Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

autisme

  • Des enfants réellement particuliers

    Imprimer Pin it!

    politique, société, handicap, hypocrisie, autisme, amaury watremezEmporté par ma verve caustique, j'ai dit dans un de mes billets de François Hollande qu'il était un « autiste satisfait » pour désigner son incapacité à se connecter aux français. Cela m'a valu un message de colère légitime d'un de mes lecteurs qui est autiste, me décrivant sa souffrance à l'être parfois mais aussi ce que cela lui a apporté en plus, il est musicien. Certains diront que l'on ne peut plus rien dire et que de temps en temps il faut bien accepter de se sentir blessé par l'expression de la dérision, être « Charlie ». Mais je trouve que lorsque celle-ci blesse des petits, des personnes souffrantes, elle est clairement hors de propos.

     

    Le public s'émeut en ce moment de « Miss Peregrine et les enfants particuliers » et leur univerrs sombre de Tim Burton en ce moment à l'affiche, une incontestable réussite cinématographique où le réalisateur réussit à caser des références aux films de la « Hammer » ou aux personnages en « stop motion » de Ray Harryhausen. Des gosses aux talents étranges sont protégés de la sottise de leurs presque semblables par une « nanny » très différente des autres. Si les spectateurs de cinéma s'attendrissent aussi à « Rain Man » et les lubies de Dustin Hoffman ou celles de Leonardo Di Caprio dans « Gilbert Grape ».

     

    Mais dans la vie ces enfants hors des normes, hors des standards, suscitent le plus souvent la méfiance des mêmes adultes et de leurs rejetons, au mieux l'indifférence, au pire le rejet clairement marqué sans trop de scrupules. Et si les parents des autres gosses aiment bien s'attendrir aux autistes géniaux ou pas ils n'en veulent pas dans la classe de leurs enfants. C'est d'ailleurs le cas pour les handicapés moteurs, c'est trognon à la télévision pendant le « Téléthon » (TM°) mais insupportable quand trop proche. On a le sentiment qu'ils seraient comme contagieux pour les autres enfants en quelque sorte.

    Lire la suite