Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

brutalité

  • Le Janus social c'est du brutal

    Imprimer Pin it!

    politique, société, violence, brutalité, sottise, haine, sexe, amaury watremezNous vivons en France comme dans le reste du monde dit occidental dans une société se croyant au sommet de la civilisation et du progrès des consciences, une société pseudo-policée. Les communautés, les groupes divers y sont protégés par la loi même et les Institutions sanctionant les injures, la violence verbale ou physique. Ces institutions sont comme un surmoi collectif influençant les conventions sociales et le conformisme en découlant beaucoup plus durs et puissants en 2016 que cela ne l'a jamais été.

     

    Et malgré la certitude de la plupart de la disparition des convenances dites « bourgeoises ». Lorsqu'on évoque celles-ci on veut parler surtout à notre époque de la politesse, la simple correction, la galanterie, l'art de bien se tenir à table, l'art de la conversation. Des contraintes absolument insupportables que tout cela ! Elles avaient donc quand même malgré tout du bon pour entretenir ce fameux « vivrensemble » dont on nous rebat les oreilles alors que l'on fait tout pour le détruire. Et elles n'étaient en rien l'apanage des « bourgeois »...

     

    Nota Bene : Je rappelle ici à mes éventuels lecteurs de gauche, de gauche sociétale les autres comprendront, que bourgeois n'est en rien un « sentiment » comme les « bourgeois pédagogues » modernes voudraient nous le faire croire mais une situation objective de priviléges sociaux et matériels...

    Lire la suite

  • "Les origines du totalitarisme : le système totalitaire" - Hannah Arendt

    Imprimer Pin it!

    uewb_01_img0038.jpgJe suis en train de profiter des vacances pour relire cet excellent livre qui offre sur la question des réflexions essentielles, et puis le fait que les totalitaires de gauche (ils retrouvent un certain "dynamisme" depuis les livres d'Alain Badiou qui dans son dernier n'a pas un mot pour les crimes du stalinisme) prennent Hannah Arendt pour une vendue du grand Capital, ce qui équivaut au jugement des totalitaires de droite (qui ne sont pas seulement deux ou trois skin-heads caricaturaux, on en trouve maintenant un peu partout)  pour qui elle est une intellectuelle juive corrompue me la rend immédiatement sympathique.

    Le but des totalitarismes, que ce soit le stalinisme ou le nazisme, c'est la création d'un être humain nouveau. Afin de résoudre la question du mal, de l'injustice, de l'iniquité, les totalitarismes remettent tout à plat, quitte à massacrer ceux qui ne veulent pas de cette nouvelle humanité, considèrés comme fous car appréciant une humanité considèrée comme mauvaise et corrompue, on voit bien donc là que l'argument d'opposer aux tenants des idéologies totalitaires le nombre des victimes ne les fera pas changer d'avis car dans leur esprit l'humanité nouvelle peut bien entraîner le sacrifice de quelques milliers, voire millions, de personnes égarées, ce n'est même pas une question pour eux. C'est un moment difficile à passer c'est tout. Les uns pensent y arriver par ce qu'ils appellent une "purification de la race" (aryenne, etc...), les autres par l'égalitarisme et la dictature du prolétariat, voire de manière plus cachée par le consumérisme effréné ce qui est une autre forme de totalitarisme, tout aussi arbitraire et odieux. Ce que permet de comprendre Hannah Arendt, c'est que l'on ne peut pas non plus mettre en balance les crimes du nazisme et les crimes des systèmes communistes, on ne peut les opposer, ce ne sont en fait que deux manifestations du même problème qui est le totalitarisme. De là aussi bien sûr la fascination des uns pour les autres car ils ont en somme le même but.

    Le tout explique le rejet absolu de la religion qui correspond dans l'idéologie totalitaire à l'être humain non "régénéré" fût-ce dans le sang, "régénération" qui pour ma part ne me fait aucune envie. Enfin, il y a un écueil à éviter avec ces idéologues c'est de débattre avec eux...