Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

albertini

  • La fachosphère pour les nuls

    Imprimer Pin it!

    Article également sur Causeur

     

    À propos du livre «  La fachosphère - Comment l'extrême droite a remporté la bataille du Net » de Dominique Albertini et David Doucet chez Flammarion

     

    fachosphère.jpgLes deux auteurs sont pour Albertini journaliste à « Libération » et Doucet aux « Inrockuptibles ». Ils prétendent avoir effectué une enquête objective et dépassionnée sur ce que l'on appelle la « fachosphère ». On peut légitimement avoir envie de rire à gorge déployée rien qu'en relisant la première phrase de paragraphe qui contient un oxymore de bonne taille : journaliste à « Libé » ou aux « Inrocks » « objectif ». Pour les deux auteurs, leur parole est forcément objective. Néanmoins, reconnaissons qu'ils ont malgré tout fait l'effort d'aller rencontrer les auteurs des blogs et sites estampillés « fachos » et d'essayer de comprendre leur parcours intellectuel et politique, la construction de leurs convictions.

     

    Cela partait d'une bonne intention, mais c'était peine perdue car les deux auteurs partent d'un paradigme faux : tout ce qui contredit le discours des élites qui est aussi le leur relève d'une nostalgie des heures les plus sombres de notre histoire, et par conséquent de la « fachosphère ».

     

    Cette « France d'en haut » crépusculaire décrite par Christophe Guilluy dans son dernier ouvrage ne peut admettre que son éloge de la mondialisation réputée heureuse et de l'avènement merveilleux pour elle de la société multiculturelle soient contredits. Cette « France d'en haut » pratique donc par commodité intellectuelle et quoi qu'ils en disent l'amalgame de Soral,Zemmour et Henry de Lesquen, « Civitas » et « La Manif pour tous », Escada et Frigide Barjot. Pour ces prétendues élites de plus en plus coupées du peuple, les deux auteurs en font partie comme on l'a vu, leur réflexion va de soi, elle ne peut être remise en cause, a valeur de dogmes.

    Lire la suite