Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bethléem

  • Soyez joyeux c'est un ordre

    Imprimer Pin it!

    11-30-2007_rockwell-300x395.jpgComme chaque année en la période des fêtes de fin d'année revient l'injonction habituelle au bonheur matérialiste et obligatoire pour les citoyens consommateurs. Et aussi l'obligation qu'ils acceptent sans aucun problème d'acheter le plus possible des produits et biens désignés par la pub et les médias, ou la pression du groupe, afin de se réjouir aux dates imposées pour tous sans que ces jours gardent quelque signification spirituelle réelle collective ou individuelle que ce soit, excepté celle de retrouvailles en famille même si cela finit rarement aussi franchement que dans « Festen ».

     

    Entre le foie gras reconstitué et le saumon Labeyrie on rumine ses rancoeurs et son ressentiment, l'on prétend prendre des nouvelles des autres convives uniquement pour entretenir tout cela, toutes ces mauvaises choses plus tard, au retour. Il est souvent question de l'oncle tellement « artiste » et « sensible », vieux gars dont on a un peu pitié, de la tenue de l'une et de l'autre, des allusions que l'on croit deviner derrière une phrase ou l'autre de proches que l'on ne reverra surtout pas le reste de l'année.

     

    L'on ira bien pour une fois à la « messe de Minuit », ne l'étant plus que rarement dans nos paroisses depuis fort longtemps, pour faire plaisir aux parents ou aux grands parents, ou à la veillée de lectures pendant laquelle tout le monde ou presque espère surtout que ça se termine vite. Elles rappellent généralement « les trois messes basses » racontées par Alphonse Daudet et dites par un Dom Balaguère pressé de faire bombance.

     

    On sent l'impatience monter au fur et à mesure. L'on s'agite de plus en plus...

    Lire la suite