Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bordel

  • L'édito de rentrée du Père Fouettard

    Imprimer Pin it!

    rentree-des-classes.jpgBien sûr, plus que de politique, j'aurais pu causer de ce sujet fondamental qu'est "Connard Lanta" dans lequel il se passe des trucs importants, je préfère parler d'un sujet encore plus fondamental qui sont les primaires du PS : Qui c'est que c'est qui va être le chef ? Chacun sait qu'ils vont se bagarrer et qu'à la fin c'est DSK qui aura le djob mais z-hélas, ils le font quand même. Il faut dire que c'est la rentrée, et que les 16000 postes supprimés cette année dont encore une fois de nombreux précaires enseignants, qui ont tous une expérience qui devrait être prise en compte, ou non, c'est une paille, ce n'est pas grand-chose semble-t-il puisque aucun d'entre eux n'en cause. De toutes façons, ainsi que me le disait un précaire professeur, aux yeux de la "Grande Maison", il n'est pas prof, ce n'est qu'un auxiliaire, qu'il ait un ou dix ans d'ancienneté, et ce bien sûr malgré les protestations plus ou moins franches des titulaires qui jureront leurs grands dieux qu'ils ne font pas de différences.

    Je dédie moi-même cette note à une jeune femme qui va pour la première fois se retrouver à enseigner devant des élèves et qui m'a demandé des tuyaux sur un établissement scolaire d'Ev...x. après m'avoir sorti deux ou trois belles mais creuses généralités sur le mode du "comment que c'est trop bien d'enseigner", elle m'a demandé quelle était la population qu'elle pouvait y trouver (en gros elle me demandait poliment et élégamment, si on veut, s'il y avait des nègres et des bougnouls dans ce lycée, voire quelques racailles). Lui répondant, elle s'est plainte, elle n'avait quand même pas travaillé le concours si longtemps pour faire cours à ce genre là. Je tentais de lui faire comprendre que justement, c'est pour ceux qui avaient le plus de mal qu'elle était censée se donner du mal, elle répondit que "oui bien sûr mais enfin sur le plan intellectuel ça ne doit pas être terrible" (une manière disons de manifester son mépris).

    Donc d'un côté on vire des enseignants qui seraient très utiles, de l'autre on en favorise qui n'ont aucune conscience de leur travail, imbibés qu'ils sont de tout un jargon pédagogiste complètement abscons cependant, cherchez l'erreur !