Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

catholiques

  • Témoigner de sa foi catholique en 2018

    Imprimer Pin it!

    Foi, catholiques, église catholique, société, politique, religions, amaury watremezLorsque l'on évoque la Foi chrétienne, en particulier catholique, en 2018, la plupart du temps votre interlocuteur soit condescendant soit carrément hostile vous répond que la Foi n'est pas un concept rationnel et que toute croyance relève de la superstition. Cette réponse est stupide puisque la Foi, par définition, ne relève pas de la rationnalité, sinon cela ne s'appellerait pas ainsi Notre société se croit beaucoup plus raisonnable. Elle a inventé le Smartphone, cet outil censé développer les communications et utilisé pour surtout les éviter, et l'on n'a jamais autant vu de pseudo-coachs de vie mélanger tout et son contraire dans ce qui reste des spiritualités, sans parler des horoscopes dans la plupart des journaux.

     

    Je dis bien, lorsque l'on évoque la Foi chrétienne car lorsqu'un musulman ou un juif, ou un bouddhiste, évoque ce en quoi il croit, cela devient soudainement beaucoup plus respectable. Étonnant, non ?

     

    Dans le meilleur des cas, l'interlocuteur répliquera qu'il respecte les croyants mais pas les dogmes et pas toutes leurs croyances et qu'il refuse qu'on lui impose des valeurs ou quoi que ce soit. Notons que le simple fait d'en parler est vécu comme totalement arbitraire et insupportable, comme l'obliger à y croire. Il faut dire que la Foi, comme tout idéal de vie, implique des devoirs envers les autres, une morale. Pour couper court à toute argumentation mesurée, on n'oubliera pas de renvoyer le chrétien à l'Inquisition, aux cathares, aux "dragonnades" comme si tous les catholiques, y compris ceux de maintenant devaient encore et toujours porter la faute de leurs ancêtres.

    Lire la suite

  • Les catholiques et les « cathos »

    Imprimer Pin it!

    jcathos.jpgCe sont deux groupes très différents. Un catholique n'est pas forcément un « catho » et un « catho » n'est plus très catholique. C'est Fabrice Hadjaj, philosophe chrétien, qui a évoqué en premier les « cathos » les assimilant à une nouvelle forme de pharisianisme. Ce sont ces croyants, pratiquants qui vivent selon une logique minoritaire, communautaire et qui ont oublié depuis longtemps le sens du mot catholique.

     

    Il est censé nous rappeler que la Foi chrétienne doit tendre vers l'universel et non uniquement vers ceux qui nous ressemblent socialement. Or bien souvent la foi catholique n'est plus qu'un prétexte permettant la mise en place d'un conservatoire social dans lequel on se retrouve entre personnes réputées bien élevées, de milieu semblable.

     

    La définition de ce milieu souvent dit « bourgeois » est de plus en plus restreinte. Elle désigne maintenant surtout des familles disposant de revenus conséquents et rien d'autres.

    Lire la suite

  • Chronique du pays réel – Fraternisation chrétiens musulmans dans la joie

    Imprimer Pin it!

    religions, islam, candeur, christianisme, politique, naïveté, catholiques, coeur sec tripes molles, amaury watremezJ'ai assisté dans ma paroisse versaillaise à une réunion de fraternisation organisée afin de rassembler des chrétiens et des musulmans dans un même mouvement de paix. Je me disais que j'étais trop dans la causticité. Je voulais pour une fois faire un effort, être moins misanthrope, me sentir pourquoi pas doux et gentil comme un agneau, confiant dans l'intelligence de mes semblables et la mienne, positif sur l'espèce humaine. Je n'ai pas été déçu en un sens mais malheureusement cela n'a pas diminué d'un iota ma tendance à la dérision.

     

    Il y avait à l'entrée de la salle paroissiale pour s'occuper du micro et de la « sono » un « Jean-Michel » à queue de cheval comme il y a toujours dans ce style d'assemblée. « JeanMichelalasono » bien entendu se débrouillait comme un manche et il y eut comme la tradition le veut un grand bruit de sirène dans les hauts-parleurs quand il fit son test (« teste test, undeux, undeux...). Les participants sursautèrent dans un même mouvement sur leurs sièges. Il y avait une demie-douzaine de musulmans au premier rang. Il donnait plus l'impression d'être des « bons sauvages » de service que des véritables intervenants aux yeux des organisateurs, des alibis.

