Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

amnésie

  • Amnésie collective : une spécialité bien de chez nous

    Imprimer Pin it!

    politique, santé, amnésie, société, hypocrisieDepuis déjà quelques temps, on remarque, on signale des cas d'amnésie collective étrange un peu partout en France. Les électeurs de François Hollande en mai 2012 ne se souviennent pas avoir voté pour lui ! Quand on leur demande ce pour quoi ils ont voté alors à cette époque, beaucoup prétendent ne plus se rappeler, ils ont un « blanc »...

     

    C'est un peu comme ceux de François Miterrand en 83 au moment du tournant de la rigueur, personne ne se rappelait avoir glissé dans l'urne un bulletin pour lui. Pour remonter plus loin, on se rappelle qu'en 1945, et depuis lors, aucun français n'avait été pétainiste, tous gaullistes ! Tous résistants ! Tous gaullistes en 2014 d'ailleurs, et ce de l’extrême-gauche à l’extrême-droite, tout le monde se réclame d'un général ancien d'Action Française qui a mis en place en 1958 rien moins qu'une monarchie élective qui il est vrai fonctionnait bien surtout avec lui. Quand il était lycéen, il distribuait pour la ligue maurrassienne un tract parlant où la Vème République était en germe.

     

    Ce genre d'amnésie collective ne date donc pas d'hier. C'est même une constante de l'appréciation par les français de la politique de leurs dirigeants. Enthousiasme, déception, déni de l'enthousiasme premier, enthousiasme pour une autre figure, parfois on l'a vu dans l'histoire un futur tyran ou tout au moins un démagogue quand la conjoncture était dramatique et le pouvoir à ramasser : de Bonaparte à Boulanger qui s'est heureusement dégonflé au dernier moment, c'est dommage il aurait été le premier dictateur en somme radical-valoisien.

     

    A gauche, certains, alors qu'ils ont voté pour lui, ont joué les étonnés et les scandalisés en entendant François Hollande affirmer qu'il est social-démocrate ou social-libéral européiste, ayant déjà entériné la mort des nations dont la nation France, affirmant maintenant combien ils regrettent leur vote alors qu'il suffisait de lire son programme les amis, bref de se conduire en citoyen adulte :

     

    En effet, quelle surprise ! Quel choc ! Personne ne s'en doutait ! (sic) Que Hollande est libéral orthodoxe sur l'économie, pas encore assez aux yeux des monétaristes et des libertariens, m'objecteront-ils, et sociétalement de gauche par des mesures qui ne sont pas que de la poudre aux yeux sur le « Gender », le féminisme, et l'égalité des sexes dans les écoles, ce pour quoi il a pris des mesures (Note personnelle : oui je sais ami lecteur, je n'ai pas pu m'empêcher de la faire celle-là).

     

    A gauche tout comme au centre, l'on prétendait aussi que voter Sarkozy c'était aussi prendre le risque d'une montée du FN, de l'antisémitisme et du racisme et des « z-heures les plus sombres de notre histoire » (TM°) j'en passe et des meilleurs. Il fallait faire barrage au « fââchiisme » qui était à nos portes, bruit de bottes à clous compris...

     

    On le voit bien chaque jour :

     

    Avec Hollande, le FN est au plus bas (re-sic), « l'affaire Dieudonné » ne témoigne absolument pas d'une montée de la judéophobie dans les « quartiers » en particulier et il n'y a aucun problème de racismes divers et variés (re-re-sic). Tu me pardonneras cet aparté ami lecteur mais de toutes façons le seul racisme qui existe pour la gauche sociétale, c'est celui des blancs visiblement, les autres n'ont pas de substance.

     

     

    Et puis, plus prosaïquement, la principale raison est que les électeurs n'aimaient tout simplement plus la personne de Sarkozy, se fichant au fond de ses idées, n'en ayant cure, et qu'ils ont voté Hollande par défaut. Voter à cause de la personne sans se soucier de ses idées, voilà qui témoigne de la maturité démocratique d'un peuple et du fait que les français restent les mêmes braillards turbulents que devaient l'être les guerriers gaulois autour de Vercingétorix, ce pour quoi on aime malgré tout ce pays malgré tous ses défauts (car on aime quelqu'un effectivement surtout pour ses défauts, et oui -note personnelle- Guilaine D. !).  

     

    photo, source Libération.fr