Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

apocalypse

  • Un « selfie » avec les Cavaliers de l'Apocalypse ?

    Imprimer Pin it!

    Concernant la pollution l’internaute n'a que peu de choses à dire :

    ai-new-york.jpg

    « C'est pas sa faute, c'est l'autre le pollueur, lui, ou elle, utilise toujours les transports en commun, du moins quand il le peut, et quand il en a envie parce que c'est quand même moins sympa que la voiture »...

     

    Il ou elle se prend en photo devant les vagues géantes déferlant sur la ville côtière qu'il habite, ou face au nuage de pollution au-dessus de chez lui, sans se poser plus de questions que le nombre de « likes » que cela va lui permettre de récolter sur « fécebouque » (TM°) ou « Touittère » (TM°). Les causes des dérèglements climatiques il ou elle s'en bat l'oeil sachant parfaitement au fond que c'est parce que le tout économique l'enjoint d'acheter des appareils électriques à ses gosses, à son conjoint, sa conjointe, et donc d'accroître la production d'inutilités matérialistes et d'électricité qu'il entend parler de plus en plus des « particules fines ».

     

    Il ou elle n'en a pas pour autant envie de renoncer à sa bagnole ni même à un seul de ces appareils à ses yeux tous indispensables. Et puis, « il, elle est bien obligé/e de faire comme les autres, allez » …

     

    Et puis « ça peut pas être la faute de l'hyper-libéralisme, du matérialisme métastasé et du consumérisme vu les progrès techniques qu'ils ont apporté » ainsi que j'ai déjà pu le lire sur quelques forums...

     

    Alors que le passionnant débat des municipales fait rage, la pollution donc aussi. Mais ça ne date pas d'hier il est vrai. Des écrivains, des scientifiques, des Cassandre qui voient le mal partout en avertissent la société depuis des décennies, nous avons un mode de vie qui nous mène droit vers l'abîme, nous chargeant de gadgets électroniques tous plus inutiles les uns que les autres, détruisant progressivement notre planète par bêtise et égoïsme car au fond les citoyens consommateurs actuels savent très bien ce qu'ils font, en profitant en dansant au-dessus du volcan tant qu'il est encore temps de pouvoir le faire...

     

    Aparté personnel : En parlant de débat « passionnant » pour les « municipales », j'applique la méthode Coué pour me convaincre de l'intérêt de ces débats qui pour la plupart ne portent ni sur des idées, ni sur des visions de la vie politique, mais concernant principalement la satisfaction des ambitions personnelles de quelques coquelets locaux qui se verraient bien en Chanteclers régionaux voire nationaux...

     

    Afin de répondre aux inquiétudes sur la pollution dite aux particules fines, le gouvernement répond par la « circulation alternée », alors que les chinois construisent une usine par jour sans se soucier des normes environnementales et de « développement durable » (TM°) « écocitoyen » (TM°) dont ils n'ont rien à foutre que les allemands investissent dans des centrales à charbon bien plus polluantes que les nucléaires, mais aussi plus rentables, en attendant l'exploitation de l'Alaska par les américains une fois que les glaces des Pôles auront suffisamment fondu. Il faut bien que les « rednecks » continuent à rouler en 4X4 sauvegardant ainsi les valeurs de l'Amérique : « Rule USA ! ».

     

    On annonce aussi la gratuité des transports en commun pourtant payés deux fois par le citoyen, l'usager, une fois lorsqu'il achète un ticket, un abonnement, une « carte », une autre fois lorsqu'il paie des impôts locaux pour maintenir des infrastructures dignes de ce nom. Alors certes, les impôts locaux servent aussi à satisfaire les ambitions de l'un ou l'autre roitelet microcosmique qui veut laisser son empreinte dans son bled, ainsi à Evreux, il est soigneusement évité d'utiliser les impôts locaux pour des travaux de voierie indispensables ou des transports en commun plus efficaces, non, ils servent à envisager la création d'une « S.M.A.C » (une salle de musique contemporaine pour bobos ruraux complexés par la vie culturelle parisienne), ce qui est beaucoup plus urgent on en convient...

     

    Etant moi aussi un genre de Cassandre, je suis à peu près certain que rien ne changera avant l'irréparable qui est déjà arrivé selon certains scientifiques, le consommateur citoyen s'en fout, il restera soumis jusqu'au bout comme le porc dans sa bauge attendant sa pitance. Voire même le jour de la Fin du Monde, il se prendra en photo avec un des cavaliers de l'Apocalypse histoire d'être un des derniers à faire le « beuze » (TM°). Les imbéciles, les prévisionnistes, nos z-élites devraient regarder une ou deux de ces séries "B"dystopiques des années 70, ils verraient que ça finit souvent mal...

