobil" en plus.

    Et puis voilà que des pôvres sans papiers, certainement des travailleurs exploités du textile, qui bossent 60 heures par semaine, des maçons payés au black, certains on les retrouve même à construire les centres de rétention dans lesquels on les enferme plus tard, voilà que ces pôvres se disent, ils ont fait des promesses il serait temps de les tenir, non ? En réponse, ils ont eu droit à un comportement de petits Hortefeux de gouttière ou de Besson en "Doc Martens", les lumières du peuple, à coups de tatanes qu'ils les ont viré les sans-papiers, il faut pas déconner, ce sont des ingrats les pôvres, on vous le dit. Ils respectent rien, c'est une engeance dangereuse. C'est comme ça les pôvres, ça parle que de fric ou de boulot, on leur dit bien qu'il y a plus malheureux qu'eux ailleurs, allez....Mais ils s'en foutent comme l'an 40,  tu sais, ils veulent tout tout de suite et que l'on arrête de les prendre pour des cons, des cochons de payants en somme.

    T'en as même qui se foutent de la gueule des cuistres qui te sortent leur culture prêt-à-porter, leurs conventions finalement très bourgeoisement louis-phillipardes derrière la pose progressiste : toujours les mêmes qui reviennent...