     

    Ceux-ci, un couple chic d'une cinquantaine d'années, ont présenté tout le monde, d'abord les paroissiens présents puis ensuite les croyants en Mohammed. Ils les présentèrent avec une touche de légère condescendance inconsciente. Un monsieur parla de la profession de foi coranique, exposant clairement et simplement les obligations de tout lecteur attentif du Coran. Une dame voilée évoqua ce qu'elle estimait être la place des femmes dans la société, en particulier son rôle de mère. Ils rappelèrent la sourate sur les « gens du Livre ». Ils omirent de préciser ce que le Coran entend par « protection » des chrétiens ce qui suppose un impôt spécial ainsi qu'un signe distinctif, une couleur de vêtements et un statut de citoyen de seconde zone.

     

    Bizarrement, il n'y eut pas non plus d'allusion de la part des catholiques présents au sort actuel des chrétiens orientaux...

    Lire la suite

  • Les petits bourgeois calotins

    Imprimer Pin it!

    politique, foi, société, catholiques, petits bourgeois, amaury watremez

    Où l'on constate que je suis capable de tirer à boulets rouges aussi contre "mon" camp supposé

     

    On m'a parfois reproché de ne demeurer que sur une seule ligne sur ce blog : dans la critique systématique des « bourgeois pédagogues », ceux que l'on appelle selon le terme galvaudé de « bobos ». C'est donc l'occasion ou jamais d'évoquer un autre genre de « bourgeois pédagogues », les petits bourgeois calotins. Attention, je ne dis pas que tous les catholiques sont calotins, bien loin de là, et que tous ceux issus de la petite, moyenne et haute bourgeoisie sont obligatoirement des purotins, loin de moi l'idée de généraliser. Cependant, ils sont pourtant encore pires que les donneurs de leçons de morale politique de gauche sociétale. Ceux-ci ont au moins pour eux le mérite d'essayer au moins de penser par eux-mêmes bien que cela s'entrecroise avec leurs prétentions parfois insignes, de tenter de rêver un monde meilleur même s'il n'en reste qu'au stade de la bonne intention consciemment ou pas.

     

    Ils sont perclus de tant de certitudes absconses, de préjugés rassis bloqués comme d'autres dans un présent politique bloqué en 1945, enfin pour eux -pour certains d'entre eux- en 1940 même s'ils savent prendre des précautions pour ne pas être trop clairs dans leur haine des « classes dangereuses », de tout ce qui n'est pas eux, dans leurs vanités demeurant les mêmes depuis François Guizot. Lorsqu'ils sont entre eux, ou mis en confiance, il ne leur faut pas longtemps pour se montrer tels qu'ils sont réellement, sans fards, « décomplexés » comme dirait l'autre. Ils comprennent aussi très bien la raillerie, la satire, les reproches leur étant faits, ils ne les supportent pas tout en ne sachant pas trop comment y répondre....

    Lire la suite

  • Des chrétiens forcément homophobes

    Imprimer Pin it!

    politique, société, chrétiens, catholiques, islam, homophobie, amaury watremezDés qu'un taré fanatique se réclamant de Daech commet un massacre au nom des valeurs de l'Islam, il se trouvera toujours un commentateur ou un éditorialiste distingué pour comparer avec l'homophobie chrétienne et assimiler tous les chrétiens, surtout les catholiques, aux affidés « rednecks » de Trump, majoritairement protestants, ou aux traditionalistes délirants de Civitas, parfois c'est juste l'envie de choquer le bourgeois, ce que je peux certes comprendre. Pire encore, si un chrétien dit sincèrement toute son horreur du massacre d'Orlando il sera alors soupçonné de double langage, d'intentions suspectes. C'est quand même un peu facile.

     

    Et puis il faut bien dire qu'avec les catholiques on risque quand même moins la rafale de « kalachnikov » (TM°) en pleine tête...

     

    Ainsi que de nombreux chrétiens j'en ai ras le bol de cette assimilation réductrice et caricaturale dés que l'on souhaite ne serait-ce qu'un petit peu parler de l'homophobie bien présente pourtant en Islam. Je songe quand même à tous ces gosses qui se font violenter, brutaliser, maltraiter dans l'indifférence et la lâcheté dés que ne serait-ce que suspects de mœurs ne convenant pas à tel ou tel imam. Ce ne sont pas des cas isolés d'imam gay, de musulmans fiers d'être homos, des exceptions confirmant la règle parmi les musulmans qui changeront la réalité de ces faits concrets. Et l'hypothèse de l'homosexualité de l'assassin d'Orlando tout comme celle de Salah Abdelslam n'y changent rien.