     

    image extraite du film "A.I" de Spielberg prise sur le site "filmtalk"

    ci-dessous le générique de la série "l'Age de Cristal" qui se déroulait après la destruction...

  • La promesse du grand soir

    Imprimer Pin it!

    Sur Agoravox

    Au lendemain des grands soirs promis, et que l'on attend toujours...

    « Grands soirs et petits matins », c'est titre d'un film de William Klein et c'est aussi une question, la révolte, les idéaux, c'est bien, mais que fait-on de manière tangible pour y arriver.

    20071128182528_1968_mai_paris_manif_1145rc.jpg

    photo ci-contre prise ici

    C'est très beau de promettre le « grand soir », plus de justice et d'équité sociale, plus de paix, plus de démocratie. C'est également facile de prononcer des grands mots qui font plaisir à dire, par contre il est beaucoup moins aisé de leur donner une suite concrète. Enfin, on remarquera que sur le long terme, ceux qui font des promesses ont du mal à tenir.

    Au moment du deuxième tour des présidentielles, ils furent pourtant nombreux à appeler à entrer en résistance contre le FN et Jean-Marie Le Pen, non pas d'ailleurs pour lutter contre la xénophobie, les problèmes d'insécurité ou les questions religieuses mais surtout pour permettre aux mêmes de rester au pouvoir et de s'y accrocher.

    La plupart des manifestants étaient sincèrement persuadés de faire oeuvre utile contre le racisme et pour la citoyenneté pensant naïvement qu'une fois Chirac élu, il n'en ferait pas qu'à sa tête et dialoguerait au moins une seconde ou deux avec ceux qui l'avaient porté au pouvoir.

    Curieusement, la majorité des électeurs est prête à se laisser prendre au même piège mais cette fois ci pour élire Dominique Strauss-Kahn qui est quant à lui encore plus libéral que Nicolas Sarkozy.

    On assiste sur Internet mais pas seulement à ce spectacle étrange de commentateurs et blogueurs divers de gôche, voire centriste, appeler de leurs voeux, alors que l'idéologie qui sous-tendrait son programme est à l'inverse de leurs idéaux, à une candidature nette de DSK.

    On sait bien que c'est pour lui que Jean-Luc Mélenchon ou Cécile Dufflot demanderaient de voter au deuxième tour des présidentielles en cas de 21 Avril à l'envers, même « en plissant le nez ».

    Au début de l'hiver, il y eut des grèves et manifestations diverses augurant d'un « sursaut social » possible aux yeux de certains persuadés que la révolution était en marche. Il n'était plus temps de littérature, plus temps de parler d'idéaux, ça y est, « Mai 68 » était de retour et la jeunesse allait tout changer.

    radioactive.jpgBien sûr, comme d'habitude, certains défendaient leurs acquis et système de retraite, entraînant lycéens et étudiants dans leur sillage, ceux-ci réllement persuadés que les premiers, qui disposaient d'un statut solide, se souciaient réellement de leur avenir. Que ce soit dans les médias ou au café du commerce, parfois on me dira c'est la même chose, on n'entend plus parler de rien.

    On aura beau dire que c'est la faut des médias qui cache les conflits sociaux, mais le public n'a pas l'air de s'en soucier vraiment qu'il soit de gauche ou de droite. On aimerait voir les mêmes manifestations qu'en novembre et en décembre.

    Pourtant, au 15 mars, on pouvait dénombrer 100 000 expulsions potentielles, sans solutions et il y a toujours et de plus en plus de français subissant le surendettement, la précarité et la pauvreté.

    Il y a à peine un mois, ils étaient nombreux les commentateurs, blogueurs et journalistes, à comparer les révolutions au Maghreb/Machrek à la Révolution Française, à une renaissance démocratique, y compris en Libye. On constate que si quelques uns parlent de la nécessité d'une intervention militaire afin de stopper les meurtres que commet Khadafi envers son peuple, ces évènements sont loin de provoquer quelque réel sursaut que ce soit, prise de conscience, démonstrations dans les rues. Il n'est pas demandé de forcément s'immoler, mais on aimerait voir un peu plus de gestes concrets ou de paroles de soutien ou de compassion. Ils sont certes une majorité, ceux qui versent une petite larme de crocodile sur la Libye, et embrayent aussitôt sur leurs craintes de voir l'essence augmenter.

