Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

aulnay sous bois

  • Se sent-on français dans les cités ?

    Imprimer Pin it!

    société, immigration, diversité, cités, quartiers, aulnay sous bois, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    Le propos de mon petit texte n'est pas une seconde de dire que les jeunes des « quartiers » ne sont pas français. Selon la loi, ils le sont à part entière. Ils ont des papiers français, suivent une scolarité française, ont les mêmes droits que les autres citoyens, les mêmes devoirs aussi. Par contre leur ressenti quant à cette citoyenneté est tout autre et fort différent. Se sentent-ils pour autant français à part entière ? La réponse est beaucoup moins évidente qu'ils soient de la deuxième, troisième ou quatrième génération « issues de la diversité » selon le vocable hypocrite.

     

    Et le fait est qu'à leurs yeux ils ne sont pas vraiment français...

     

    Il suffit de passer en revue leur manière de se présenter sur les réseaux dits sociaux. Ils se présentent généralement comme malien, marocain, algérien, sénégalais, vietnamien, chinois mais très rarement comme français. Ce seront des exceptions qiui confirment la règle, des exemples de réussite méritocratique montés en épingle alors que c'est loin d'être une généralité. Que ce soit dans la vie réelle ou virtuelle ils disent souvent « vous les français », disent nous et eux en évoquant les français indigènes. Quand ils parlent d'un blanc, d'un européen en général dans leurs quartiers, ils parlent d'un « français » ou « céfran ».

    Lire la suite

  • La banlieue va brûler

    Imprimer Pin it!

    aulnay sous bois, politique, société, théo, télévision, maître dupont moretti, amaury watremez

    Sur Agoravox aussi

     

    Cela n'a pas l'air d'inquiéter grand-monde durant la polémique Fillon qui alimente la sphére politico-politicienne depuis plus de deux semaines mais la banlieue va brûler, la banlieue dite « difficile », la banlieue des cas sociaux inextricables et de la diversité pas vraiment heureuse. Depuis quelques jours, Aulnay sous Bois brûle déjà depuis qu'un « jeune », Théo, a accusé un policier d'avoir exercé sur lui une tentative de viol avec sa matraque. La scène aurait été dûment filmée. Dans les médias parmi les grandes consciences on accrédite sans écouter celle de l'agent des forces de l'ordre la version du « jeune » sans chercher plus avant.

     

    La banlieue peut brûler d'autant plus rapidement par l'habitude des jeux de guerre en réseau, de l'utilisation des « smartphones » et des réseaux dits sociaux. Ceux-ci créent l'émulation, une émulation débile, c'est à qui mettra en ligne la vidéo montrant le plus de violences contre la police.

     

    Dans ces quartiers la loi et les valeurs républicaines n'ont plus vraiment cours. Ce n'est pas qu'ils soient d'ailleurs forcément agités, les dealers, tous les « lascars », faisant du « business », des « grossistes » au petit guetteur, y font le plus souvent régner une loi d'airain, une discipline de fer, une omerta bien plus dures que ne pourrait l'être celles de la République. Tout ce petit monde a parfaitement intégré les lois du marché qu'il reproduit dans son microcosme. Et tout le monde sait bien que ça fait marcher le commerce. Le trafic permet de consommer les biens vendus dans les zones commerciales à proximité de ces quartiers zones qui sans cet apport d'argent frais et douteux ne seraient pas viables.

    Lire la suite