Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

attentat nice

  • Les deux questions à 1000 Euros

    Imprimer Pin it!

    islam, terrorisme, attentat nice, politique, société, amaury watremezDepuis les massacres du Bataclan le 13 Novembre et depuis celui du 14 juillet à Nice, il n'y a véritablement que deux questions brûlantes qui agitent, qui terrorisent véritablement, les politiques et aussi les observateurs émérites desdits politiques, enfin du moins c'est eux qui se prétendent tels, émérites :

     

    La première est que ces attentats c'est bien embêtant car cela risque fort de faire le jeu du Front National, selon la formule de Joffrin, et d'amener Marine le Pen au deuxième tour des présidentielles en 2017 en tête des sondages. Notons qu'un blogueur, un commentateur critiquant la bonne parole multiculturelle, l'angélisme quant au sujet de l'insécurité, fait obligatoirement « le jeu du FN ». La formule n'est là que pour camoufler -mal- la paresse intellectuelle des arbitres des élégances politiques.

     

    Ce qui terrorise surtout les politiques hommes et femmes ainsi que les éditorialistes dans leur sillage dans la montée du FN et la posssibilité de son arrivée au pouvoir, ce n'est pas les idées de la famille le Pen de toutes façons. Et cela amène à la deuxième question brûlante. C'est la peur panique de ne pas pouvoir réaliser au mieux ses ambitions de carrière. C'est la crainte abjecte pour les observateurs avisés du pouvoir de perdre leur « rond de serviette » de « bon client » à la télévision et ailleurs, chacun dans sa « case » dans son « emploi de comédie ».

     

    Et tous les avantages substantiels allant avec...

    Lire la suite

  • Trop de patience mal venue

    Imprimer Pin it!

    islam, terrorisme, attentat nice, politique, société, musulmans, islamisme, Daech, amaury watremezIl y a quelques jours encore, les bonnes âmes, les grands esprits, les élites intellectuelles se demandaient avec sérieux et componction s’il était bien raisonnable de laisser 24h sur 24 filmer Salah Abdelslam dans sa prison. D’autres encore se félicitaient que des jeunes gens aussi sympathiques et enthousiastes que ceux de Tarnac soient enfin blanchis de toute accusation. Lentement mais sûrement, la France redevenait le pays des « Lumières » de Voltaire et du progrès inculqué au peuple par ceux qui savent. Cerise sur le gâteau, l’état d’urgence allait s’arrêter au 26 juillet…

     

    Ils étaient nombreux à gauche comme à droite à se réjouir que le populisme, quel danger ma chèèère, le poujadisme tellement vulgaaire, n’aurait pas le dernier mot. C’était à entendre ces belles âmes le vrai danger qui les rendait inquiets d’un risque de retour des fameuses heures les plus sombres de notre histoire. Parmi certains catholiques on souhaitait avec des larmes dans la voie « bon Ramadan » aux musulmans, on s’auto congratulait d’être vraiment accueillants à ce point, vraiment d’une charité hors pair que cela méritait bien de tolérer des voiles intégraux, des barbes un peu fournies et des congrès entre autres de l’UOIF où il était discuté de la réalité de l’âme chez les femmes ou pas.

     

    Et puis hier un salopard d’une haine absolue, un musulman radicalisé, a foncé dans la foule de la fête du 14 juillet à Nice massacrant aveuglément des dizaines d’hommes, de femmes et d’enfants. Le fait que ce soit apparemment un individu isolé n’est en rien rassurant, cela prouve juste une chose. Ces actes peuvent maintenant être commis par n’importe quel musulman radicalisé dans son coin, dans une « mosquée des caves » ou en plein jour. Et c’est cela qui fait le plus froid dans le dos....

    Lire la suite