Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

castaner

  • Macron en guerre contre le peuple

    Imprimer Pin it!

    politique, société, gilets jaunes, caseurs, macron, castaner, samedi acte 19, amaury watremezEn faisant intervenir l'armée pour la protection de sites officiels et de lieux fixes, Macron et Castaner ne se rendent pas compte de la portée ne serait-ce que symbolique d'une telle décision, une portée catastrophique, car elle signifie que plutôt que de privilégier réellement le jeu démocratique et le débat (je ne parle pas de la mascarade qui a été jouée ces derniers mois), l'État, le président de la République actuel et son ministre de l'intérieur entrent littéralement en guerre contre le peuple.

     

    Que feront-ils demain ? Ils parqueront les gaulois réfractaires dans les stades, dans les vélodromes ?

    Ils montrent aussi leur affolement et jettent bas les masques. Fini le discours hypocrite face au peuple, fini les éléments de langage lénifiants, ils répriment encore ce qui reste pour eux les "classes dangereuses".

     

    Les riches, les favorisés, les bourgeois depuis qu'ils ont pris le pouvoir en 1789 à la faveur de l'escroquerie de la "nuit du 4 août" (NB : vous savez, quand les privilèges ont été abolis, d'ailleurs c'est bien connu, dans notre société il n'y en plus aucun (sic), attention ami lecteur socialiste je fais ici un peu d'ironie), ont toujours détesté ce qu'ils appelaient les "classes dangereuses" à savoir les autres, tous les autres :

    Le petit peuple, les paysans, les ouvriers, ceux moins gâtés par l'argent ou les réseaux....

     

    Seulement voilà, les "classes dangereuses" sont pénibles, insupportables (je précise ici au lecteur éventuellement socialiste que je fais ici encore de l'ironie). Plutôt que de se contenter de leur sort, de rester bien tranquilles dans leur coin, elles revendiquent le droit d'avoir des fins de mois commençant un peu plus tard que le 10 ou le 15 du mois, de pouvoir vivre et non simplement survivre. Depuis quelques décennies, on avait pu croire que lesdites classes s'étaient assagies, l'esprit des bourgeois pédagogues ayant apparemment métastasé dans toute la société.

     

    Et puis les bourgeois pédagogues avaient trouvé la parade ultime ou du moins le croyaient-ils : quand le peuple grondait ne serait-ce que légèrement, on invoquait systématiquement le populisme, le poujadisme et les z-heures les plus sombres de notre histoire (TM°). Cela avait pour effet de l'intimider et de le faire taire. On a vu ce discours à l'œuvre pendant toute la crise des "gilets jaunes" (voir à ce lien), d'aucuns parmi la majorité macronienne n'ayant aucun scrupule à parler de nazisme, de fascisme, de sédition (voir ici) voire de "factieux".

    Maintenant, pas de pot ! Cela ne fonctionne plus aussi bien. Ce genre de grosse ficelle impressionne encore un minimum. Mais plus au même point qu'auparavant.

     

    La bourgeoisie positiviste, pédagogue, affairiste, sexuellement libérée ou pas, libérale un peu, beaucoup, passionnément, a toujours été en guerre contre ces "classes dangereuses". Une guerre larvée, en sous-main, insidieuse, bloquant progressivement le fameux ascenseur social qui n'est maintenant plus qu'un lointain souvenir à quelques exceptions que l'on nous donne toujours en exemple, que l'on monte toujours en épingle et bien entendu c'est mieux si le bon exemple vient de la "diversité" (selon le terme hypocrite en usage).

     

    Moi qui suis gaulois réfractaire, réac, méchant fââchiiste et séditieux donc je sais au moins à quoi m'en tenir...

     

    Illustration empruntée ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

  • Cherif C. Pas d'arrestation préventive pour un salaud en liberté

    Imprimer Pin it!

    Strasbourg.jpgCherif C....

     

    Curieusement son nom et son prénom n'étaient mentionnés au départ que sur RT France, pas sur les médias français....