     

    Au contraire, cela confirmerait ce que j'affirme...

    Lire la suite

  • Daech deux en un - Cathos et Djihadistes dans le même sac

    Imprimer Pin it!

    politique, société, France, Daech, catholiquesCe petit billet taquin n'a pour vocation de dramatiser les choses, et de lancer quelque combat contre de méchants bourgeois pédagogues de plus en plus seuls dans leur « tour d'ivoire » loin du réel. J'ai juste envie de me payer leur tête dans un esprit de correction fraternelle....

     

    Par ci par là donc, sur Internet (exemple frappant ici), à gauche mais pas seulement, on entend le même discours lénifiant chez certains catholiques « de service », ces bons cathos à la mentalité d'ilote ou à droite, ainsi chez un politique "de droite" comme François Baroin suggérant en somme dans la montée de l'islamisme le problème ce sont les crèches catholiques.

     

    Chez le « catho de service » c'est plus une manière de montrer son désir passionné d'être comme tout le monde, d'être accepté alors qu'il est déjà mis par les autres dans le même sac de ceux se faisant traiter de réacs.

     

    Tu te dis quand même que décidément non ce n'est pas vrai ils n'ont pas osé faire la comparaison entre les dingues fanatiques de Daech et les catholiques ?

     

    Ils ne vont pas jusque là ?

     

    Mais si !

     

    Ils osent !

    Lire la suite

  • Sonner les cloches pour les chrétiens d'Orient

    Imprimer Pin it!

    Salam Al Massir...

    101302839_644_430.jpg

     

    La présence chrétienne arabophone au Proche et Moyen Orient ne sera bientôt plus. Les chrétiens arabes fuient leurs pays de par les massacres commis par le soit disant Etat Islamique. Et depuis longtemps, il subissent diverses vexations et souffrances et persécution laissant l'Occident, l'Europe, croyants comme incroyants, et aussi les catholiques parfaitement indifférents à l'exception de quelques larmichettes de crocodiles par ci par là...

    Ces chrétiens sont méconnus des catholiques ignorants dans leur immense majorité, en France, de leur propre histoire. Il est souvent dit que ces chrétiens orientaux ont été convertis par des missionnaires européens entre autres bourdes alors que ce sont eux qui sont venus nous apporter l'Evangile dés l'origine. Sur place, au Proche et Moyen Orient ces chrétiens sont considérés depuis fort longtemps comme des survivances folkloriques par la plupart des pélerins occidentaux, et particulièrement ceux issus des communautés dites « nouvelles ».

     

    A « l'Emmanuel » comme aux « Béatitudes » en Terre Sainte j'avais pu constater que la plupart ne faisaient pas l'effort d'apprendre UN mot d'arabe ou d'assister à la messe des chrétiens palestiniens. Ce n'était pas de la mauvaise volonté, juste de l'ignorance au fond. Mais le mal était fait...

     

    Demain 15 Août les cloches de la quasi-totalité des diocèses de France sonneront pour les chrétiens d'Orient.

     

    La première question qui vient c'est « pourquoi pas tous ? ». Dans ces diocèses où l'on ne sonnera pas les cloches, on ne veut surtout pas stigmatiser les populations musulmanes de France, alibi de ce qui est nettement de la lâcheté et encore de l'indifférence.

     

    Une indifférence de tièdes, de « cœurs secs » ayant les « tripes molles », des tièdes oubliant que Dieu les vomit.

     

    La deuxième question c'est que fait-on concrètement ensuite ?

     

    Quelle prise de risques prend-on enfin là où nous nous trouvons ? La débauche d'indignation sur le net c'est facile. Cela implique de se « mettre en danger » dans le ronron de la vie quotidienne, professionnelle (où généralement peu de catholiques osent s'affirmer catholiques, par peur...)

     

    Quels actes posons nous tangiblement ? Les bonnes intentions ne suffisent pas.

     

    Ce geste, ce symbole, ne restera que cela s'il n'est pas suivi de tout cela, un truc pour faire le « buzz » et un aveu d'impuissance à se remuer pour de bon en dehors de grandes manifestations sur-affectives ponctuelles.

