Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

aquilino morelle

  • Agnès Saal et les nantis de la République

    Imprimer Pin it!

    Ce billet est dédié à tous ceux qui qualifient de profiteur un allocataire du RSA ou un chômeur, ou un "petit" prof, ou une infirmière etc...

     

    65732-agnes-saal-presidente-ina-demissionne-affaire-taxi.jpg...Pour les inciter à réfléchir à l'avenir sur le mot

     

    Agnès Saal a laissé une ardoise de 38000 Euros, environ soixante RSA, également au bénéfice de son fils, lorsqu'elle travaillait au Centre Beaubourg et une note de 400 000 Euros sur sept ans soient 250 Euros de frais de taxis par jour. Cela représente également vingt-trois salaires annuels d'enseignants. Je suis à peu près certain qu'elle estimait, qu'elle estime encore que tout cela était normal, voire même légitime de par son statut de haut fonctionnaire de l’État ainsi qu'ils le considèrent tous. Car elle est loin d'être la seule. On l'a d'ailleurs vu avec cette lettre de nantis sans aucun scrupules publiée le 9 Juin dans Libération, Agnès Saal travaillant beaucoup, pour des événements culturels auxquels le « commun », le « vulgum pecus », ne comprend rien, elle n'allait quand même pas prendre le métro comme tout le monde.

     

    Ces nantis de la République ont sans cesse à la bouche les droits de l'Homme, les valeurs républicaines. Ils ne croient plus à la France, pour eux morte depuis longtemps, ils sont européens, ils appellent de leurs vœux une « Françallemagne » dirigée par les allemands. Par contre, bien que les hauts fonctionnaires et les politiques français ne soient plus que des exécutants de la BCE (Banque Centrale Européenne) il reste un gros gâteau financier à se partager de manière la plus endogame possible, le budget de l’État et ce du plus petit au plus haut niveau des collectivités. Dans celles-ci on place les copains sans vergogne, les militants exemplaires et bien dociles, quitte à faire « travailler » trois personnes dans un bureau...

    Lire la suite