     

    On se demande bien pourquoi alors que tout le monde se doute bien de sa « communauté » d'origine. Les autorités nous affirment aussi que pour l'instant elles ne retiennent pas le chef d'inculpation terroriste, sans blague ? L'on répète à loisir qu'il est français, mais français ce n'est pas seulement un bout de plastique dans le portefeuille, ce n'est pas seulement une tampon sur un papier.

     

    C'est entre autres l'acceptation à des valeurs communes aux autres français, et lui manifestement les rejettent clairement, on ne peut pas plus.

     

    Un musulman radicalisé clairement identifié pourtant, il était fiché « S » auteur de nombreux délits divers et variés, de braquages, de brutalités, de violences y compris en prison. Pourquoi n'était-il pas à l'ombre mis hors d'état de nuire ? C'est une bête sauvage.

     

    Ni plus, ni moins. Certains êtres humains sont des monstres, des monstres irrécupérables marqués par leur haine, et leur bêtise aussi. Car la haine naît toujours d'une bêtise crasse, abominable. Tout comme le fondamentalisme religieux et en particulier le musulman comme les autres. Celui qui tue en ce moment aussi.

     

    On parlera de « loup solitaire » pour lui aussi, de déséquilibré, d'un pauvre garçon mal dans sa tête ? Il paraît qu'il était surveillé ? Mais par qui ? Et bien mal puisqu'il a pu s'équiper en armes automatiques.

     

    Il est excessivement dangereux, il était en liberté, l'est toujours.

     

    Il a tué 3 personnes, en a blessé 13 sur un marché de Noël, le marché le plus emblématique de France en cette période.

     

    Il est en fuite, et je suis certain que l'on découvrira ensuite qu'il a bénéficié de complicités, de musulmans « modérés comme dit la formule hypocrite.

     

    Il n'y a pas eu d'arrestation préventive avant Noël.

     

    Il n'y a pas eu de vérification méthodique de son coffre de bagnole, cette efficacité que l'on a constaté pour la manifestation des gilets jaunes de samedi dernier, pour certains bloqués en gare, en péages.

     

    Il n'y a pas eu d'interpellation et de comparution immédiate très sévère aux premières incartades. Je suis même certain qu'on lui a offert plein de possibilités de s'intégrer, de faire partie de la communauté national Un laxisme effarant, comme à l'habitude depuis des décennies avec ce genre d'individus

     

    La police ne pouvait pas savoir s'il était dangereux mon bon monsieur,il n'arborait pas de gilet jaune, ne réclamait pas la démission de Macron. Un gilet jaune, petit artisan, salarié, commerçant, peut être condamné directement en trois coups de cuillères à pot, quelqu'un qui veut vivre en bonne intelligence avec ses voisins, qui veut travailler, vivre de son travail, qui respecte les valeurs de la République. Sa vie peut être foutue en l'air par des séides du régime qui n'admettent pas que le peuple dit « périphérique » se mette en colère. Un salopard islamiste violent sera en liberté, bénéficiant sans aucun doute de l'aide sonnante et trébuchante d'une société pour lui diabolique.

     

    Image empruntée ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

  • Les fonctionnaires façon puzzle

    Imprimer Pin it!

    fonctionnaires, société, politique, amaury watremez, castanerChristophe Castaner, le délégué général de "La République En Marche", alias "la voix de son maître" l'a dit concernant la réforme de la fonction publique, en particulier l'enseignement, et des statuts assimilés, dont la SNCF : "Rien n'est tabou". Et il insiste bien encore aujourd'hui mettant en exergue la non rentabilité de ces services publics qu'il "faudra être courageux" (tout à l'heure sur RTL). Cela implique donc une casse en profondeur desdits services sous prétexte de diminution de leurs déficits, ou de générer plus d'efficacité, ainsi concernant la réforme des lycées en cours (voir à ce lien). Je n'évoque même pas l'annihilation progressive du système hospitalier public...

     

    Le but en est de répondre efficacement aux critères de convergence budgétaires européens, de mettre en place en toute conscience et sans aucuns scrupules une société hyper-élitiste, bien séparée entre très riches et précaires.

    Lire la suite