     

    Curieusement, ou pas, les seules personnes en dehors de coopérants de Terre Sainte que j'ai vu prendre conscience des souffrances de ces chrétiens étaient deux amis très proches venus me voir à Jérusalem, pourtant agnostique et incroyant, oui pourtant. Car « Dieu écrit droit avec des lignes courbes » et que « l'Esprit souffle où il veut » et pas seulement chez certains croyants à la nuque encore raide. La vie nous a séparé, et aussi l'orgueil, le chagrin, les amours. Mais de par leur humanité, ils me seront toujours infiniment plus proches que bien des personnes.

     

    Alors oui certes, je suis ici encore le caillou dans la chaussure des bonnes consciences, mais je vois cela aussi comme de la « correction fraternelle » et de temps en temps une « droite évangélique » même à l'écrit ne fait pas de mal...

     

    ...Il ne faudrait pas que cette sonnerie de cloches ne soit qu'une manifestation d'autocélébration très brève et d'exonération à bon compte des malheurs des chrétiens proche orientaux.

     

    Les chrétiens d'Orient sur ce blog

     

     

    Amaury - Grandgil

     

    image prise ici

  • Jean-Marie le Guen est-il un clown sinistre ? - Billet de -mauvaise- humeur écrit sur un coin de nappe

    Imprimer Pin it!

    Cet article fait suite à celui-là sur les tendres moutons catholiques

     

    Sur la photo (tirée de le Lab Europe 1) on voit toute la motivation politique de Jean-Marie

     

    politique, société, catholiques, le guern, France, hypocrites, frangins

    Jean-Marie le Guen, secrétaire d’État chargé des relations avec le Parlement, un sous-ministre ayant sans doute besoin de faire parler de lui, a comparé la « Manif pour tous » avec les islamistes assassins des dessinateurs de « Charlie » dans une émission de BFM-TV hier soir, un de ces shows « d'infotainement » réputés sans concession ; mais ce n'est que de réputation.

    Lire la suite

  • Questions après une messe "tradi"

    Imprimer Pin it!

    Messe_traditionnelle.jpgOn entend dans les médias :

    Benoît XVI a réintégré un évêque négationniste traditionaliste, le cardinal Williamson.

    Donc Benoît XVI est négationniste (finalement on retrouve là le lieu commun xénophobe qui veut qu'un allemand est une bouture de nazillon en puissance), donc, les « tradis » sont tous négationnistes et d'extrême-droite. A propos des considérations du Pape sur la sexualité, certains seraient étonnés de constater qu'il est rejoint sur plusieurs points par des féministes comme Elisabeth Badinter, Evelyne Sullereau, ou encore Catherine Millet et Sylviane Agacinsky.

    Alors que le cardinal n'est toujours pas réintégré, il est toujours « suspens a divinis » justement pour ses prises de position négationnistes.

    Hier je suis allé à une messe dite « tradi ». Je ne suis pas spécialement « tradi » ni progressiste mais comme on dit dans le Landerneau qui pense, cette messe « pose question »...

    A écouter les « on-dits »et les mises en garde des « gendebiens », je m'attendais à être mangé tout cru à l'entrée, à croiser quelque nostalgique du Troisième Reich en imper noir faisant le salut nazi, des « bécébégés » méprisants avec rang de perles et lodens (deux ou trois c'est tout), et puis, rien. Il n'y avait que des jeunes (moyenne d'âge à vue de nez 25 ans). Il n'y pas eu d'appel à la dictature, au fachiiisme ou au retour de l'Ordre moral et noir, ou à Vichy, le prêtre s'étant contenté de commenter l'Évangile : pas d'éloge du Maréchal Pétain ou de Charles Maurras. L'église était comble aux deux messes du dimanche matin. Les adultes s'occupent des jeunes enfants en leur expliquant patiemment les gestes du célébrant et leur signification. Le prêtre serre la main de tous ses paroissiens sans distinction de milieux.

    Systématiquement, ces « gens-là » seront stigmatisés à outrance, encore plus que les autres cathos, haïs et détestés, y compris par d'autres catholiques. Les paroissiens de l'église où j'assistais à la messe s'étaient d'abord vu refusé une autre église, ce qui avait été applaudi, ce qui témoigne en passant d'une conception étroite de la charité. Il est donc compréhensible qu'ils finissent pour quelques uns parfois par se radicaliser politiquement.

