Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

amour toujours

  • Des exploits d'un jeune Don Juan à la maturité

    Imprimer Pin it!

    amour, affection, amour toujours, amaury watremez

    Bien entendu cet article n'ira pas sur Agoravox...

     

    Quand j'étais un petit garçon aux grands yeux innocents et à la peau duvetée (et e) et que j'ai commencé à m'intéresser aux filles, je croyais sincèrement que tous les exploits sexuels dignes des « exploits d'un jeune Don Juan » ou des « onze-mille Verges » que me racontaient certains de mes camarades étaient forcément vrais. Je ne comprenais pas que l'on puisse mentir là-dessus, cela m'échappait, pourquoi mentir sur ces choses-là ? Car en plus le mensonge se verrait rapidement ensuite ? Et la plupart était sans doute toujours vierges quand il me parlait de tout cela. C'était finalement humain et maintenant je trouve ça émouvant d'un certain point de vue.

     

    C'est une façon de dédramatiser « la » chose que de s'inventer toute une vie de grand séducteur en herbe.

     

    En grandissant, j'en ai développé des timidités, des blocages, voire quelques inhibitions. Comment se faisait-il que moi je ne vive pas ces agapes et délices sardanapalesques ? Je ne devais pas être normal me disais-je. Et grandissant, j'ai vu aussi des camarades se mettre en couple et, ou faire l'amour ensemble sans pourtant ressentir de sentiments les uns pour les autres, à peine un genre de contrat d'intérêts en quelque sorte. « On couche ensemble » et comme ça on souscrit au paradigme social du couple, voire on a des enfants pour parachever le tout...

     

    ...Même si l'on n'y croit pas tellement on passe quand même devant monsieur le curé, après tout ça fait une belle fête et de jolies images à la sortie de l'église. Après tout pourquoi s'en priver ?

     

    Ce n'était pas vraiment ma perception de l'amour, et je pensais bien à tort que si je ne vivais pas ainsi c'est que là encore j'avais un problème. Même là-dessus je ne suis pas exactement de mon époque. Je ne suis pas pour autant un moralisateur. Je n'ai jamais compris certains croyants là-dessus, si le corps est une création divine, il est beau en soi, dans son ensemble, pourquoi vouloir absolument le réduire à une possibilité de damnation ? D'oubli du Bien ? Au fond faire l'amour est aussi une forme de louange de deux personnes qui s'aiment au créateur ?

     

    J'ai eu des aventures plus ou moins poussées, des amitiés amoureuses dangereuses, j'étais même amoureux d'être amoureux. Je ne suis pas le seul. Et bien souvent hélas je ne savais pas voir les personnes qui m'ont aimé sans que je ne le comprenne, à côté de moi, sous mon nez. Une jolie femme se retournant sur moi, me souriant, cela ne pouvait être qu'une erreur ou alors elle était myope. Beaucoup de timidité accumulée, et aussi le fait que j'étais parfaitement incapable de simuler le moindre désir avec quelqu'un avec qui je m'apercevais que je ne ressentais rien.

     

    Et puis je me suis rappelé de la devise de Yourcenar :

     

    « Je ne vis pas comme ils vivent, je n'aime pas comme ils aiment, je mourrai comme ils meurent »

     

    Elle me va très bien encore maintenant.

     

    Sic Transit Gloria Mulndi, Amend

     

    Amaury – Grandgil

     

    photo de l'auteur copyright l'auteur