    8337331-la-personne-dans-les-v-tements-de-protection-avec-un-parapluie-attend-une-pluie-radioactif.jpgEt la plupart des observateurs, professionnels de la profession ou pas, ou citoyens, sont pris par le court terme de l'actualité qui est de plus en plus rapide puis s'évapore très vite. Ils sont passés à autre chose, aux conséquences de la crise nucléaire japonaise entre autres, qui les inquiétent parfois de la manière la plus irrationnelle, achetant et ingérant à l'avances des pastilles d'iode qui ne servent strictement à rien, cet achat et cet ingestion montrant surtout leur préoccupation essentielle à savoir leur petite personne d'abord.

    J'ai pu même entendre de ces bons apôtres, après un discours flamboyant et larmogène sur le Japon, s'inquiéter pour leurs vacances en Nouvelle-Calédonie, tout près du nuage radioactif et d'autres se soucier du décollage des avions soudain tous radioactifs potentiellement.

    Remarquons que personne parmi les grandes âmes ne sait ce qu'est la radioactivité.

    Et pourtant, on aimerait que la réponse à la question de soeur Anne qui ne voit rien venir toujours et encore soit « je vois des êtres humains qui se réveillent face aux malheurs de leurs semblables ».

    Un tout petit peu...

    Ci-dessous des consommateurs se posent des questions métaphysiques et eschatologiques.


    Monty Python Le sens de la vie Part7 Death par e-boueur

  • J'ai CE vice dans la peau

    Imprimer Pin it!

    wharton_pic.jpg« Peu de vices sont plus difficiles à éradiquer que ceux qui sont généralement considérés comme des vertus. Le premier d’entre eux est celui de la lecture. »

    «On peut répandre la lumière de deux façons : être la bougie, ou le miroir qui la reflète.»

    Edith Warton

    Elle parle là des lectures dites "obligatoires" mais ils sont nombreux ceux qui prennent cette citation au pied de la lettre...

  • 2009, c'était le bon temps...

    Imprimer Pin it!

    18808841.jpgFinalement, peut-être que nos petits enfants se diront que 2009 était une année de rêve, un souvenir du pays de cocagne, que 2009 c'était pas si mal. Cela m'énerve quand j'entends parler d'Apocalypse, de "Réveil de la Bête" comme j'ai pu lire de manière sobre et mesuré sur un forum catho dont je fais partie pour défendre le Pape, d'autres sont persuadés que 2012 c'est la fin de tout, que nous sommes à la fin des temps. Il y aura des cataclysmes, des pleurs et des grincements de dents disent-ils. Se sentant isolés par cette société spectaculaire, mis à l'écart, ils sont certains que tout va être détruit puisque l'on ne veut pas d'eux, et font des rêves aussi consuméristes que les autres bêtes du troupeau.Et l'on court, on ne s'arrête jamais, on ne doit jamais prendre de temps pour soi, pour lire, pour simplement rêvasser (ça se perd de rêvasser, c'est dommage, on préfère sortir le portable et se donner une contenance, comme cette jeune fille attendant le train hier sur le quai de la gare d'Evreux, alternant les poses qu'elle estimait à son avantage). On construit des non-lieux de plus en plus inhumains, de plus en plus froids, souvent pour la gloire d'un notable ou d'une marionnette dotée d'un peu de pouvoir.

    Il faudrait préparer l'avenir, protéger l'environnement a minima, mais ceci tout le monde s'en fout, on préfère produire, ne rien réguler, et puis quand ça craquera, ça craquera. On remarquera que les publicités pour les bagnoles ou lessives n'abordent plus autant le plus "équitable" ou "écolo" qui de toutes façons était un cache-sexe du gâchis actuel. Les associatifs se trompent aussi sur le sujet, le problème n'est pas de trouver des ressources pour aider ceux qui en ont besoin, c'est de changer les bases du système, et essayer de le faire sans passer par la case massacre ou guerre. En parlant de fin du monde, ça me rappelle une nouvelle extrêmement pessimiste de Fritz Leiber : un jeune homme raconte la survie des êtres humains après l'holocauste nucléaire, on comprend peu à peu qu'il y a une chance pour que tout reparte, et puis la fin brutale révèle que les êtres humains ont mutés, et que de fait on ne peut plus vraiment parler d'humanité, mais seulement de descendants complètement dégénérés, ayant tout oublié de la civilisation qui leur paraît un âge d'or. En Palestine comme en Israèl, deux terres violentes il est vrai, cohabitaient deux conceptions de la vie complètement opposées, ceux qui n'ont que leur idéologie en tête, et parfois la foi devient une idéologie, et ceux qui essayaient de vivre simplement en appréciant le moment, en goûtant chaque seconde, non en jouisseurs mais parce que c'était plus sage et que l'on aurait regretté de ne pas profiter d'une minute, d'une seconde, d'une heure ou d'une journée. Comme Alexandre le bienheureux (voir ci-dessous).