    Autre dimanche, la messe dominicale d'une cathédrale d'une ville moyenne de province : moyenne d'âge, 70 ans, beaucoup plus de « bécébégés » finalement, beaucoup de grandes et belles envolées lyriques mais sortis de la messe, beaucoup d'intentions très belles mais très vagues, un sermon qui ressemble comme deux gouttes d'eaux à un discours de candidate « Miss France », et chacun s'en va de son côté à la sortie. On ne se fréquente qu'entre représentants des mêmes professions ou des mêmes associations dont le « Rotary club » fortement représenté, on ne se mélange surtout pas. On se gargarise beaucoup, on se félicite d'être aussi ouverts d'esprit, d'aider autant les autres, de « les remettre debout », et puis on se contente surtout de parler, car finalement les vieux atavismes bourgeois sont toujours aussi vivaces car même quand on parle d'équité ou de justice, ou de droits de l'homme, personne ne songe réellement à œuvrer contre l'iniquité ou l'injustice.

  • L'intimité avec Dieu

    Imprimer Pin it!

    Paris-Saint-Roch-Lorraine-Harcourt.JPGSur un fil de discussion d'un site de causette que je fréquente assidûment, j'ai lu sous la plume d'un sinistre crétin que les soldats de 14 étaient une masse imbécile, des abrutis menés par l'argent et les faux principes. C'est méconnaitre la valeur du sacrifice et de l'esprit de sacrifice de ces soldats, même si celui-ci a été dévoyé peu après. C'est plutôt maintenant que j'ai l'impression d'une masse stupide qui ne songe qu'à consommer, et consommer encore, se soumettant à une société toujours plus ignoble, inique ou prompte à la bassesse (là il suffit d'allumer sa télévision, à ce propos, je conseillerai à ceux qui miment des airs de vierge effarouchée devant Ruquier, Ardisson ou les Zemmour/Naulleau de tout simplement éteindre leur poste et prendre un livre).

    On dit la même chose des chrétiens d'antan, de ceux de notre libre et valeureuse époque en route sur la voie du bien et du bonheur parfait dans la consommation. Il y aurait eu entre deux des phares de la pensée, appelés à guider le reste du troupeau vers la lumière du progrés et d'un homme "libéré" du passé, de la nature et généralement de son humanité. Ces phares de la pensée nous expliquent généralement pourquoi avant en somme les croyants et les autres étaient une horde de crétins puisque EUX n'étaient pas encore là pour mener les autres vers le progrès. Les croyants catholiques sont perçus comme une masse de personnages stupides et superstitieux ; ce n'est pas qu'il n'y a pas parmi eux des imbéciles, il y en a partout de toutes manières. Mais c'est mépriser cette intimité avec Dieu de nos ancêtres quand on admire une petite église de village ou une cathédrale. la plupart des croyants sont parfaitement au courant des débats théologiques qui agitent leur temps, ainsi à l'époque du jansénisme et pendant la Réforme.

    Ils connaissent parfaitement l'Écriture et n'auraient pas fait d'énormes contresens sur par exemple le Judaîsme, pour eux l'anti-sémitisme (avant le XIXème siècle plus tranché et moins nuancé) était tout simplement inconcevable puisqu'ils avaient de la Bible une connaissance intime, et ce malgré la fameuse prière de la messe de rite traditionnel. Cette intimité avec Dieu était charnelle, concrète et tangible, presque sensuelle, elle entraînait des actions ne posant aucune réflexion, comme l'entretien dans tous les quartiers d'une maison pour les indigents et les pauvres. Cela a été perdu, combien de croyants ont l'air tout simplement ridicules à remuer de belles et grandes paroles de manière très volontariste et à surtout ne rien changer à leur mode de vie une fois sortis de l'église, moi le premier certainement. Cette intimité avec Dieu amenait à percevoir l'union de l'être humain avec la nature, la Création qui l'entoure, et non à nier ce lien constamment, et celui que nous avons avec nos semblables. Cette intimité avec Dieu ne nie pas une seconde ce qu'on apporté les humanistes, tel Montaigne, ou les philosophes du XVIIIème, même Jean-Jacques Rousseau ou Voltaire, qui apportent à chaque fois un peu plus de clarté afin que rien de ce qui est humain ne nous soit étranger.