Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

buzz

  • Anti-conformisme et "beuzz"

    Imprimer Pin it!

    politique, blog, société, règles, buzzAprès avoir soumis deux articles à Boulevard Voltaire respectant les règles conseillées par un ami breton d'une grande sagesse, Rackam, c'est le troisième qui a été pris, celui qui n'en respecte aucune, mais je suis certain qu'il ne m'en tiendra pas rigueur.

    A ce lien

  • Faire le sherpa de buzz…

    Imprimer Pin it!

    h-20-1346605-1228411054.jpgJe n’ai pas envie de faire le sherpa du buzz pour l’un ou pour l’autre. Il est des journalistes littéraires que j’aime bien pour leur culture, leur sens inné de la formule, la gloire du tout-puissant les illumine tout au long de leur faste existence (j’arrête là la brosse à reluire). Ils débusquent en public, et j’adore, les fausses gloires, les faux créateurs et se moquent des poètes ou des philosophes de comptoir (quoique à mon sens, Thierry du « Rendez-vous des sangliers » de Maule, après cinq petits blancs secs, soit un meilleur philosophe que BHL, auteur discount un peu trop surévalué). Donc Samedi, Éric Naulleau, dont Alexandre Jardin, éternel enfant de quarante ans et plus s’est inspiré pour son personnage de « Faustine » dans son dernier roman, ou du moins un livre qui y ressemble, répond à Alexandre qui trouve qu’il y va un peu fort. Le public est majoritairement du côté d’Alexandre, que croit-on ? Le méchant critiqueur est une sorte de mauvaise conscience utile, je ne suis pas sûr, j’en suis même certain, ça n’empêchera pas Alexandre de refourguer des milliers d’exemplaires de sa camelote à des milliers de naïfs qui le prennent pour un romantique cheveux-z’au- vent, moi qui vous parle je me suis fait avoir par « le Zèbre », je ne sais pas si on se rend compte.

    Quant à discuter avec Tariq Ramadan, je suis encore un peu plus sceptique, ce n’est pas que je remets en cause la sincérité, le talent et la capacité à discuter des deux z-Éric mais enfin, on ne discute pas avec un type de ce genre, c’est aussi simple que ça, on le ridiculise, on le raille, on le moque car le prendre au sérieux, l’accepter comme interlocuteur valable, c’est déjà considérer comme acceptables certains de ses diktats. Il en est comme Caroline Fourest qui le démonte au « K.O » point par point en argumentant sur chaque mot, mais en finissant par une comparaison inutile entre Ramadan et Benoît XVI elle exagère et cela compromet le reste de son raisonnement, donc tout l’ensemble comme si un gratte-ciel était construit avec des allumettes. Là encore, qui s’en tire le mieux si ce n’est Tariq Ramadan qui se fait passer pour une victime et un martyr qui ne peut même pas profiter de la liberté de conscience (dans son esprit, cela signifie comme pour tous les autres excités, aligner les saloperies immondes et haineuses comme autant de vérités).

    Je sais bien ce que l’on me répondrait, que si l’on n’en parle pas ici ou là, qui en parlerait correctement et qui collerait au mur les fausses gloires, les faux prophètes ? Certes, et en plus de l’intérieur même du système « chaud bise » car celui qui s’en sort le mieux c’est encore Laurent Ruquier. Mais de l’intérieur du système l’on ne peut combattre qu’à fleurets mouchetés, j’aimerais que l’on charge sabre au clair…